Koh Samui : Rentrée des classes à l’école maternelle Tiny Steps et histoire à inscrire dans les annales du secourisme

myWPEdit Image

À Koh Samui, se rendre à l’école le matin relève d’une véritable expédition. Alors que certains déboursent des fortunes dans des raids 4×4, mon fiston et moi, en aventuriers véritables, vivons, chaque matin, l’expérience « secouante » d’un rally. À bord de mon auto, surnommée la « Adventure Car », nous arpentons les chemins de terre, secoués comme des pruniers, car truffés de nids de poule (au bas mot une centaine avec un accroissement exponentiel du nombre chaque semaine !). Pas besoin de nous rendre au Kenya pour faire un safari car sur le trajet, des serpents nous taillent la route, des chiens nous coursent, des gallinacées nous coupent le passage, un éléphant est tracté sur la camionnette de devant (nous avons la vue sur son énorme popotin !) et pour finir un buffle traverse la chaussée !

myWPEdit Image

Pfiou, sacrée randonnée ! Malgré tout, nous arrivons à l’heure pour la première rentrée des classes de Cassius.

myWPEdit Image

L’école Tiny Steps Nursery and Pre-School (2/68 Moo 1, Bophut, Koh Samui, Thaïlande, Tel: +66 (0) 7742 6941, info@samuitinysteps.com, http://www.samuitinysteps.com/), que je vous ai déjà présentée est vraiment fantastique.

myWPEdit Image


Lien vers post précédent pour la présentation de l’école : https://bangkokdelicious.wordpress.com/2014/03/17/koh-samui-nouvelle-ile-pour-une-nouvelle-vie/

myWPEdit Image


J’ai pour habitude de découper des noix de coco avec mon rejeton pour en extraire l’eau.

myWPEdit Image

Par gain de temps, je me rends cette fois, pichet en main, à une échoppe de fruits et demande au vendeur de me couper les cocos sur place. Avec sa machette de professionnel, l’opération ne demande que quelques minutes (enfin ça aurait du !). Au bout de la cinquième noix de coco ouverte, le marchand fanfaronne sur l’affûtage exceptionnel de son coupe-coupe. Au même instant, au lieu d’élaguer la tête du fruit, le « comique » de l’étalage entaille son pouce : Chlak ! Un vampire lui aurait sûrement sauté dessus !

myWPEdit Image

Pour ma part, après un cri d’horreur (Aaaaarggghh !), je plonge la main dans mon sac et trouve une pauvre serviette rafraîchissante d’avion pour tenter de désinfecter la vilaine écorchure. Vous vous en doutez, ma trouvaille lui nettoie à peine la main noire de saleté. Malheureusement, la plaie saigne de plus belle. Laura, réfléchis, tu peux mieux faire ! C’est alors que de mon « chapeau de lapin », je trouve un tampon hygiénique. Oui, les filles prévoyantes en ont toujours un dans leur sac ! Idée de génie sur le vif, je l’ouvre, arrache la ficelle du milieu avec mes dents. Dis comme ça, ça fait très sauvage, en réalité, j’ai mis quelques secondes à cisailler le mini-cordon avec mes canines (pas vraiment sexy en fait !). Telle une héroïne de série B sortie tout droit de « La Nuit des Héros » ou « Des Marches de la Gloire », je lui enfonce l’objet en viscose sur le doigt. Certes la méthode est peu académique et l’action loufoque de prime abord mais l’effet absorbant/coagulant est garanti ! Voici l’histoire de « Comment j’ai sauvé le doigt d’un type avec une protection féminine ». True story…

myWPEdit Image

Koh Samui : Découverte du panorama au Chedi Kho Hua Jook (ou Khao Hua Juk), farniente à la plage de Chaweng, détente au « Jungle Club », dîner cocasse au restaurant japonais « Kobori » et déjeuner d’anniversaire au Panali du Vana Belle

myWPEdit Image

Une virée au Chedi Kho Hua Jook pour admirer la vue sur le lac de Chaweng et sur la courte piste aéroportuaire de Koh Samui.

myWPEdit Image

Amateurs de voltige, c’est « The place to be » !

myWPEdit Image

Sur un plan, le stūpa bouddhique est facilement identifiable mais grâce à mon sens de l’orientation hors pair, je réussis à tourner environ 2 ou 3 fois autour du Mont (voire davantage mais le nombre exact me fait honte !), me retrouvant ne sais trop commun de l’autre côté du Lac. Tant va la « cruche » à l’eau…

myWPEdit Image

Bref, je finis par emprunter (enfin !) le bon chemin.

myWPEdit Image

Je passe devant le Q Bar et monte les escaliers qui mènent au sommet ; quelle « Cloche » !

myWPEdit Image

Ce n’est certes pas le « Toit du monde » mais la vue qu’offre la Pagode est intéressante. À l’instar de l’attrape-nigaud de fête foraine, j’insère une piécette dans l’une des « machines attrape-peluche ».

myWPEdit Image

Oui, une rumeur court sur Samui comme quoi la Pagode serait financée par Partouche ou Lucien Barrière, mais bon, chuuuuuut c’est un secret ! Comme j’ai la baraka, attention tenez vous bien… Je gagne, la prière du jour !

myWPEdit Image

Le lieu abrite (soit disant) une empreinte de Bouddha.

