Koh Samui : Découverte du temple Wat Plai Laem, apéro au Bar « Ailleurs », dîner au restaurant « La Côte de Bœuf » et invasion de serpents.

myWPEdit Image

Une virée au temple du Wat Plai Laem (Nr Ban Plai Laem School, Road 4171, Koh Samui, Thaïlande), à deux pas (enfin à cent pas) du Wat Phra Yai, aussi appelé Big Buddha Temple. Pour les amateurs de temple carton-pâte, le Wat Plai Laem est le paradis. Construit il y a peu de temps, l’endroit expose deux immenses statues à l’effigie de Guanyin, la déesse de la compassion.

myWPEdit Image

De style chinois, la statue arbore 18 bras (attention à la fessée !) et jouxte un Ubosot (hall d’ordination) créé par l’artiste thaï Jarit Phumdonming, exhibant des fresques murales colorées relatant la vie de Bouddha.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À côté, un immense Bouddha blanc rieur siège sur son socle.

myWPEdit Image

Les statues se situent chacune au milieu d’un lac artificiel rempli de poissons obèses bien capables, à mon avis, d’avaler un éléphant s’il tombait dedans ! Lors de ma visite, j’effectue un bond spectaculaire pour avoir le plaisir de vous épater (oui avouez que mon saut vous laisse pantois(e) !), j’ai malencontreusement, littéralement, catapulté ma superbe tong Havaïanas venant du Brésil dans le bassin des affreux vertébrés aquatiques à branchies ! Oh tristesse, adieu souliers aérés chéris ! Mais heureusement que « Prince Halim » s’est gentiment dévoué pour récupérer mon godillot estival avec sa gambette à moitié immergée dans l’eau sombre infestée de monstres poisseux, beurk, quel acte héroïque !

myWPEdit Image


Pour siroter un godet accompagné de tapas au soleil couchant, il existe un endroit sympathique, le Bar « Ailleurs » (À Bangrak, à 20 mètres sur la gauche sur la route principale après Big Buddha).

myWPEdit Image

Tenu par deux jeunes Français, Lou et Clément, le lieu, au bord de l’eau et ouvert sur l’extérieur offre une décoration zen et soignée tout en gardant un esprit décontracté.

myWPEdit Image

À découvrir au crépuscule…

myWPEdit Image


Pour le temple de la viande rouge, direction le restaurant « La Côte de Bœuf » (Ghost Road). Les amateurs de bidoche tendre et fondante seront servis sur un plateau. La carte est une hymne à la bonne chère : Fondue Bourguignonne, Filet de Bœuf, Tartare, Carpaccio, Onglet, Bavette, sans oublier la Côte de Bœuf accompagnée de son os à moelle. La carte recèle d’autres petits plaisirs : Gnocchi au bleu et épinards, Camembert et sa charcuterie, Lasagnes, Magrets de canard, etc.

myWPEdit Image

L’adresse est une perle de tranquillité, bien dissimulée dans une ruelle sans passage, à l’abri des regards. Le patron, Michel, reçoit ses hôtes dans sa maison, une belle et grande demeure aux accents exotiques où le jardin luxuriant fait office de salle à manger.

myWPEdit Image

Les prix sont très doux, moins de 500 bahts par personne pour un plat et du vin, de l’inédit à Samui !

myWPEdit Image

Bref, je lève les deux pouces car une régalade en règle agrémentée d’une franche rigolade, dites les copains, « C’est quand qu’on y r’tourne » !
Novembre approche, la saison des pluies guette. Entre grand beau et flotte à gogo, la tenue idéale oscille entre bottes, ciré et maillot ! Les averses abondantes de la mousson donnent l’occasion aux chers humains, de côtoyer plus que de coutume quelques attachants reptiles, d’ordinaire si discrets et peureux, à la recherche d’endroits secs. À cette période, mieux vaut avoir une flûte dans son sac pour jouer les psylles en cas d’urgence car les serpents envahissent nos espaces de vie !

myWPEdit Image

Et un « Chrysopelea » dit serpent volant en veux-tu, et un « Python » débonnaire en voilà, mais gare aux cobras royaux, najas, kraits, et autres vipères qui vous feraient passer l’arme à gauche à la moindre morsure !

myWPEdit Image

Après en avoir traqué un « serpent fouet » ou « liane » vert fluo dans l’arbre en face de la maison en compagnie du jardinier (qui n’a rien à voir avec l’affriolant John Rowland de la série Desperate Housewives : un Thaï bedonnant, trapu, des yeux globuleux portant une casquette de fille rose sur laquelle est inscrit « Boy » !).

myWPEdit Image

Puis, chassé un gonyosoma vert pomme de ma cour arrière en criant comme une décérébrée puisque confondu avec un gros câble remué par le vent, je pense sérieusement à :
1) Bouquiner le livre « Les serpents pour les nuls » pour pouvoir reconnaître le tentateur d’Adam et Ève, pour ne hurler qu’en cas d’extrême nécessité : Heeeeelp a cobraaaaaaaa !
2) Me faire refaire une paire de lunettes de vue afin de discerner les ophidiens des branches. Ah oui entre parenthèse, j’ai eu la brillante idée de passer mes binocles au lave-vaisselle, les verres sont complètement rayés et flous, une championne je vous dis !
Sur ces mésaventures made in Thaïlande, je vous laisse méditer sur ce bon dicton du Bénin qui dit que : « le serpent a beau courir, il ne va pas plus vite que sa tête » alors pas de panique, « Aie confianc«sssssssss »e, Kaa !

Comment se rendre au restaurant « La Côte de Bœuf » (Source : samui-passion.com) :


En venant de Lamai : Prenez la route principale (4169) direction le nord (Chaweng, Bophut…). Vous passez devant Tesco Lotus Chaweng (sur votre gauche) puis Makro (sur votre droite). Un peu après, tournez à droite juste avant d’arrivez au Big C, au niveau du panneau « Bandon Hospital ». Vous arrivez à une intersection avec deux 7 Eleven et un Tesco Lotus Express, là tournez à gauche. Filez tout droit. Vous passez devant Yato Fitness (sur votre gauche). La Côte de Boeuf se trouve un peu après, à la première à droite.

En venant de Bophut : Lorsque vous êtes face à l’entrée du Fisherman village (face au grand panneau avec écrit « Fisherman Village »), prenez à droite (direction Big Buddha). Vous êtes ici sur la route 4171. Vous allez longer la plage pendant 2,6 km. Après le restaurant « La Sirène » (sur votre droite), vous arrivez enfin à un 7 Eleven. Là tournez à droite. Roulez pendant 180 mètres et prenez la première à gauche. Vous êtes arrivé.

En venant de Chaweng : Repérez le lac de Chaweng. Au Nord-Est du lac, vous partez du rond point. De ce rond point, allez direction ouest (allez à l’opposé de la plage). Vous longez le lac par sont côté nord. Vous passez devant la poste (sur votre droite), puis prenez la première rue à droite nommée « Bon Kai Road ». Suivez cette route toujours pendant 2,5 km (attention aux intersections). Vous passez devant Yato Fitness (sur votre gauche). Prenez la première à droite. Vous êtes arrivé

Koh Samui : Plongée et macrophotographie sous marine à Sail Rock, déjeuner au restaurant The Jaroen du Scent Hotel, rencontre avec la guichetière moustachue du bureau de poste de Chaweng, barbecue au restaurant Starfish and Coffee et spectacle enflammé sur la plage de Bophut au Coconut Cuisine

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À bord d’un speed boat, cheveux aux vents, mer d’huile et soleil éclatant (avouez que j’envoie du rêve!), direction le site de Sail Rock (“Hin Bai”) pour une matinée de plongée.

