Marché aux fleurs de Tha Thewet, massage au Spa Thann Sanctuary et découverte des restaurants « Whale’s Belly » et « Issaya Siamese Club »

myWPEdit Image

Une virée en bateau sur la rivière Chao Phraya avec le bateau public (15 bahts) avec un stop à la station numéro 15 : Thewet. Je longe le canal à la sortie de l’embarcadère sur 200 mètres et arrive au Marché aux fleurs de Tha Thewet.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le mot « Marché » est légèrement exagéré, je dirais plutôt qu’il s’agit d’une vingtaine d’échoppes qui vendent des plantes, des pots de terre cuite, des mobiles, des carillons et du terreau.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Bref, c’est charmant mais à faire seulement si vous êtes dans le coin.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

En revanche, l’autre côté du canal, pour les amateurs de marché, se vendent fruits, légumes, poissons, piments, et autres denrées alimentaires plus ou moins méconnues et bon marché.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Pour un moment de détente absolue dans un spa magnifique, rendez-vous au Thann Sanctuary du Gaysorn (999 Ploenchit Rd, 3ème étage, Gaysorn Plaza | Lumpini, Bangkok 10330, Thaïlande, 06 626 56 14 23, http://www.thann.info/).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les prix sont plus élevés qu’à l’accoutumée (environ 1000 bahts le massage des pieds d’1h au lieu de 300 bahts et 2500 bahts les massages du corps d’1h au lieu de 700 bahts), mais ici, plus qu’un massage, il s’agit d’une expérience…

myWPEdit Image

Marketing et Communication, mes Amours ! Après essai, il faut bien avouer que leurs « papouilles » en valent le coup (et le coût !). À découvrir…

myWPEdit Image


Après avoir été bichonné, dorloté, chouchouté, vous avez un petit creux ? Je vous propose de découvrir 2 fabuleux restaurants : Le Whale’s Belly et L’Issaya Siamese Club.

Whale’s Belly : dans le ventre de la baleine

Dans la peau de Jonas ou Pinocchio, le voyage des papilles débute dans ce décor bleu-marine chic, au plafond ivoire ondulé, tel un squelette de cétacé.
myWPEdit Image

Dans cette salle inondée de lumière, grâce aux immenses baies vitrées, trône pléthore de bibelots kitsch.

myWPEdit Image

L’accueil est souriant, le service rime avec perfection et pour parfaire le tableau, le Chef, Mai Apirawit (Ancien Chef du « Normandie » de Bangkok), offre l’océan sur un plateau. Par le hublot, commence un plongeon gastronomique au cœur des cuisines ou s’écaillent vertébrés aquatiques, se lèvent filets, se mitonnent fumets et où médaillons de homard, filets de sole, darnes de saumon se braisent à court mouillement. En entrée, la timbale rafraîchissante de rillettes de crabe, guacamole d’avocat, oeufs de lompe et gazpacho (450B), le tartare de thon fondant à la pomme Granny Smith (480B) ou les Saint-Jacques panées croustillantes au foie gras sauce au Champagne (590B) mettent l’eau à la bouche.

myWPEdit Image

Vous en pincerez pour le homard thermidor sauce au Cognac et champignons sauvages (1900B). L’esprit cuisine « nouvelle vague » séduit par sa légèreté et sa finesse avec le thon mi-cuit aux épices, olives noires et sauce verte (580B).

myWPEdit Image

« Nom d’un krill », la palme revient au saumon rôti accompagné de chair de crabe citronnée, écrasé de pommes de terre, caviar, sauce crème et vin blanc (640B) : une merveille qui mérite une belle étoile (de mer).

myWPEdit Image

Le gigot d‘agneau de 12 heures à la provençale et coulis de tomate (1200B) séduit les « terre-à-terre » raffinés. Les raviolis au foie gras (920B), le duo « Mac & cheese » de raviolis à la farce de poulet aux herbes, ricotta et sauce à la crème de parmesan (550B) ou encore le risotto à la truffe (480B), fondent en bouche.

myWPEdit Image

Enfin, les touches d’inspiration asiatique tel que le bar, émulsion de miso à l’orange, shiitake et sauce teriyaki (890B) enchante par son original exotisme. Côté sucré, succombez à la tentation d’un fondant au chocolat (280B), d’un tiramisu (180B) ou d’une crêpe Suzette (220B). Exquise ivresse des profondeurs, la carte des vins et cocktails recèle de beaux trésors millésimés. Dans ce restaurant qui a le vent en poupe, le palais navigue, à l’abordage de saveurs nouvelles et inattendues. Une transat culinaire au large du Détroit de Magellan, sur les côtes de l’île Chiloe jusqu’aux embouchures du Saint-Laurent, entre « lobtailing », « breach » et immersion gustative à vingt mille lieues sous les mers.