myWPEdit Image

Perplexe, j’observe la trace pédestre, nom d’un petit bonhomme, c’est un « sacré panard » !

myWPEdit Image

Je ne vois que deux explications à ce mystère de pointure.

myWPEdit Image

Soit Bouddha était atteint d’acromégalie, auquel cas la taille gigantesque de ses petons se comprend. Quoique, même Robert Pershing Wadlow, aussi connu sous le nom de « géant d’Alton », qui fut l’homme le plus grand du Monde (2,72 mètres et 199 kilos), avait des pieds qui mesuraient 47 cm.

myWPEdit Image

Mais à bien y réfléchir (pas trop non plus, assez élémentaire mon cher Watson !), faut pas pousser mémé dans les orties, je crois bien que la pancarte nous raconte des carabistouilles…

myWPEdit Image


Puisque c’est ainsi, je m’en vais méditer sur cette entourloupe orthopédique à la plage de Chaweng.

myWPEdit Image

Au moins, allongée sur la plage, les cheveux dans les yeux, et le nez dans le sable, qu’on est bien… Hein M’sieur François Deguelt ! Puisqu’il y aaaaaaaa (je vous entends déjà fredonner) le ciel, le soleil et la mer…

myWPEdit Image


Mais la baignade, ça creuse alors je quitte ce beau rivage, direction le « Jungle Club » (Chaweng Noi beach – Soi Panyadee school – koh Samui – 84320 Suratthani – Thaïlande, Tel. : + 66 (0) 81 894 2327 / (0) 81 891 82 63, http://www.jungleclubsamui.com/).

myWPEdit Image

Perché sur les hauteurs de Chaweng, le lieu prend des allures de paillotes de Robinson Crusoé. Avec son ambiance « Relax, take it easy », le restaurant sert une cuisine thaïlandaise et occidentale dans un cadre enchanteur, dévoilant une vue fantastique sur la côte est de l’île.

myWPEdit Image

Des cabanes dans les arbres, des hamacs suspendus, une piscine à débordement pour un déjeuner en haut des cimes. Un moment d’oisiveté dans la peau de « Vendredi ou la Vie (presque) sauvage » !

myWPEdit Image


Pour le dîner, changement de décor, j’enfile le kimono pour un repas japonais au Restaurant Kobori (183/4 Moo1, Maenam, Koh Samui, Mae Nam, Ko Samui 84330, Thaïlande, http://www.samuikobori.com/).

myWPEdit Image

Excellent signe, depuis la devanture, on aperçoit salle comble. L’établissement est réputé comme un QG de Japonais. Dans cette salle étroite conçue en enfilade, on y découvre un mobilier sommaire, des estampes accrochées aux murs, des bouteilles de Saké par dizaines. La carte recèle de spécialités alléchantes. Au menu : gyoza, ramen, okonomiyaki, tempura, sashimis et sushis ultrafrais, et j’en passe.

myWPEdit Image

On se délecte de ce gueuleton nippon et l’on se désaltère à grandes gorgées de bières Asahi.

myWPEdit Image

Pour parfaire l’ambiance, tentons le tsuru-tsuru avec les nouilles udon en aspirant de son bouillon, les pâtes molles, épaisses et élastiques avec un raffut de babines dégoulinantes (effet sexy garanti !). Mention « exceptionnelle » pour le patron, « Kobori », sacré personnage, sketch à lui seul qui mène ses équipes à la baguette (ahahah !).

myWPEdit Image

Vêtu d’un yukata (kimono estival), chaussé de getas (chaussures traditionnelles du Japon) dans lesquelles il porte des tabi (chaussettes jusqu’à mi-mollet qui séparent le gros orteil des autres orteils) et muni d’un éventail (ça se trouve c’est un tessen, qui sait !), il a le look « Koko » !

myWPEdit Image

On dirait Monsieur Duronchon du resto, le Mambo, sorti tout droit du manga « Embrasse-moi Lucile ». Oui je sais ce que vous pensez, encore une nana de la génération « Youpi ! L’école est finie » sur « La Cinq » !

myWPEdit Image

Enfin, vous reprendrez bien un petit Saké ? Kampai !
Une pensée émue à ma famille et mes amis formidables pour vos bons souhaits et baisers à mes moultes printemps.

myWPEdit Image

On se bichonne avec un merveilleux déjeuner d’anniversaire, entourée de mon cher et tendre et notre fiston, dans le cadre splendide du Panali au Vana Belle (9/99 Moo 3, Chaweng Noi Beach · Surat Thani · Koh Samui 84320, Thaïlande, tél : (66) (77) 915 555, http://www.vanabellekohsamui.com/).

myWPEdit Image


Le bonheur est sous les cocotiers…

myWPEdit Image

Le monde merveilleux de Disneyland Hong Kong

myWPEdit Image



Higitus figitus hombacazum, je vais vous demander toute votre attention. Préparons ensembles nos paquets, et… bouclons les valises. En retard, en retard, j’ai rendez-vous quelque part… Direction l’aéroport de Samui, notre destination : Hong Kong.

myWPEdit Image

Sachant que l’on ne va nulle part en battant des nageoires, c’est, accompagnée de mon fiston, que je prends un vol vers l’infini et au-delà (dixit Buzz), vers la Perle de l’Orient.

myWPEdit Image

À l’arrivée, nous prenons le train (environ 10€) et filons sur le centre de l’île pour nous rendre à l’hôtel.