J’enfile ma 3 mm, chausse mes palmes, ajuste mon masque, procède au « buddy check » avec mon acolyte préféré et hop à l’eau !

myWPEdit Image

À plonger à plusieurs reprises au même spot, on finit par s’intéresser à tout ce qui ne nous saute pas aux yeux les premières fois.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Après y avoir rencontré les requins-baleines, traversé la cheminée verticale de 16 mètres, tournoyé avec les bancs de barracudas géants, assisté aux parties de chasse des carangues et des maquereaux, poursuivi les mérous géants, déguerpi plus vite que mon ombre face aux balistes titans, observé les poissons-papillons, les vivaneaux et les fusiliers, frissonné devant les murènes, taquiné les poissons-clowns cachés dans leur anémone et titillé les curieux platax, je scrute désormais le minuscule.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Tout ce qui est petit est mignon alors à travers les coraux chamarrés, j’explore et guette les espèces benthiques microscopiques vivant sur le récif.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Nudibranches, crevettes d’anémone, gaterin arlequin au stade juvénile, etc., Sail Rock regorge d’une faune et flore macroscopique fascinante.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Nichée dans une fissure verticale étroite et happée par ma quête, ma palme frôle la roche.

myWPEdit Image

Aïe, aïe, aïe, nom d’un échinoderme, qui s’y frotte s’y pique, je pousse un cri dans le monde du silence ! Bien joué la spéléo en herbe, des aiguilles d’oursins-diadèmes sont plantées dans le caoutchouc de mon chausson et me piquent à chaque mouvement de pieds ; ah quelle nigaude, vraiment je remporte la palme ! La « châtaigne de mer » en question aurait pu m’éviter en voyant ma silhouette s’approcher d’elle, elle possède pourtant un immense « œil » cerclé d’orange ! Oups, mea culpa, en réalité cet orifice proéminent n’est pas son organe de la vision mais plutôt sa papille anale !

myWPEdit Image

Au vu de la rougeur et des mini-épines (parfait pour quelqu’un qui souhaitait faire de la macro !) sous ma peau, cet échinidé a certes eu le « compas dans l’œil » mais pour que je lui adresse mes plates excuses pour l’incident, en revanche, il peut « se mettre le doigt dans l’œil » ! En définitive, deux fabuleuses plongées où une fois encore, j’en ai pris plein la vue !

myWPEdit Image


Pour un déjeuner « modèles réduits » dans un cadre splendide, rendez-vous au restaurant The Jaroen du Scent Hotel (58/1 moo 4, Bangrak Beach, Bophut, Koh Samui, Suratthani 84320, phone: +66 77 962198, +66 77 960123, email: info@thescenthotel.com http://www.thescenthotel.com/).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La carte propose une cuisine européenne et thaïe.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les portions des assiettes relèvent d’un minimalisme certains pour un regrettable « maximalisme tarifaire » !

myWPEdit Image

Mon tartare de saumon (350 bahts) est pourtant bien assaisonné mais pas plus gros qu’un médaillon camée victorien.

myWPEdit Image

Les rouleaux de printemps frais et frits (290 bahts) sont appétissants et parfumés mais je ne vais franchement pas m’étouffer (et nous sommes sensés partager ?) !

myWPEdit Image

Le sandwich Caprese rempli de fraîcheur (350 bahts) sauve l’honneur culinaire.

myWPEdit Image

Le point fort me demandez-vous ? L’endroit est calme, reposant, au bord de la plage de Bangrak avec une vue incroyable sur la mer.

myWPEdit Image

En somme, vous apprécierez y boire un verre et grignoter des amuse-bouches mais en cas de folles envies rabelaisiennes avec les copains Gargantua et Pantagruel, passez votre chemin…

myWPEdit Image


Je fais la rencontre de la postière du petit bureau de Chaweng. Absolument charmante, elle a comme qui dirait un petit quelque-chose de félin ! Oui c’est bien ça, j’ai trouvé : sa moustache d’ado prépubère ! Bonjour Monsieur, heuuuu Madame, enfin M’sieur Dame…

myWPEdit Image

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, sa voisine de comptoir sosie de « Cousin Machin » avec sa tête à l’envers semble très, très occupée avec son fer à lisser les cheveux.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Elles sont irrésistibles et la scène désopilante ! Hé oh, y a pas marqué La Poste là !

myWPEdit Image


Pour un barbecue sur la plage, le restaurant Starfish and Coffee (Fishermans Beach Road, Fishernans Village, Bophut, Kho Samui, Thaïlande) me régale particulièrement avec leurs crabes : une pépite gustative dans l’assiette.

myWPEdit Image

Et si dépiauter vous rebute, la carte propose viandes, poissons, crustacés et autres plats thaïlandais savoureux. Le service est souriant et les prix raisonnables. Vous auriez tort de ne pas y goûter !

myWPEdit Image


Un dernier verre sur la plage de Bophut au Bar du Coconut Cuisine (ou Coco Tam’s) (99/1 Moo 1, Bophut, Kho Samui 84320, Thaïlande).

myWPEdit Image

Dans ce jardin de sable, se sirotent cocktails maisons sur des balancelles individuelles, l’ambiance cocooning plane sur les lits d’extérieur, ça trinque bière à la main sur les poufs XXL et au programme, un spectacle époustouflant par des Maîtres du feu.

myWPEdit Image

Les performeurs bravent tous les dangers pour nous mettre des flammes dans les yeux.

myWPEdit Image

Inutile de préciser qu’en Thaïlande, point de permis de pyrotechnie et de manipulation d’explosifs exigé pour exercer son art alors parfois, l’assemblée retient son souffle. Les artistes jouent avec le feu… Gare aux étincelles !

myWPEdit Image

Koh Samui : Découverte du panorama au Chedi Kho Hua Jook (ou Khao Hua Juk), farniente à la plage de Chaweng, détente au « Jungle Club », dîner cocasse au restaurant japonais « Kobori » et déjeuner d’anniversaire au Panali du Vana Belle

myWPEdit Image

Une virée au Chedi Kho Hua Jook pour admirer la vue sur le lac de Chaweng et sur la courte piste aéroportuaire de Koh Samui.

myWPEdit Image

Amateurs de voltige, c’est « The place to be » !

myWPEdit Image

Sur un plan, le stūpa bouddhique est facilement identifiable mais grâce à mon sens de l’orientation hors pair, je réussis à tourner environ 2 ou 3 fois autour du Mont (voire davantage mais le nombre exact me fait honte !), me retrouvant ne sais trop commun de l’autre côté du Lac. Tant va la « cruche » à l’eau…

myWPEdit Image

Bref, je finis par emprunter (enfin !) le bon chemin.

myWPEdit Image

Je passe devant le Q Bar et monte les escaliers qui mènent au sommet ; quelle « Cloche » !

myWPEdit Image

Ce n’est certes pas le « Toit du monde » mais la vue qu’offre la Pagode est intéressante. À l’instar de l’attrape-nigaud de fête foraine, j’insère une piécette dans l’une des « machines attrape-peluche ».

myWPEdit Image

Oui, une rumeur court sur Samui comme quoi la Pagode serait financée par Partouche ou Lucien Barrière, mais bon, chuuuuuut c’est un secret ! Comme j’ai la baraka, attention tenez vous bien… Je gagne, la prière du jour !

myWPEdit Image

Le lieu abrite (soit disant) une empreinte de Bouddha.