myWPEdit Image

Le lendemain, une grande journée nous attend alors, pour le dîner, point de gougères aux épinards mais une soupe de raviolis de crevettes et nouilles et hop au Taïkwain-DODOOOOoo (infidélité disneyenne en faveur de la 20th Century Fox).

myWPEdit Image

Hé hoo, hé hoo, cette virée en contrée chinoise nous invite au château de la Belle au Bois dormant chez Mickey, Minnie et tous leurs amis.

myWPEdit Image



C’est… la… Fête à Disneyland !

myWPEdit Image


Et patati et patata toute la journée ça n’arrête pas, entre les tours de manèges, de carrousel, les parades et autres animations dont je ne me remémore pas les noms…

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Et oui comme Dory, je souffre de perte de la mémoire immédiate !

myWPEdit Image


La foule, massée devant un Merlin « asiatique », que l’on croirait tout droit sorti d’une émission du Club Dorothée ou d’une parodie des inconnus (j’hésite !), empêche mon explorateur de la tribu des wapitis section 54 douzième campement (mon bambin quoi !) de profiter du spectacle.

myWPEdit Image

En maman-reine de cœur que je suis, je crie : « Qu’on leur coupe la tête » ! Je plaisante évidemment, je ne suis pas si Cruell«a» (d’Enfer !). Chaque attraction demande une longue attente, alors tous a la file indienne, indienne, indienne ou alors soyons fous je dis banco le Fast Pass !

myWPEdit Image

Au fil de la journée, se succèdent moultes Hakuna Matata, Supercalifragilisticexpialidocious et autres Salagadou, la menchikabou, la Bibidi Bobidi Bou.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Après cette expérience « magique » (de vrais Lucky Luke, chez Disney on sort son portefeuille plus vite que son ombre), et bien dans les yeux de mon indestructi-boy de rejeton, il y a quelque chose qu’hier encore n’existait pas.

myWPEdit Image


Il en faut peu pour être heureux…

myWPEdit Image

Koh Samui : Visite du Temple Wat Samret, plongée à Sail Rock avec les requins baleines et dîner au restaurant Orgasmic

myWPEdit Image

Exit la foule de Bophut, j’engage une virée au Sud de Samui, du côté de Lamaï, direction le méconnu et déserté temple du Wat Samret.

myWPEdit Image

À mon arrivée, je découvre une affreuse construction moderne style carton-pâte (décidemment encore une !). Sont fous ces Gaulois (heu ces Thaïs !), de détruire l’ancien pour recréer du neuf ; au secours la sauvegarde du patrimoine !

myWPEdit Image

Je fais tout de même le tour du « propriétaire » et là, belle surprise, j’entrevois une pièce plongée dans la pénombre remplie de bouddhas.

myWPEdit Image

Fabuleux trésor n’est-ce pas ?

myWPEdit Image

Tiens, tiens, où est Charlie (Laura plutôt, ahah) ?

myWPEdit Image


Une belle journée de deux plongées à Sail Rock avec le club du « Bophut Diving » (93/2 Bophut Beach, Fishermans Village, Koh Samui, http://www.bophutdiving.com/) où je dois bien l’avouer, Léo et moi, avons eu le popotin bordé de « noodles » (expression thaïe vous l’aurez compris !).

myWPEdit Image

Un premier saut à la mer avec un rendez-vous galant inattendu avec le majestueux requin-baleine (ou whale-shark). Hypnotisée, totalement sous le charme, je filme cette scène quasi surnaturelle où ce beau Rhincodon typus, surgissant de nulle part plane au dessus de moi avec une grâce folle.

myWPEdit Image

Et comme si l’expérience n’était pas déjà assez fantastique, nous jouissons ce jour-là d’une chance insolente.

myWPEdit Image

À la deuxième plongée, ce n’est pas un mais deux requins-baleines en même temps qui nous font l’honneur de leur présence : maman requin-baleine de 6 mètre et son loupiot de 4 mètres (rien que ça !). Je remonte sur le bateau des étoiles (de mer) pleins les yeux… Ménéli« kha » (pour la version thaïe) dirait : « Tout baigne » !

myWPEdit Image


Une belle adresse pour un dîner au coucher du soleil, le restaurant « Orgasmic » (147/24 Moo1 | Koh Samui, Surat Thani, Ko Samui 84320, Thaïlande, +66 84 846 6228, Situé sur la plage entre Bophut and Bang Rak, Ouvert de 15h à 23h, http://www.orgasmic-samui.com/).

myWPEdit Image

Un cadre enchanteur et une cuisine savoureuse aux notes thaïes et méditerranéennes, concourent à la renommée de l’établissement, situé en bord de plage.

myWPEdit Image

La carte est une ode au plaisir des papilles… Des champignons de Paris farcis aux escargots de Bourgogne (380 Bahts), des croquettes de homard (350 Bahts), des rouleaux de printemps frits aux légumes (220 Bahts) un tartare de thon rouge (360 Bahts), un carpaccio de canard ou de saumon et espadon (360 Bahts) mettront en appétit les gourmands.

myWPEdit Image

La suite est un régal : entre la fondue bourguignonne (590 Bahts), les barbecues de viandes ou poissons, le filet de barracuda aux câpres (540 Bahts), la symphonie de poissons et fruits de mer à la plancha (1350 Bahts), le homard au curry (1350 Bahts), le filet de vivaneau blanc accompagné de ratatouille (590 Bahts), etc.

myWPEdit Image

Un coup d’œil à la carte ? http://www.orgasmic-samui.com/x%20ORGASMIC%20MENU.pdf.

myWPEdit Image

Et s’il vous reste un peu de place, que diriez-vous d’un délicieux sabayon (280 Bahts), de succulentes bananes frites (190 Bahts), d’une crème brûlée fondante (230 Bahts) ou tout simplement un hommage à Sir Joe Sheridan avec un bon Irish Coffee (280 Bahts).

myWPEdit Image

Bref, à l’Orgasmic « on prend son pied » devant son assiette, les insatiables n’en laisseront pas une miette !