myWPEdit Image

Perplexe, j’observe la trace pédestre, nom d’un petit bonhomme, c’est un « sacré panard » !

myWPEdit Image

Je ne vois que deux explications à ce mystère de pointure.

myWPEdit Image

Soit Bouddha était atteint d’acromégalie, auquel cas la taille gigantesque de ses petons se comprend. Quoique, même Robert Pershing Wadlow, aussi connu sous le nom de « géant d’Alton », qui fut l’homme le plus grand du Monde (2,72 mètres et 199 kilos), avait des pieds qui mesuraient 47 cm.

myWPEdit Image

Mais à bien y réfléchir (pas trop non plus, assez élémentaire mon cher Watson !), faut pas pousser mémé dans les orties, je crois bien que la pancarte nous raconte des carabistouilles…

myWPEdit Image


Puisque c’est ainsi, je m’en vais méditer sur cette entourloupe orthopédique à la plage de Chaweng.

myWPEdit Image

Au moins, allongée sur la plage, les cheveux dans les yeux, et le nez dans le sable, qu’on est bien… Hein M’sieur François Deguelt ! Puisqu’il y aaaaaaaa (je vous entends déjà fredonner) le ciel, le soleil et la mer…

myWPEdit Image


Mais la baignade, ça creuse alors je quitte ce beau rivage, direction le « Jungle Club » (Chaweng Noi beach – Soi Panyadee school – koh Samui – 84320 Suratthani – Thaïlande, Tel. : + 66 (0) 81 894 2327 / (0) 81 891 82 63, http://www.jungleclubsamui.com/).

myWPEdit Image

Perché sur les hauteurs de Chaweng, le lieu prend des allures de paillotes de Robinson Crusoé. Avec son ambiance « Relax, take it easy », le restaurant sert une cuisine thaïlandaise et occidentale dans un cadre enchanteur, dévoilant une vue fantastique sur la côte est de l’île.

myWPEdit Image

Des cabanes dans les arbres, des hamacs suspendus, une piscine à débordement pour un déjeuner en haut des cimes. Un moment d’oisiveté dans la peau de « Vendredi ou la Vie (presque) sauvage » !

myWPEdit Image


Pour le dîner, changement de décor, j’enfile le kimono pour un repas japonais au Restaurant Kobori (183/4 Moo1, Maenam, Koh Samui, Mae Nam, Ko Samui 84330, Thaïlande, http://www.samuikobori.com/).

myWPEdit Image

Excellent signe, depuis la devanture, on aperçoit salle comble. L’établissement est réputé comme un QG de Japonais. Dans cette salle étroite conçue en enfilade, on y découvre un mobilier sommaire, des estampes accrochées aux murs, des bouteilles de Saké par dizaines. La carte recèle de spécialités alléchantes. Au menu : gyoza, ramen, okonomiyaki, tempura, sashimis et sushis ultrafrais, et j’en passe.

myWPEdit Image

On se délecte de ce gueuleton nippon et l’on se désaltère à grandes gorgées de bières Asahi.

myWPEdit Image

Pour parfaire l’ambiance, tentons le tsuru-tsuru avec les nouilles udon en aspirant de son bouillon, les pâtes molles, épaisses et élastiques avec un raffut de babines dégoulinantes (effet sexy garanti !). Mention « exceptionnelle » pour le patron, « Kobori », sacré personnage, sketch à lui seul qui mène ses équipes à la baguette (ahahah !).

myWPEdit Image

Vêtu d’un yukata (kimono estival), chaussé de getas (chaussures traditionnelles du Japon) dans lesquelles il porte des tabi (chaussettes jusqu’à mi-mollet qui séparent le gros orteil des autres orteils) et muni d’un éventail (ça se trouve c’est un tessen, qui sait !), il a le look « Koko » !

myWPEdit Image

On dirait Monsieur Duronchon du resto, le Mambo, sorti tout droit du manga « Embrasse-moi Lucile ». Oui je sais ce que vous pensez, encore une nana de la génération « Youpi ! L’école est finie » sur « La Cinq » !

myWPEdit Image

Enfin, vous reprendrez bien un petit Saké ? Kampai !
Une pensée émue à ma famille et mes amis formidables pour vos bons souhaits et baisers à mes moultes printemps.

myWPEdit Image

On se bichonne avec un merveilleux déjeuner d’anniversaire, entourée de mon cher et tendre et notre fiston, dans le cadre splendide du Panali au Vana Belle (9/99 Moo 3, Chaweng Noi Beach · Surat Thani · Koh Samui 84320, Thaïlande, tél : (66) (77) 915 555, http://www.vanabellekohsamui.com/).

myWPEdit Image


Le bonheur est sous les cocotiers…

myWPEdit Image

Koh Samui : Visite du Temple Wat Samret, plongée à Sail Rock avec les requins baleines et dîner au restaurant Orgasmic

myWPEdit Image

Exit la foule de Bophut, j’engage une virée au Sud de Samui, du côté de Lamaï, direction le méconnu et déserté temple du Wat Samret.

myWPEdit Image

À mon arrivée, je découvre une affreuse construction moderne style carton-pâte (décidemment encore une !). Sont fous ces Gaulois (heu ces Thaïs !), de détruire l’ancien pour recréer du neuf ; au secours la sauvegarde du patrimoine !

myWPEdit Image

Je fais tout de même le tour du « propriétaire » et là, belle surprise, j’entrevois une pièce plongée dans la pénombre remplie de bouddhas.

myWPEdit Image

Fabuleux trésor n’est-ce pas ?

myWPEdit Image

Tiens, tiens, où est Charlie (Laura plutôt, ahah) ?

myWPEdit Image


Une belle journée de deux plongées à Sail Rock avec le club du « Bophut Diving » (93/2 Bophut Beach, Fishermans Village, Koh Samui, http://www.bophutdiving.com/) où je dois bien l’avouer, Léo et moi, avons eu le popotin bordé de « noodles » (expression thaïe vous l’aurez compris !).

myWPEdit Image

Un premier saut à la mer avec un rendez-vous galant inattendu avec le majestueux requin-baleine (ou whale-shark). Hypnotisée, totalement sous le charme, je filme cette scène quasi surnaturelle où ce beau Rhincodon typus, surgissant de nulle part plane au dessus de moi avec une grâce folle.

myWPEdit Image

Et comme si l’expérience n’était pas déjà assez fantastique, nous jouissons ce jour-là d’une chance insolente.

myWPEdit Image

À la deuxième plongée, ce n’est pas un mais deux requins-baleines en même temps qui nous font l’honneur de leur présence : maman requin-baleine de 6 mètre et son loupiot de 4 mètres (rien que ça !). Je remonte sur le bateau des étoiles (de mer) pleins les yeux… Ménéli« kha » (pour la version thaïe) dirait : « Tout baigne » !

myWPEdit Image


Une belle adresse pour un dîner au coucher du soleil, le restaurant « Orgasmic » (147/24 Moo1 | Koh Samui, Surat Thani, Ko Samui 84320, Thaïlande, +66 84 846 6228, Situé sur la plage entre Bophut and Bang Rak, Ouvert de 15h à 23h, http://www.orgasmic-samui.com/).

myWPEdit Image

Un cadre enchanteur et une cuisine savoureuse aux notes thaïes et méditerranéennes, concourent à la renommée de l’établissement, situé en bord de plage.

myWPEdit Image

La carte est une ode au plaisir des papilles… Des champignons de Paris farcis aux escargots de Bourgogne (380 Bahts), des croquettes de homard (350 Bahts), des rouleaux de printemps frits aux légumes (220 Bahts) un tartare de thon rouge (360 Bahts), un carpaccio de canard ou de saumon et espadon (360 Bahts) mettront en appétit les gourmands.

myWPEdit Image

La suite est un régal : entre la fondue bourguignonne (590 Bahts), les barbecues de viandes ou poissons, le filet de barracuda aux câpres (540 Bahts), la symphonie de poissons et fruits de mer à la plancha (1350 Bahts), le homard au curry (1350 Bahts), le filet de vivaneau blanc accompagné de ratatouille (590 Bahts), etc.

myWPEdit Image

Un coup d’œil à la carte ? http://www.orgasmic-samui.com/x%20ORGASMIC%20MENU.pdf.

myWPEdit Image

Et s’il vous reste un peu de place, que diriez-vous d’un délicieux sabayon (280 Bahts), de succulentes bananes frites (190 Bahts), d’une crème brûlée fondante (230 Bahts) ou tout simplement un hommage à Sir Joe Sheridan avec un bon Irish Coffee (280 Bahts).

myWPEdit Image

Bref, à l’Orgasmic « on prend son pied » devant son assiette, les insatiables n’en laisseront pas une miette !

Koh Samui : Escapade à Grandmother and Grandfather Rocks (Hin Ta & Hin Yai), baignade à la plage de Choeng Mon Beach et ripaille au « Kwankao & Kruaklangsoi restaurant » et « Samon’s restaurant »

myWPEdit Image

Une sortie classée X…

myWPEdit Image

Comme le chante notre Pierrot national, « Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi »… Un retour à l’âge pipi-caca et hop, c’est parti, direction « Grandmother and Grandfather Rocks » autrement appelés « Hin Yai & Hin Ta » (Lamai Beach, Koh Samui, Thaïlande).

myWPEdit Image

Ces roches, aux formes naturellement érotiques, amusent la galerie.

myWPEdit Image

Entre « L’origine du Monde » et un roc bien plus calibré que la sculpture de David, les photos fusent. Gustave Courbet et Michel-Ange auraient soit-disant trouvé l’inspiration de leurs œuvres lors de vacances à Samui… Info ou intox (ahahah) ?

myWPEdit Image

Les rochers de Hin Yai & Hin Ta sont situés au sud de la plage de Lamai et ont été façonnés au cours de millions d’années par le vent et l’eau pour in fine ressembler à des organes reproducteurs humains.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La nature est bien faite, paraît-il ! La côte est magnifique et bordée de récifs gigantesques qui forment des bassins naturels entre les deux.

myWPEdit Image

Considérés comme des symboles de fertilité, les couples thaïs de l’île qui essaient d’avoir un enfant affluent pour bénéficier des vibrations et énergies positives du lieu.

myWPEdit Image

Les anciens racontent que les cailloux sculptés sont apparus après que deux amants se soient noyés dans la mer car leurs familles désapprouvaient leur relation. Pour résumer, cet endroit, c’est un peu la Casa di Giulietta de Vérone façon Samui, avec les légendaires « Loméo et Juyèt » locaux !

myWPEdit Image

Pour immortaliser notre venue sur le site, nous avons aimablement demandé à un touriste chinois de nous photographier avec « l’engin ». C’était à première vue évident, mais peut-être aurions nous dû préciser que nous souhaitions ce cliché avec ledit phallus de pierre en arrière-plan. Le résultat nous a fait mourir de rire car le type a choisi l’angle parfait pour dissimuler le fameux pénis rocheux juste derrière mon amoureux ! Heuuu, on la refait ? Allez, un sourire, dites ziziiiiiiiiiiiiiii !

myWPEdit Image


Une virée au nord-est de l’île à bord de mon auto (ma « Adventure car » comme nous l’appelons avec mon fiston), à la plage de Choeng Mon.

myWPEdit Image

La baie, calme aux eaux claires et peu profondes, est cerclée par une petite île sur un côté et une formation rocheuse sur l’autre.

myWPEdit Image

Prisée des familles, cette grève (qui ne fait pas de vagues, ohohoh !) est idéale pour les baigneurs en culottes courtes !

myWPEdit Image


Pour un excellent gueuleton thaïlandais, voici ma cantine du midi : Le « Kwankao & Kruaklangsoi restaurant » (42/4 Maenam soi 1, Maenam, Amphoe Koh Sa-Mui, Surat Thani, Thaïlande, ouvert tous les jours de 10h à 21h, tél : 08 98 73 99 64, ).

myWPEdit Image

Ouvert sur l’extérieur, ce troquet local offre quelques tables drapées de nappes à carreaux et propose une cuisine savoureuse et sans chichi.

myWPEdit Image

Aux fourneaux, Kwan, la patronne, cuisine sur le pouce, moultes petits plats maison, dont les prix avoisinent les 40 bahts (moins d’1€).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

L’endroit est toujours propre, les saveurs dans l’assiette sans fausses notes et la bonne humeur au rendez-vous.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je vous le dis, l’adresse est une perle (d’Asie) !

myWPEdit Image


Pour faire grande chère à prix doux : le Samon’s (Maenam, tél : 08 83 84 11 92). Une vraie partie de cache-cache car, à l’abri des curieux, le restaurant, situé sur la route principale de Maenam, est littéralement dissimulé derrière de hauts buissons. Le point de repère ? Entre le soi 2 et 3 de Maenam, vous verrez deux pharmacies l’une en face de l’autre et un 7-eleven ; il faut ouvrir l’œil ! À première vue, l’endroit ne paie pas de mine : pas de joli cadre, pas de décoration soignée ni même d’éclairage agréablement tamisé, pourtant, le resto affiche complet (un signe qui ne trompe pas) ! Ian, le patron, concocte une popote plutôt « cocorico» à la fois goûtue et conviviale.

myWPEdit Image

Des assiettes alléchantes, entre les escargots, le cordon bleu, le poulet au jambon serrano sauce échalotes et vin, les gnocchis maison, les pâtes, les pizzas, les riz sautés ou même la lasagne (à commander la veille), etc.

myWPEdit Image

Une cuisine comme je les aime pleine de délice et de simplicité dans une atmosphère bonne franquette. Il se murmure à mon oreille comme un air d’Herbert Pagani : « C’est la faim, c’est la joie, la bonne franquette. Et ça fume et ça boit, ça chante et ça rit. Je peux vivre sans pain mais pas sans amis ! »…

myWPEdit Image

Koh Samui : Découverte de Secret Buddha Garden (ou Magic Garden), baignade à la plage de Ban Tai Beach et restaurants « Anjali » et « Zenzibar »

myWPEdit Image

Finie la rigolade… Je pars en excursion à bord de notre tout terrain pour aller découvrir un lieu qui présente une thématique à la fois inattendue, insolite et surprenante en Thaïlande.

myWPEdit Image

Attention, tenez-vous bien, roulements de tambours, tabadam, tabadam, tabadam et…

myWPEdit Image

Surprise ! Des statues de bouddhas !

myWPEdit Image

Ça vous en bouche un coin, hein ? C’est tellement rare d’en voir ici des « éveillés » ! L’excursion est périlleuse à travers jungle, rivières et montagnes (oui, je dramatise la scène pour le suspens !). À flanc de colline, la montée est sacrément rude ! D’ailleurs, les scootéristes et autres cyclomotoristes ont bien du « courage » (enfin du mal plutôt) car ça grimpe dur ! Destination le fameux site de Secret Buddha Garden. Assis, debouts, couchés, (Médor !), les bouddhas, il y en a partout et pour tous les goûts !