Koh Samui : Escapade à Grandmother and Grandfather Rocks (Hin Ta & Hin Yai), baignade à la plage de Choeng Mon Beach et ripaille au « Kwankao & Kruaklangsoi restaurant » et « Samon’s restaurant »

myWPEdit Image

Une sortie classée X…

myWPEdit Image

Comme le chante notre Pierrot national, « Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi »… Un retour à l’âge pipi-caca et hop, c’est parti, direction « Grandmother and Grandfather Rocks » autrement appelés « Hin Yai & Hin Ta » (Lamai Beach, Koh Samui, Thaïlande).

myWPEdit Image

Ces roches, aux formes naturellement érotiques, amusent la galerie.

myWPEdit Image

Entre « L’origine du Monde » et un roc bien plus calibré que la sculpture de David, les photos fusent. Gustave Courbet et Michel-Ange auraient soit-disant trouvé l’inspiration de leurs œuvres lors de vacances à Samui… Info ou intox (ahahah) ?

myWPEdit Image

Les rochers de Hin Yai & Hin Ta sont situés au sud de la plage de Lamai et ont été façonnés au cours de millions d’années par le vent et l’eau pour in fine ressembler à des organes reproducteurs humains.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La nature est bien faite, paraît-il ! La côte est magnifique et bordée de récifs gigantesques qui forment des bassins naturels entre les deux.

myWPEdit Image

Considérés comme des symboles de fertilité, les couples thaïs de l’île qui essaient d’avoir un enfant affluent pour bénéficier des vibrations et énergies positives du lieu.

myWPEdit Image

Les anciens racontent que les cailloux sculptés sont apparus après que deux amants se soient noyés dans la mer car leurs familles désapprouvaient leur relation. Pour résumer, cet endroit, c’est un peu la Casa di Giulietta de Vérone façon Samui, avec les légendaires « Loméo et Juyèt » locaux !

myWPEdit Image

Pour immortaliser notre venue sur le site, nous avons aimablement demandé à un touriste chinois de nous photographier avec « l’engin ». C’était à première vue évident, mais peut-être aurions nous dû préciser que nous souhaitions ce cliché avec ledit phallus de pierre en arrière-plan. Le résultat nous a fait mourir de rire car le type a choisi l’angle parfait pour dissimuler le fameux pénis rocheux juste derrière mon amoureux ! Heuuu, on la refait ? Allez, un sourire, dites ziziiiiiiiiiiiiiii !

myWPEdit Image


Une virée au nord-est de l’île à bord de mon auto (ma « Adventure car » comme nous l’appelons avec mon fiston), à la plage de Choeng Mon.

myWPEdit Image

La baie, calme aux eaux claires et peu profondes, est cerclée par une petite île sur un côté et une formation rocheuse sur l’autre.

myWPEdit Image

Prisée des familles, cette grève (qui ne fait pas de vagues, ohohoh !) est idéale pour les baigneurs en culottes courtes !

myWPEdit Image


Pour un excellent gueuleton thaïlandais, voici ma cantine du midi : Le « Kwankao & Kruaklangsoi restaurant » (42/4 Maenam soi 1, Maenam, Amphoe Koh Sa-Mui, Surat Thani, Thaïlande, ouvert tous les jours de 10h à 21h, tél : 08 98 73 99 64, ).

myWPEdit Image

Ouvert sur l’extérieur, ce troquet local offre quelques tables drapées de nappes à carreaux et propose une cuisine savoureuse et sans chichi.

myWPEdit Image

Aux fourneaux, Kwan, la patronne, cuisine sur le pouce, moultes petits plats maison, dont les prix avoisinent les 40 bahts (moins d’1€).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

L’endroit est toujours propre, les saveurs dans l’assiette sans fausses notes et la bonne humeur au rendez-vous.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je vous le dis, l’adresse est une perle (d’Asie) !

myWPEdit Image


Pour faire grande chère à prix doux : le Samon’s (Maenam, tél : 08 83 84 11 92). Une vraie partie de cache-cache car, à l’abri des curieux, le restaurant, situé sur la route principale de Maenam, est littéralement dissimulé derrière de hauts buissons. Le point de repère ? Entre le soi 2 et 3 de Maenam, vous verrez deux pharmacies l’une en face de l’autre et un 7-eleven ; il faut ouvrir l’œil ! À première vue, l’endroit ne paie pas de mine : pas de joli cadre, pas de décoration soignée ni même d’éclairage agréablement tamisé, pourtant, le resto affiche complet (un signe qui ne trompe pas) ! Ian, le patron, concocte une popote plutôt « cocorico» à la fois goûtue et conviviale.