myWPEdit Image

Également connu sous les noms de « Magic Garden », « Heaven’s Garden » et « Tarnim Magic Garden », le jardin est situé dans les collines de Samui à environ 550 mètres au-dessus du niveau de la mer.

myWPEdit Image

Le seul moyen de s’y rendre est à bord d’un bon véhicule. En cycliste coquet, vous pouvez toujours vous galber les cuisses dans la côte, armé d’un bon casque, de lunettes fashion, d’un lycra chatoyant, de chaussures colorées, avec la touche finale, les jambes rasées et huilées (quoiqu’ici avec le soleil, l’huile risque plutôt de faire frire vos cuisses de poulet).

myWPEdit Image

Le jardin a été construit en 1976 par un maraîcher local, Nim Thongsuk.

myWPEdit Image

Ayant commencé son projet fou, tout seul à 77 ans (jamais trop tard pour réaliser ses rêves), le jardin est rempli de statues d’animaux, de dieux, de démons, « et au milieu coule une rivière » (sans Robert Redford ou Brad Pitt, dommage !).

myWPEdit Image

L’entrée coûte 80 bahts (2€) mais la visite, il faut l’avouer, est un peu « limitée dans l’espace ».

myWPEdit Image

Le décor, soyons honnête, fait un peu carton-pâte avec son ruisseau artificiel et ses statuettes récentes mais bon, après tout ce joli chemin pour venir, on ne va pas en faire un fromage.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Ce qui est surtout rigolo, ce sont les touristes qui excellent dans l’art photographique, vous savez, les mêmes que l’on retrouve ensuite sur les sites « Topito » ou « Le Geek c’est chic », dans les top 10 des pires photos de vacances et qui me fait bien ricaner, j’avoue !

myWPEdit Image

À Samui, j’ai pu observer de beaux spécimens, friands de souvenirs collectors : la pauv’ Lucette, au milieu des statuettes avec son teint, loin du « Touche Éclat d’YSL » mais plutôt à la mine rougeaude, la tenue peinturlurée et la pose de bon (mauvais) goût… Allez, à propos de fromage, le petit oiseau va sortir : Cheeeeeeeeese !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 


Rien de tel qu’une petite trempette dans les eaux limpides de la plage de Ban Tai (Moo 5, Baantai, Maenam, Koh Samui Suratthani, Thaïlande).

myWPEdit Image

Ce petit coin de paradis, méconnu des touristes est bordé de cocotiers : un endroit de carte postale paisible et tranquille comme je les affectionne.

myWPEdit Image


Quelques bonnes adresses pour faire bombance sur la plage de Mae Nam :

myWPEdit Image


Le restaurant Anjali (Maenam soy 4, Ko Samui 84270, Thaïlande) qui mitonne un délicieux thon mi-cuit accompagné de ratatouille, rôtit son camembert au four avec de l’excellente charcuterie ou réalise d’exquis club sandwiches.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le lieu au mobilier blanc, style lounge tropézien avec de la musique électro, n’est certes pas ma tasse de thé mais l’accueil et la gentillesse de Florian (un des patrons) ainsi que sa bonne bouffe sont plaisants.

myWPEdit Image


Une petite paillote, le Zenzibar (18/33 Moo 1, Tambon Maenam, Koh Samui, Mae Nam, Ko Samui 84330, Thaïlande, http://www.zenzibar.net/) fait griller viandes, poissons et fruits de mer chaque soir sur la plage de Mae Nam.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Le lieu est vraiment sans chichi, la cuisine thaïe du midi est parfois insipide (parfois on fait une mauvaise pioche) mais le barbecue (du soir) est extra et c’est sans compter sur l’accueil chaleureux du patron.

myWPEdit Image

Les pieds en éventail sur la plage (les transats sont à disposition), un jus de fruit frais à la main, qu’il est doux de s’y prélasser et grignoter un morceau.

myWPEdit Image


Et puis, je garde le meilleur pour la fin… Après 9 longs mois d’attente, je suis tata pour la première fois (séquence émotion, je verse ma larmichette : chabadabada, chabadabada !). Les cigognes ont enfin apporté la jolie Maïa à ma sista (ou apparemment elle l’aurait trouvé dans une rose, me souviens plus très bien de l’histoire, mais c’est un truc comme ça).

myWPEdit Image


D’ailleurs pour la minute culturelle, pourquoi dit-on que les cigognes apportent les bébés ? Réponse : http://www.youtube.com/watch?v=I0cc6K_Lxlc&noredirect=1

Bref, mon petit fiston de 21 mois, Cassius, a depuis le 7 avril 2014, une nouvelle petite cousine, Maïa, née à Bangkok, à qui il pourra tester ses prises de catch !

myWPEdit Image


Elle est pas belle la vie ?

myWPEdit Image

Marché du Bangkok Farmer Market et découverte des restaurants « Himalaya » et « It’s Happened to be a Closet »

myWPEdit Image

Envie d’une escapade « bobo » à Bangkok ? Rendez-vous au « Bangkok Farmer Market » (K-Village, 93-95 Sukumvit 26, Klongton, Klongtoey, Bangkok, Thaïlande 10110 / +662 258 9919-21 / https://www.facebook.com/bkkfm). Pour les curieux, les prochaines dates sont le samedi 10 Août 2013 et le samedi 31 Août 2013, de 9h à 16h.

myWPEdit Image

Sur les étales, moultes produits bios tels que les pains aux diverses farines (le pain au vin rouge : pas mal !), fromages de chèvres français, fruits (avocats, noix de cocos, fruits de la passion, etc.) raviront les gourmets.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Des tartines provençales, des barquettes de poulet fermier/pommes de terres biologiques, des terrines campagnardes, des pâtisseries, des olives, etc. sont en dégustations/ventes : un régal !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La poissonnerie vend de belles crevettes, de beaux poissons et des limules surnommées « crabes fer à cheval ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Si vous avez vu le film « Océans », documentaire français réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, sachez que ces arthropodes, dignes représentants des temps préhistoriques, sont une espèce menacée pour leur sang bleu capable de coaguler les plaies. Pour plus d’infos : http://123ocean.com/sauver-humanite-sauvons-limules/.

myWPEdit Image

Donc en résumé, mangez les légumes, épargnez les limules ! Et puis, avec vos enfants, quoi de plus rigolo que de rendre les poneys aimables en leur donnant des carottes, encore des carottes et toujours des carottes !

myWPEdit Image

Aaaah, ils peuvent avoir les joues roses, les chevaux miniatures avec la quantité ingurgitée ! Et à 200 bahts (5€), le tour de canasson de 4 minutes chrono c’est un peu l’arnaque ! Mais bon résumons, l’endroit vaut le détour, histoire de faire le plein de bons produits du terroir français (et pas que), qui il faut bien l’avouer, nous manquent tant parfois (heuuuu rectification : nous manquent tout le temps) !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Pour un voyage (pas cher et pas fatigant) à la croisée du Népal, du Tibet, du Bhoutan et de l’Inde, rendez-vous au restaurant « Himalaya » (235/5 Sukhumvit 31, ouvert tous les jours de 11h à 22h30, http://www.thehimalayarestaurant.com/).

myWPEdit Image

Une décoration tibétaine traditionnelle avec un mobilier typique dans les tons pourpres et des drapeaux de prières qui vous plongent dans l’ambiance « Toit du Monde ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Au menu : des épices, des épices, du piment, des condiments et des épices (Ah je l’avais déjà dit ?) avec une belle découverte : les succulents « Momo », raviolis farcis cuits à la vapeur au poulet ou aux légumes que l’on trempe dans une sauce piquante (95B les 6).

myWPEdit Image

Nous testons le délicieux et recommandé curry indien : le « Prince Harry Chicken Curry » au poulet (155B) ; un des mets favoris du Prince britannique lors de son séjour en Afghanistan aux côté des soldats de la Gurkha. Les « Paneer Pakora », beignets de pommes de terre, fromage et épices fondent en bouche (175B), tout comme les parfumées « Jeera Aloo », pommes de terres au curry et cumin (85B).

myWPEdit Image

L’emblématique « Dal », soupe de lentilles, non pimentée, mêlée à un bouquet d’herbes aromatiques (70B) ne me transcende pas mais a le mérite de ne pas me mettre le feu au palais (rien que pour ça, je lève les pouces !). Les nans se laissent dévorer comme des petits pains (blague pourrie !) mais je ne me laisse pas tenter par le yaourt au lait de femelle-yack (trop mangé, suis repue, ça doit être ça !). Une expédition gourmande de Lhassa à Katmandou absolument délicieuse, à découvrir !

myWPEdit Image


Un lieu atypique où vous pouvez à la fois faire du shopping de fagotes originales et déjeuner au beau milieu de l’antre à tissus ? Je réponds « : « It’s Happened to be a Closet » (The Emporium, 622 Sukhumvit Road | 2ème étage, Emporium Department Store, Bangkok, Thaïlande).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Ce salon de thé/restaurant/échoppe est une vraie caverne d’Ali Baba renfermant mille trésors.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Des vêtements de créateurs, des objets de décorations, le lieu respire l’originalité, et les coins aménagés pour se sustenter relèvent d’un non-conformisme notoire.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je vous laisse en juger par mes quelques clichés et à l’occasion, venez vous perdre dans cet endroit tout droit sorti des « Milles et une Nuits » (contemporaines, il en convient). Sésame, ouvre-toi…

myWPEdit Image

Wat Ratchanatdaram Worawihan (Loha Prasat), Monument de la Démocratie (Democracy Monument), dîner au Seven Spoons et concert de Wax Tailor

Un détour par le Monument de la Démocratie. Véritable emblème national, le « Democracy Monument », de son nom thaï Anusawari Pracha-athipataï (monument-peuple-souveraineté), a été construit en 1940 et se situe au croisement des avenues Rachadamnoeun et Din-So, au cœur de Rattanakosin. Érigé pour commémorer le coup d’état du 24 juin 1932 qui avait transformé la monarchie absolue, vieille de sept siècles, en monarchie constitutionnelle. La symbolique du bâtiment est forte. Les quatre colonnes en forme d’ailes mesurent 24 mètres (pour la date), tout comme le rayon de la place d’ailleurs, laquelle est fermée par un cercle de 75 boulets de canon. Au sommet du dôme central, le piédestal sur lequel repose la constitution mesure 3 mètres de haut, en référence à juin, 3e mois de l’année bouddhique. Ce lieu sert aujourd’hui de point de ralliement pour les manifestations anti-gouvernementales.

myWPEdit Image


La minute culturelle passée, je poursuis ma petite escapade le long des klongs sous un soleil brûlant et apprécie la quiétude du lieu.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

J’arrive au Wat Ratchanatdaram Worawihan (Maha Chai Road, Bowon Niwet, Phra Nakhon, Bangkok, Thaïlande). Situé derrière le Mémorial du Roi Rama III sur l’avenue Ratchadamnoen, ce temple est considéré comme l’un des plus originaux de Bangkok puisque construit sous le règne du Roi Rama III et achevé récemment par le Département des Beaux Arts. Architecture assez indéfinissable il faut bien avouer, à la fois ancien et moderne !

myWPEdit Image

À l’intérieur, les moines sont en train de prier via leurs « chants » à la rythmique répétitive, au ton monocorde, l’ensemble sur fond de ventilateur qui tourne à plein régime !

myWPEdit Image

Le temple renferme le fameux Loha Prasat, pagode au sommet en métal, rose en forme pyramidale. Haut de 36 mètres et entouré de 37 spires, le Loha Prasat est unique au monde.

myWPEdit Image

Je quitte mes sandales et pénètre dans l’endroit désert. Je grimpe tour à tour les 6 étages par l’escalier en colimaçon. Chaque niveau offre un dédale de couloirs ouverts sur le dehors avec des pylônes placés à des endroits bien précis. De vrais labyrinthe aux configurations géométriques censés vous apporter méditation, paix intérieure et au dernier étage : le Nirvâna !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Me voici dans les pas de Bouddha en mode « ascèse » attitude, presque (je dis bien presque) dans l’absence de crainte de me retrouver nez à nez avec un « illuminé » caché au détour d’un mur.

myWPEdit Image

Entre ascétisme et hédonisme, je poursuis ma voie moyenne (enfin j’essaie), tentant d’annihiler tous les bons et mauvais sentiments qui m’animent (dur !). Je suis bien arrivée en haut, mais n’étant toujours pas remplie de stoïcisme et tombée dans l’indifférence face à la mort, la souffrance, l’amour, le bonheur et le malheur, je ne suis donc pas prête pour la fin du cycle de mes réincarnations. Bredouille de ma quête, je n’ai plus qu’à redescendre sur Terre (houlà mais c’est haut ce dernier étage !) et trouver ma propre voie du Salut !

myWPEdit Image


Je suis sauvée… Un lieu extraordinairement intimiste pour se recueillir autour d’un merveilleux dîner en tête à tête : le restaurant Seven Spoons (211 Chakkrapatipong Road, Bangkok 10100, Thaïlande ; http://sevenspoonsbkk.wordpress.com/).

myWPEdit Image

Un restaurant minuscule avec 3 ou 4 petites tables dressées (10/15 clients maximum) à la lueur des bougies.

myWPEdit Image

Une décoration minimaliste aux murs tout en bois : une tête de cerf en porcelaine, une mini statue de la liberté, le tableau d’un étalon, une lampe en pied et le portrait d’une femme.

myWPEdit Image

Le service est au petit soin et la cuisine absolument délicieuse. La carte propose toutes sortes de plats « internationaux » revisités : de la choucroute, des gnocchis au gorgonzola, des pâtes au chorizo, des poissons grillés et viandes en sauce mystère : À se damner !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

C’est DI-VIN, un côté seul au monde et vraiment pas cher (moins de 1000 bahts soit 25€ à deux pour une entrée partagée, 2 plats, 2 desserts et quelques bières). Je recommande vivement ce restaurant, attention réservation nécessaire : 08 45 39 18 19 ! Seul hic, le Seven Spoons étant victime de son succès, les patrons ferment cette petite perle courant juillet 2013 pour ouvrir un autre établissement de 45 couverts, alors ne perdez pas une seconde…

myWPEdit Image


Pour la fête de la musique 2013, l’Ambassade de France a organisé un magnifique concert sur l’Esplanade du Central World avec en guest star : Wax Tailor ! 1h de pure merveille musicale grâce à son doux nectar trip hop qui me berce les oreilles ! En bonne groupie, je lance mon soutien gorge sur la scène et crie « Jean Christooooooophe » ; je plaisante évidemment ! Le nouvel album « Dusty Rainbow from the Dark » est prodigieux et le rappeur Daryl et la chanteuse Charlottes Savary, hypnotisent la scène.