myWPEdit Image

Des assiettes alléchantes, entre les escargots, le cordon bleu, le poulet au jambon serrano sauce échalotes et vin, les gnocchis maison, les pâtes, les pizzas, les riz sautés ou même la lasagne (à commander la veille), etc.

myWPEdit Image

Une cuisine comme je les aime pleine de délice et de simplicité dans une atmosphère bonne franquette. Il se murmure à mon oreille comme un air d’Herbert Pagani : « C’est la faim, c’est la joie, la bonne franquette. Et ça fume et ça boit, ça chante et ça rit. Je peux vivre sans pain mais pas sans amis ! »…

myWPEdit Image

Koh Samui : Songkran, un nouvel an thaïlandais pour le moins arrosé

myWPEdit Image

Sawatdii pii mai ! Happy Songkran ! Le Nouvel an bouddhiste est, une nouvelle fois, bien arrosé en Thaïlande. En théorie, du 13 au 16 avril, les Thaïlandais célèbrent leur respect en versant un peu d’eau sur les mains des anciens et sur les représentations de Bouddha. En pratique, les batailles d’eau géantes ont lieu dans les rues.

myWPEdit Image

En scooter, pas moyen d’échapper aux seaux remplis de liquide et aux visages enfarinés.

myWPEdit Image

Ce n’est vraiment pas le jour pour se rendre à un entretien important sous peine de parure détrempée et souillée au talc.

myWPEdit Image

L’ambiance est bon enfant, ça danse, ça ricane, ça s’asperge à coups de pistolets à eau, bref il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille !

myWPEdit Image

Si je résume les quatre jours : Splash, Splat, Sploush (Non, pas mon appareil photo !!!), Splotch, Plouf (Aïe mon œil !), Pof, Splouf, Splaf (Atten… !), Gloup, (Humpf, Keuf, keuf, keuf, pas dans la bouche la flotte !) … Plic, Ploc, Plic, Ploc (Je suis trempée comme une soupe, zut ça goutte partout !).

myWPEdit Image

Allez, bonne année 2557 !

myWPEdit Image

Koh Samui : Découverte de Secret Buddha Garden (ou Magic Garden), baignade à la plage de Ban Tai Beach et restaurants « Anjali » et « Zenzibar »

myWPEdit Image

Finie la rigolade… Je pars en excursion à bord de notre tout terrain pour aller découvrir un lieu qui présente une thématique à la fois inattendue, insolite et surprenante en Thaïlande.

myWPEdit Image

Attention, tenez-vous bien, roulements de tambours, tabadam, tabadam, tabadam et…

myWPEdit Image

Surprise ! Des statues de bouddhas !

myWPEdit Image

Ça vous en bouche un coin, hein ? C’est tellement rare d’en voir ici des « éveillés » ! L’excursion est périlleuse à travers jungle, rivières et montagnes (oui, je dramatise la scène pour le suspens !). À flanc de colline, la montée est sacrément rude ! D’ailleurs, les scootéristes et autres cyclomotoristes ont bien du « courage » (enfin du mal plutôt) car ça grimpe dur ! Destination le fameux site de Secret Buddha Garden. Assis, debouts, couchés, (Médor !), les bouddhas, il y en a partout et pour tous les goûts !

myWPEdit Image

Également connu sous les noms de « Magic Garden », « Heaven’s Garden » et « Tarnim Magic Garden », le jardin est situé dans les collines de Samui à environ 550 mètres au-dessus du niveau de la mer.

myWPEdit Image

Le seul moyen de s’y rendre est à bord d’un bon véhicule. En cycliste coquet, vous pouvez toujours vous galber les cuisses dans la côte, armé d’un bon casque, de lunettes fashion, d’un lycra chatoyant, de chaussures colorées, avec la touche finale, les jambes rasées et huilées (quoiqu’ici avec le soleil, l’huile risque plutôt de faire frire vos cuisses de poulet).

myWPEdit Image

Le jardin a été construit en 1976 par un maraîcher local, Nim Thongsuk.

myWPEdit Image

Ayant commencé son projet fou, tout seul à 77 ans (jamais trop tard pour réaliser ses rêves), le jardin est rempli de statues d’animaux, de dieux, de démons, « et au milieu coule une rivière » (sans Robert Redford ou Brad Pitt, dommage !).

myWPEdit Image

L’entrée coûte 80 bahts (2€) mais la visite, il faut l’avouer, est un peu « limitée dans l’espace ».

myWPEdit Image

Le décor, soyons honnête, fait un peu carton-pâte avec son ruisseau artificiel et ses statuettes récentes mais bon, après tout ce joli chemin pour venir, on ne va pas en faire un fromage.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Ce qui est surtout rigolo, ce sont les touristes qui excellent dans l’art photographique, vous savez, les mêmes que l’on retrouve ensuite sur les sites « Topito » ou « Le Geek c’est chic », dans les top 10 des pires photos de vacances et qui me fait bien ricaner, j’avoue !

myWPEdit Image

À Samui, j’ai pu observer de beaux spécimens, friands de souvenirs collectors : la pauv’ Lucette, au milieu des statuettes avec son teint, loin du « Touche Éclat d’YSL » mais plutôt à la mine rougeaude, la tenue peinturlurée et la pose de bon (mauvais) goût… Allez, à propos de fromage, le petit oiseau va sortir : Cheeeeeeeeese !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 