myWPEdit Image

Un conte musical « waxtailorien » à l’univers espiègle et à l’atmosphère cinématographique sur fond de symphonie scratches. Que sera, sera…

myWPEdit Image

Wat Suthat & Giant swing (ou Temple de la Balançoire géante), session karting et Best Beef Restaurant

myWPEdit Image

Une sortie touristique à la découverte du Wat Suthat (Bamrung Mueang Road, Bangkok, Thaïlande) ou également appelé Temple de la Balançoire géante. On ne peut effectivement pas le manquer, juste à l’entrée se dresse un gigantesque portique servant autrefois de balançoire.

myWPEdit Image

Sont fous ces Thaïlandais de construire des bascules pareilles ! La hauteur étant vertigineuse, les anciens racontent que les accidents étaient fréquents. Ah oui sans blague c’est étonnant ! Le jeu au 19ème siècle consistait à se balancer pour attraper des pièces d’or fixées sur un poteau devant le portique.

myWPEdit Image

L’escarpolette a fini par être supprimée suite à « quelques envols » inopinés ! Oui, après un nombre de morts incalculable, ils se sont dit : « C’est un peu dangereux, nan ?! ». L’entrée coûte 20 bahts (0,5€) et sur la terrasse inférieure 28 pagodons chinois dominent signifiant que 28 bouddhas sont nés sur cette terre.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le temple construit par Râma Ier et achevé par Râma III offre une particularité. Je vous entend déjà : « Un grand Bouddha doré ! « .

myWPEdit Image

Mais trop facile ; certes le temple abrite une figure du Bouddha Phra Sri Sakyamuni ou « Sisakayamunee » importée de la province de Sukhothaï mais le Wat Suthat Thepwararam est en réalité important pour ses peintures murales anciennes et sa collection d’images du Bouddha. Bluffés, non ?

myWPEdit Image

Soyez gentils, faites semblant !

myWPEdit Image


Envie d’un peu de sensations fortes ?

myWPEdit Image

Nous voici à Easykart (31//11 RCA Plaza, 2nd Floor, Rama 9 Road, Bangkapi, Huaykwang, Bangkok 10320, http://www.easykart.net/) pour une session de karting.

myWPEdit Image

Dans ce grand hangar, rendez-vous avec la vitesse grisante, le vrombissement des moteurs et les crissements de pneus.

myWPEdit Image

À raison de 1100 bahts par personne (soit 27,50€ environ) pour 2 sessions de 8 minutes, la compétition fait « rage » (et fait rire) ! Après avoir passé la charlotte jetable, mis le casque de pilote et fait les stars de Formule 1 devant l’objectif, c’est volant entre les mains et souliers au plancher que nous poussons les bolides.

myWPEdit Image

Vettel, Alonso et Raikkonen, on appuie sur le champignon, gare au chrono et roulez jeunesse ! Une bonne ricanade sur fond de grosse montée d’adrénaline !

myWPEdit Image


Lors d’une promenade à deux pas de chez moi, j’aperçois un attroupement de gens, bâton à la main le long du canal (klong). Je regarde dans l’arbre et me rends compte qu’une charmante bestiole longe le tronc : un serpent de 2,50 mètres.

myWPEdit Image

Il a l’air beaucoup moins rigolo que Kaa dans le Livre de la Jungle et je n’ai pas franchement envie de le retrouver dans le jardin du condominium ! Un tas de badauds regarde la scène et filme quand soudain : « PLOUF » !!! Ah, il a disparu dans l’eau l’animal ! Point de suite de sa trace, en espérant qu’il ne trouve pas le chemin de chez moi !

myWPEdit Image


LA bonne adresse de la semaine : Le restaurant Best Beef (1490/2 Sukhumvit Road, BTS entre On Nut et Phra Khanong, Ouvert tous les jours de 16h à minuit avec une dernière commande pour le barbecue vers 23h, http://www.facebook.com/BestBeefsukhumvit).

myWPEdit Image

Un immense hangar à la fois abrité d’une toiture et ouvert sur l’extérieur dont s’échappent d’alléchantes effluves de grillades. Sous ce porche géant, des centaine de tables et chaises en bois où une clientèle typiquement thaï fait la queue pour y dîner. Le concept : Pendant 2h, à volonté et pour 199 bahts par convive, un barbecue ou fondue avec diverses viandes de boeuf, poulet, porc, des poissons, des crevettes, etc., avec une multitude d’accompagnements comme le riz, la salade, le pain au beurre aillé, les frites, etc.

myWPEdit Image

Les boissons sont en sus à des prix plus que raisonnables, comptez 70 B et 100 B pour un litre de bière. La carte est en thaï alors pour commander, un peu de déchiffrage s’impose, pas une envie folle de manger des langues de porc et de la cervelle de poulet !

myWPEdit Image

Les produits sont frais, l’hygiène respectée et la préparation des assiettes de viandes faite à la vue de tous.

myWPEdit Image

Notre serveur est un as, il est d’une réactivité incroyable. En revanche, il faut être prêt à troquer son odeur de parfum pour une fragrance « grillade » car cheveux et vêtements s’imprègnent obligatoirement.

myWPEdit Image

Il faut commander les viandes et les poissons au fur et à mesure du repas car bien que le menu soit à volonté, point de gaspillage autorisé : 100 bahts vous seront demandés par 100 grammes de nourriture non mangés.

myWPEdit Image

Un lieu convivial, populaire et sans chichi pour se remplir la panse entre amis !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Visite du Wat Benchamabophit (Temple de Marbre), du Ananta Samakhom Throne Hall (Salle du trône Ananta Samakhom) au Dusit Palace et découverte des restaurants 4 Garçons et du Maggie Choo’s

myWPEdit Image

Un taxi et je file au Wat Benchamabophit, plus connu sous le nom de Marble Temple ou Temple de Marbre pour les nuls en anglais (Si Ayutthaya Road ou Rama 5 Road, Chitlada, Dusit, Bangkok, Thaïlande). Ouvert de 8h à 17h, l’entrée coûte 20 bahts (0,50€) et pour une fois, il y a peu de touristes. Quelques fidèles font des offrandes et prient, le lieu aspire à la zen attitude. Unique temple de marbre de Thaïlande avec ses trois couleurs dominantes : le marbre des murs, le rouge des tuiles et les dorures, on ne peut pas se tromper. À l’entrée, deux lions de marbre et à l’intérieur, je vous laisse deviner… Tic, tac, tic, tac un bouddha pardi ! Sa particularité, la statuette dorée et massive conserve les cendres de Rama V (Ayant régné de 1868 à 1910, il est le cinquième roi de la dynastie Chakri, fondée en 1782, et qui règne depuis cette date sur la Thaïlande, anciennement Siam).

myWPEdit Image

Un tour dans la cour derrière, et cette fois pour changer qu’y a-t-il à voir ? Tic, tac, tic, tac… Ni un, ni deux mais 53 bouddhas en bronze.

myWPEdit Image

Enfin, debout et occupant la place centrale de la cour… un bouddha ! Vous l’aurez compris dans les temples, on y voit des bouddhas, « Wat » else !

myWPEdit Image

Je poursuis mon chemin et attrape un moto taxi. Pour 7 bahts et 4 minutes de course plus tard (le chemin se fait à pied mais la chaleur est écrasante et le prix de la course donnée donc pas d’hésitation), me voici devant le Ananda Samakhom Throne Hall au Dusit Palace (U-Thong Nai Road, Bangkok, Thaïlande).

myWPEdit Image

Situé au fond de la Place Royale, l’architecture est de style Renaissance Italienne. Après le coup d’état de 1932 qui a conduit à la monarchie constitutionnelle, ce beau bâtiment de 5600 m2 a abrité le Parlement Thaïlandais. Aujourd’hui, la Salle du trône Ananta Samakhom sert principalement à l’occasion d’importantes cérémonies royales et cérémonies d’État (oui, vous pourrez le replacer dans un dîner, ça fait toujours bien). Madre Mia, quel contraste effrayant avec la quiétude du temple, avec ces cars entiers de touristes asiatiques ! En rang d’oignons suivant leur guide au drapeau jaune, orange, rouge selon les groupes, et ça hurle tellement que je me crois à la foire ! Niveau décibel, je ne sais pas si c’est bien règlementaire, z’êtes fous les gars! Le ticket d’entrée est à 150 bahts (4€), j’ai bien pris le soin de porter un bon pantalon et un bon tee-shirt couvrant. Et oui, pas folle la guêpe, en Thaïlande, dans les lieux type temple & cie, il ne faut surtout pas que l’on aperçoive vos épaules (même dissimulé sous un châle, je vous aurais prévenus !) et vos jambes également. Alors malgré la chaleur étouffante, tel Obélix je porte de bonnes braies ! Et là, la caissière me dit (je traduis) : « Pour entrer vous devez porter une jupe car c’est une résidence royale ». À cet instant, je m’entends dire, à l’image du top 13 des pires expressions de Norman : « C’est une blague ? »

Et l’érudite Nabila raisonne en moi tel l’esprit de Yoda à son padawan (navrée pour toutes ces références hautement philosophiques) : « Allo, non mais allo quoi.. T’es en Thaïlande et tu peux pas rentrer si t’es en pantalon ! ».

myWPEdit Image

Bien, bien, bien, alors je vous conseille de bien choisir la couleur car après vous le gardez dans vos placards ce sublime jupon (torchon), quelle veine ! 50 bahts (1€ environ) en sus pour ce joli vêtement saumoné coupé à la scie sauteuse, un véritable achat plaisir !

À l’intérieur, appareils photos et portables sont interdits et d’ailleurs, il faut laisser son sac au vestiaire. À l’intérieur, la décoration est de style victorien, il y a des dorures, des moulures, des tapisseries, de la vaisselle, et le clou de la visite : le trône (un petit siège doré sur lequel un popotin princier s’est assis, classe !).

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Une exposition présente les sacs, porte-monnaie, tableaux, bijoux et objets de cérémonie dont le roi et la reine utilisent lors de leurs sorties publiques. In fine, le coup de la jupe, je retiens, la prochaine fois je mets les deux, un pantalon et au dessus une jupe (voire un short en plus), comme ça, ne me ferai plus avoir.
Comme le dirait le grand Maître Jedi : « À vos intuitions, vous fier, il faut. »

myWPEdit Image

Côté culinaire, deux endroits à découvrir de toute urgence : 4 Garçons et Maggie Choo’s :

4 Garçons…

myWPEdit Image

4 Garçons offre un décor fleurs bleues dans des tons azurés : des sièges, fauteuils et banquettes au faux style Louis XV et Napoléon III.

myWPEdit Image

Une décoration sophistiquée avec des touches de brocante chic.

myWPEdit Image

Dans la pièce, un bar finement sculpté, des compositions bucoliques, des bougies sous cloche, des sculptures chérubins, des bougeoirs en pieds, des piles de bouquins, des bibelots romantico-vintage.

myWPEdit Image

À l’extérieur, de larges canapés confortables bordent les bassins de la terrasse en teck, je me ferais bien un petit apéro ici.

myWPEdit Image

Deux des quatre camarades propriétaires occupent les fourneaux : le chef cuisinier et le chef pâtissier. À la carte, une cuisine française avec des plats traditionnels : escargots de Bourgogne (380 bahts), soupe à l’oignon (320 bahts). Je goûte les cuisses de grenouilles beurre persillade (450 bahts), miam, elles sont charnues, la sauce est bien assaisonnées et salées comme j’aime.

myWPEdit Image

Côté plat, nous testons le coq au vin, qui est réussi (580 bahts),

myWPEdit Image

le gratin dauphinois (120 bahts) est une pure merveille. En revanche, l’épaule d’agneau à la bière (650 bahts), , servi avec une carotte, une allumette de bacon et une pomme de terre n’est pas transcendante.

myWPEdit Image

Verdict : 4 Garçons un resto dans le vent et plein d’avenir…

Plus d’infos :
4 Garçons
113 Thonglor entre le soi 13 et le soi 17 (Sukhumvit 55), Bangkok, Thaïlande
BTS Thong Lor (et 10 minutes de marche)
Ouvert tous les jours de 11h30 à 23h30 (résa 02 713 95 47)
http://www.4Garcons.com
Maggie Choo’s…

myWPEdit Image

Après le Iron Fairies, le Fat Gut’z et le M. Jones Orphanage, aux atmosphères fantastiques, enfantines, sorties tout droit de bandes dessinées, Ashley Sutton, le créateur de lieux hors du commun a encore frappé en signant le Maggie Choo’s, un speakeasy shanghaien époque années 20.

myWPEdit Image

Une porte en bois sombre, un escalier raide, la pièce est étroite et la luminosité tamisée. Dans cette ambiance feutrée, une échoppe de nouilles aux fumets alléchants. Des sols aux murs, un carrelage brun tapissé d’affiches et photos de papier vieilli. Des boiseries finement taillées, des cages à oiseaux et au plafond, des ombrelles de papier.

myWPEdit Image

De petites tables rondes en ferraille et des tabourets en bois, nous prenons place et commandons des rouleaux frits aux légumes (99 bahts) à partager. Bof, plutôt insipides.

myWPEdit Image

En revanche, la soupe de raviolis aux crevettes (79 bahts) est exquise et le bouillon des soupes de nouilles accompagnées de porc ou de canard (de 99 à 159 bahts) est délicieusement parfumé.

myWPEdit Image

Les riz sautés garnis de canard ou de porc (de 99 à 159 bahts), sont savoureux et valent le coup de baguette.

myWPEdit Image

Le restaurant dissimule une autre salle mystérieuse. Pour le mythe, la légendaire Maggie Choo’s aurait découvert, en cassant le mur arrière de son restaurant, un accès direct à la Banque Royale & Compagnie des Indes. À l’intérieur, un lounge sombre abrité des regards indiscrets, une atmosphère élégante à la Pax Britannica, ornée de bustes de la reine Victoria, de voûtes en briques, de portes en acier lourd similaires aux coffres forts menant dans des chambres privées, de canapés en cuir capitonné, de rails au sol, de toiles de navires, de glaces sans teint derrière lesquelles se jouent des parties de poker interdites.

myWPEdit Image

Sur des balançoires, se bercent des demoiselles au regard coquin.

myWPEdit Image

Vêtues de changshan dans un style Anna May Wong, ces affriolantes jeunes femmes s’éventent coquettement.

myWPEdit Image

Entre un groupe de jazz offrant une jam session, et plusieurs sets de Dj’s, le temps pour nous de siroter un cocktail (340 bahts) et une bière (165 bahts).

myWPEdit Image

Un blind tiger que l’on ne voit que dans les James Bond. Cette pépite ne sera bientôt plus un secret… Un conseil, venez vous plonger en pleine prohibition et racontez-vous des histoires de fumerie d’opium, de breuvages interdits et autre tripot clandestin.

Plus d’infos :
Maggie Choo’s
Sous-sol de l’Hôtel Novotel Fenix Silom, 320 Silom Rd., Bangkok, Thaïlande
BTS Surasak
Ouvert tous les jours de 18h à 2h (résa 02 635 60 55)
http://www.facebook.com/pages/Maggie-Choos/543268129046778?fref=ts