Rien de tel qu’une petite trempette dans les eaux limpides de la plage de Ban Tai (Moo 5, Baantai, Maenam, Koh Samui Suratthani, Thaïlande).

myWPEdit Image

Ce petit coin de paradis, méconnu des touristes est bordé de cocotiers : un endroit de carte postale paisible et tranquille comme je les affectionne.

myWPEdit Image


Quelques bonnes adresses pour faire bombance sur la plage de Mae Nam :

myWPEdit Image


Le restaurant Anjali (Maenam soy 4, Ko Samui 84270, Thaïlande) qui mitonne un délicieux thon mi-cuit accompagné de ratatouille, rôtit son camembert au four avec de l’excellente charcuterie ou réalise d’exquis club sandwiches.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le lieu au mobilier blanc, style lounge tropézien avec de la musique électro, n’est certes pas ma tasse de thé mais l’accueil et la gentillesse de Florian (un des patrons) ainsi que sa bonne bouffe sont plaisants.

myWPEdit Image


Une petite paillote, le Zenzibar (18/33 Moo 1, Tambon Maenam, Koh Samui, Mae Nam, Ko Samui 84330, Thaïlande, http://www.zenzibar.net/) fait griller viandes, poissons et fruits de mer chaque soir sur la plage de Mae Nam.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Le lieu est vraiment sans chichi, la cuisine thaïe du midi est parfois insipide (parfois on fait une mauvaise pioche) mais le barbecue (du soir) est extra et c’est sans compter sur l’accueil chaleureux du patron.

myWPEdit Image

Les pieds en éventail sur la plage (les transats sont à disposition), un jus de fruit frais à la main, qu’il est doux de s’y prélasser et grignoter un morceau.

myWPEdit Image


Et puis, je garde le meilleur pour la fin… Après 9 longs mois d’attente, je suis tata pour la première fois (séquence émotion, je verse ma larmichette : chabadabada, chabadabada !). Les cigognes ont enfin apporté la jolie Maïa à ma sista (ou apparemment elle l’aurait trouvé dans une rose, me souviens plus très bien de l’histoire, mais c’est un truc comme ça).

myWPEdit Image


D’ailleurs pour la minute culturelle, pourquoi dit-on que les cigognes apportent les bébés ? Réponse : http://www.youtube.com/watch?v=I0cc6K_Lxlc&noredirect=1

Bref, mon petit fiston de 21 mois, Cassius, a depuis le 7 avril 2014, une nouvelle petite cousine, Maïa, née à Bangkok, à qui il pourra tester ses prises de catch !

myWPEdit Image


Elle est pas belle la vie ?

myWPEdit Image

Koh Samui : Baignade à la cascade de « Na Muang waterfall 2 » et déjeuner au restaurant « Dr. Frogs »

myWPEdit Image

Pour descendre dans le sud de l’île, du côté de Lamai, nous prenons le chemin des écoliers entre jungle et montagne par la Maenam road soi 1.

myWPEdit Image

Le paysage est vallonné, parsemé de cocotiers avec des pentes raides (mais raides !) ; nous doublons des touristes en deux roues (à l’évidence qui n’avaient aucune idée de l’inclinaison de la route avant de l’emprunter), qui marchent à côté de leur scooter dans de sacrées montées ! La route monte haut, on aperçoit la mer au loin, noyée par la verdure luxuriante, c’est splendide. Direction la très célèbre chute d’eau Na Muang Waterfall 2, située à 10 km au sud de Nathon à Ban Thuria.

myWPEdit Image

Avant de venir, voici les quelques infos pêchées à droite à gauche sur les sites : Na Muang tient son nom de la paroi rocheuse couleur violette (muang en thaï) et Na Muang II se compose de deux chutes distinctes, la première de 20 mètres en contrebas, avec une belle piscine naturelle d’eau fraîche pour nager et l’autre avec une chute de 80 mètres que l’on atteint en s’aventurant dans la jungle. Dès notre arrivée, nous parquons l’auto dans un grand parking (on repassera pour l’aventure en terre sauvage et inexplorée !). Quelques pas sur le chemin pour constater que le site est un vrai business, entre possibilité de se faire photographier avec un tigre (le pire étant que les gens font vraiment la queue pour prendre certainement la pose à côté d’un pauvre félin mal nourri au poil mité ; je dis cela car on ne le voit pas tant que l’on ne paie pas!) ou alors faire une balade à dos d’éléphants aux pieds enchainés et à l’oreille peut-être meurtrie par un crochet pour rejoindre les chutes d’eaux.

myWPEdit Image

Le grand Lawrence Anthony, « l’homme qui murmurait à l’oreille des éléphants », se désolerait du spectacle. Le livre de la jungle version esclavage : « Compagnie … en mesure ! La patrouille des éléphants s’achemine pesamment, la trompe en avant, les oreilles au vent, et circule militair’ment » !

myWPEdit Image

Bref, comme nous ne mangeons pas de ce pain là, nous ne louons ni pachyderme ni « navette 4×4 » (100 bahts par personne soit 2,25€) mais empruntons le chemin sablonneux et poussiéreux à jus de mollets. Quelques minutes de marche plus tard, nous avons une nouvelle fois le choix : le chemin bitumé pour 50 bahts (1,10€) ou la jungle via, dixit Yves Duteil, « le petit pont de bois, qui ne tenait plus guère que par un grand mystère et de piquets tout droit ».

myWPEdit Image

Aventuriers jusqu’au bout, nous optons pour la jungle (sans regret). À notre arrivée, l’étonnement est de mise : en bas, l’endroit est jonché de déchets plastiques, la cascade est plutôt ridicule et la belle piscine naturelle un brin exagérée (l’eau est marron, le bassin vraiment exigu et je cherche encore le violet des parois).

myWPEdit Image

Je m’octroie un plongeon dans les eaux troubles, histoire de me donner quelques frissons en imaginant ce qui peut bien vivre dans le fond ; un monstre du Loch Ness thaïlandais (Un éléphant ça trompe énormément, héhé !).

myWPEdit Image

Je prends la pose et… Smiiiiiiiiile !

myWPEdit Image

Nous continuons la grimpette (j’avoue qu’en tongs, j’ai vraiment mal joué sur ce coup, ça glisse !) pour découvrir la cascade en amont.

myWPEdit Image

Cette fois, le lieu devient charmant, plaisant, agréable, aaaaah là d’accord !

myWPEdit Image


Pour manger un morceau, je recommande le restaurant du Dr. Frogs (103, Moo 3 Bophut, Koh Samui 84320, Thaïlande / Tél : +66 77 448 505 / Ouvert à partir de 12h00, les cuisines ferment à 22h30 en basse saison et 23h en haute saison / http://www.drfrogssamui.com/df/home/).

myWPEdit Image

Situé à proximité du point de vue de Samui, le restaurant offre un superbe panorama sur la baie de Chaweng.

myWPEdit Image

La recette du succès : une cuisine italienne (et thaïe) savoureuse, un cadre extra, un accueil chaleureux et un personnel sympathique, le tout à prix doux. Sans chichi, tout est réussi, la pizza à pâte fine et croustillante, le fondant des gnocchis, la cuisson du risotto, sans oublier la signature-maison, les cuisses de grenouilles accompagnées de bon pain.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une belle ripaille comme je les aime… Comme chanté si gaiement dans le film Ratatouille : « Le festin est sur mon chemin » !

myWPEdit Image

Koh Samui : Visite du Temple Big Buddha et farniente à la plage de Crystal Bay

myWPEdit Image

Maintenant que nous sommes bien installés à Koh Samui, place à la visite. Je grimpe dans l’auto direction le célèbre temple de Big Buddha (Big Buddha Temple aussi appelé Wat Phra Yai).

myWPEdit Image

Si certains viennent s’émerveiller de la taille et la beauté de cette statue dorée de 12 mètres de haut, j’avoue que je commence à perdre l’extase des premières fois (bouuuuh la raboubou !).

myWPEdit Image

Bon allez j’exagère, le bouddha éclatant est une curiosité, il est immense et visible à des kilomètres à la ronde mais le cadre est très touristique avec toutes ces échoppes de souvenirs.

myWPEdit Image

L’entrée dans le temple Wat Phra Yai est gratuite, il faut seulement se déchausser ; ici la tenue n’a pas d’importance, seuls les maillots de bain sont exclus, on ne vous interdira pas l’entrée si vous portez un débardeur et un short ; comme diraient Chevalier et Laspalès : « C’est vous qui voyez ! ».

myWPEdit Image

À propos de ce temple, un illustre Maître « Jet d‘ail » disait toujours : « Petit Padawan, si Big Buddha tu veux visiter, grands dangers tu devras affronter : petons tu devras dénuder, escaliers bordés de dragons tu devras grimper, foule de touristes tu devras éviter et très belles vues de la côte nord tu pourras admirer ».

myWPEdit Image


Montons sur les hauteurs de Crystal Bay pour un déjeuner au restaurant « The Cliff » (124/2 Moo 4, Maret, Ko Samui 84330, Thaïlande, http://www.thecliffsamui.com/).

myWPEdit Image

Situé entre Chaweng et Lamai, le restaurant est perché sur une falaise surplombant la pittoresque plage de Crystal Bay. Le Chef Sergio Martelli propose une carte méditerranéenne mêlant tapas, viandes portugaises, fruits de mer, pâtes, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La cuisine est bonne mais l’ambiance un poil guindée pour un endroit qui se veut décontracté. Les plats sont dans l’ensemble savoureux avec un bémol sur les fruits de mer secs et trop cuits. Des imperfections toutes pardonnées face au service aimable et la vue imprenable sur la plage de Crystal Bay (205 Moo 4 Had Thong Takian Maret, Koh Samui, Suratthani, 84310, Thaïlande).

myWPEdit Image


Poursuivons avec un bain de mer en contre-bas dans les eaux cristallines de cette fameuse Crystal Bay. Il est vrai qu’il y a du monde à se partager l’ombre des cocotiers mais le lieu offre une plage de sable blanc, des eaux peu profondes et translucides.

myWPEdit Image

En somme c’est l’eden sans les pommes (mais avec les cocos). Note pour plus tard : si vous voyez un coin bien à l’ombre et étrangement désert alors que la plage est bondée, jetez un œil en haut de l’arbre, cela cache forcément une grappe de noix de cocos. Comment ruiner ses vacances, assommé par l’équivalent d’une boule de bowling ! On évite le striiiiiiiiike ! Allons plutôt nous la couler douce…

myWPEdit Image

Koh Samui : nouvelle île pour une nouvelle vie

myWPEdit Image

Bye bye Bangkok, bonjour Samui… Exit le rythme effréné des grandes capitales ; après Paris, Bangkok, nous emménageons à Koh Samui, petite île tropicale baignant dans le golf de Siam. On en rêvait, on l’a fait (Yes, we can !) : J’ai troqué mon air pollué (non sans peine) pour un air frais balayé par la mer. Finis les embouteillages, les gratte-ciels et les centres commerciaux, désormais ce sera plages de sable fin, cocoteraies, montagne verdoyante et plongées à gogo.

myWPEdit Image

Nous avons trouvé une maison (une vraie pas une cahute en paille sur la plage) du côté de Bophut, près de Fisherman’s Village.

myWPEdit Image

Nous avons également trouvé une école pour notre fiston.

myWPEdit Image

Du haut de ses 20 mois, Cassius va désormais à Tiny Steps Nursery and Pre-School (2/68 Moo 1, Bophut, Koh Samui, Thaïlande, Tel: +66 (0) 7742 6941, http://samuitinysteps.com/).

myWPEdit Image

L’école est nouvelle, ouverte sur l’extérieur avec une directrice anglaise vraiment compétente : c’est le paradis (bon d’accord, c’est cool mais va falloir couper le cordon, bouh !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

En faisant un tour pour repérer les commodités environnantes de notre maison, je découvre avec amusement mon nouveau pressing.

myWPEdit Image

Je me promène dans le petit « marché d’à côté », en face de ma rue (un chemin de poussière serait plus juste).

myWPEdit Image

Je fais connaissance avec mon nouveau boucher (la viande posée sur les étals sous 40° c’est toujours un succès : miam, miam les mouches !).

myWPEdit Image

Je salue ma nouvelle poissonnière (en grande activité de lecture de B.D !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

J’achète quelques fruits et légumes (oui ça au moins je peux manger sans risque de me choper une turista carabinée !).

myWPEdit Image

Je me réjouis de la belle boutique de vêtements très tendance ; Inès de la F., Karl L. et Jean Paul G. ont de quoi pâlir d’envie (de rire !).

myWPEdit Image

Le coiffeur local a un salon vraiment chic. Au mur, il expose ses créations (tous les hommes ont la boule à zéro ; s’embête pas le coiffeur) ! Nos Jacques D. et Franck P. nationaux s’arracheraient les cheveux en le voyant !

myWPEdit Image

Bref, vous l’aurez compris, ici c’est « Plus cool la vie » !

myWPEdit Image

Il y a quand même quelques inconvénients à vivre dans la jungle : les bestioles !

myWPEdit Image

Et je ne parle pas que des moustiques qui vous empalent et vous filent la dengue.

myWPEdit Image

Nous avons fait venir le Pest control mais j’ai eu l’ingénieuse idée (que dis-je la brillantissime idée !) de vaporiser un spray anti-insecte dans un trou à l’arrière de la maison : j’ai quelque peu semé « le vent » et… récolté la tempête. Tel un film d’horreur de série Z : l’invasion soudaine et massive d’une nuée de cafards énormes (et pas les potes d’Oggy croyez-moi!), scolopendres géants, araignées gigantesques et autres rampants à vous faire frissonner !

myWPEdit Image

Taïaut les bêtes hors du trou et pour moi sauve-qui-peut ! D’habitude courageuse, j’avoue, j’ai littéralement HUUUUUUURLÉ de frousse et armée de ma bombe destructrice, le combat a été sanglant !

myWPEdit Image

J’ai remporté une victoire mais pas encore la guerre (il y a encore pas mal de « soldats » là-dessous !).

myWPEdit Image


Plus réjouissant, une petite session de deux plongées à Sail Rock avec l’excellent club du 100 Degrees East (23/5 Moo 4 | T Bophut, Ko Samui 84320, Thaïlande : Big Buddha Beach, North Coast Samui, En face du restaurant Ocean’s 11, Tel / Fax: +66 (0) 77 245 936, http://www.100degreeseast.com/).

myWPEdit Image

Service 5 étoiles (de mer ahahah !) pour ce club dont les prestations sont parfaites. À 6000 bahts par personne (140€ environ) les deux plongées (4000 bahts si résidents à Samui soit 90€ environ), ils peuvent changer ma bouteille et ranger mon matériel. Zut, ils n’appliquent pas la crème solaire. Résultat : un petit coup de chaud sur les cuisses (enfin pas si petit, aie, aie, aie !).

myWPEdit Image


Un petit creux ? Direction le Zazen Boutique Resort and Spa (Samui Ring Road, Bo Phut, 177, Moo 1, Tambon Bophut 84320 Koh Samui, Suratthani, Thaïlande, Tel: +66 7742 5085, http://www.samuizazen.com) pour un déjeuner des plus divin.

myWPEdit Image

Le cadre est magnifique avec une vue sur la baie de Bophut.

myWPEdit Image

Une décoration thaïlandaise chic et soignée baignée de verdure.

myWPEdit Image

C’est dans ce cadre enchanteur que je me délecte de quelques rouleaux de printemps frais, de raviolis ricotta épinards et autres douceurs telles que le mille-feuille.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Bref, une régalade gastronomique, une bamboula des papilles, que dis-je une fiesta culinaire.

Comme dirait (presque) Bobby McFerrin :  » (À Samui), don’t worry, be happy » !

myWPEdit Image