Whale’s Belly, 39 Boulevard Tower, 2ème étage, Sukhumvit Soi 39, Boulevard Tower A / BTS Phrom Phong / Ouvert tous les jours de 17h30 à 23h / Tel: 02 160 03 33 ou 08 74 41 95 45 / http://www.facebook.com/WhalesBelly




Issaya Siamese Club : Carré des simples et gastronomie siamoise

myWPEdit Image


Au cœur d’un un jardin tropical, l’Issaya* Siamese Club a pris racine dans une ancienne maison thaïe des années 20, de style indo-portugais colonial. Pied de nez aux classiques « Khao Phat » et « Pad Thaï », le Chef Ian Kittichai tourne le dos aux clichés culinaires thaïlandais en revisitant la cuisine traditionnelle. Dans ce cadre lumineux au mobilier coloré, les murs turquoise sont ornés de papier peint fleuri et de mosaïques disparates.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À l’étage, ambiance « Club de Gentlemen » des débuts sixties, avec whisky et cigare à la main.

myWPEdit Image

Sur un air de jazz sortant d’un phono-valise, le décor se prête au fantasme d’une autre époque, entre brushing bien peigné, robes corolles satinées, rouge à lèvres et rubans pour Madame, cheveux gominés, Trilby Stetson feutré, chemises amidonnées et souliers lustrés pour Monsieur.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À l’extérieur, sur une agréable terrasse abritée, des tables bordent le carré des simples.

myWPEdit Image

Ce potager d’herbes et de légumes biologiques est la source d’inspiration même du Chef, lui permettant de réaliser un exercice de haute voltige entre tradition et innovations gustatives.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À la carte, des créations culinaires inattendues, originales, préservant l’équilibre des saveurs.

myWPEdit Image

Les côtelettes de porc grillées en tranches fines sur un lit d’herbes fraîches, vinaigrette chili-citron (690B), le filet de vivaneau blanc, salade d’herbes fraîches, sauce chili-tamarin (1250B) et la salade de fleurs de bananier et cœurs de palmier, échalotes croquantes, cacahuètes rôties et confiture de chili (260B), ravissent pour leur fraîcheur et leur délicatesse.

myWPEdit Image

Le poulet aux épices, coco et coriandre, grillé au barbecue (580B), le jarret d’agneau mijoté dans un curry massaman (720B) et le homard vapeur, crème de curry, lait de coco et basilic (1800B), séduisent pour leurs parfums.

myWPEdit Image

Le crabe à carapace molle frit et sauce pimentée aux œufs (480B), la côte de bœuf au wok, sauce chili citronnée (1350B) et le filet de porc Kurobuta, salade de citron Meyer et brocoli chinois (450B), réjouissent par le contraste de textures, entre croustillant et tendresse des chairs. Les végétariens trouvent également leur bonheur dans les compositions subtiles du maître. Des préparations parfaitement assaisonnées, un dressage des assiettes raffiné et un service soigné concourent au succès.

myWPEdit Image

À la « Saison des pluies »*, la créativité du Chef Ian Kittichai déborde de ses cocottes, les senteurs de son jardin aromatique bouillonnent dans ses marmites et bouchées après cuillerées, s’entame une valse des papilles aux marches du palais.

* Issaya = Ancien mot thaïlandais, signifiant « Saison des pluies »

Issaya Siamese Club, 4 Soi Sri Aksorn, Chua Ploeng Road, Sathorn / Ouvert tous les jours de 11h30 à 14h30 puis de 18h à 22H30 (le bar ferme à 1h) / Tel: 02 672 90 40-1 / http://www.issaya.com

Publicités

Marché du Bangkok Farmer Market et découverte des restaurants « Himalaya » et « It’s Happened to be a Closet »

myWPEdit Image

Envie d’une escapade « bobo » à Bangkok ? Rendez-vous au « Bangkok Farmer Market » (K-Village, 93-95 Sukumvit 26, Klongton, Klongtoey, Bangkok, Thaïlande 10110 / +662 258 9919-21 / https://www.facebook.com/bkkfm). Pour les curieux, les prochaines dates sont le samedi 10 Août 2013 et le samedi 31 Août 2013, de 9h à 16h.

myWPEdit Image

Sur les étales, moultes produits bios tels que les pains aux diverses farines (le pain au vin rouge : pas mal !), fromages de chèvres français, fruits (avocats, noix de cocos, fruits de la passion, etc.) raviront les gourmets.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Des tartines provençales, des barquettes de poulet fermier/pommes de terres biologiques, des terrines campagnardes, des pâtisseries, des olives, etc. sont en dégustations/ventes : un régal !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La poissonnerie vend de belles crevettes, de beaux poissons et des limules surnommées « crabes fer à cheval ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Si vous avez vu le film « Océans », documentaire français réalisé par Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, sachez que ces arthropodes, dignes représentants des temps préhistoriques, sont une espèce menacée pour leur sang bleu capable de coaguler les plaies. Pour plus d’infos : http://123ocean.com/sauver-humanite-sauvons-limules/.

myWPEdit Image

Donc en résumé, mangez les légumes, épargnez les limules ! Et puis, avec vos enfants, quoi de plus rigolo que de rendre les poneys aimables en leur donnant des carottes, encore des carottes et toujours des carottes !

myWPEdit Image

Aaaah, ils peuvent avoir les joues roses, les chevaux miniatures avec la quantité ingurgitée ! Et à 200 bahts (5€), le tour de canasson de 4 minutes chrono c’est un peu l’arnaque ! Mais bon résumons, l’endroit vaut le détour, histoire de faire le plein de bons produits du terroir français (et pas que), qui il faut bien l’avouer, nous manquent tant parfois (heuuuu rectification : nous manquent tout le temps) !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Pour un voyage (pas cher et pas fatigant) à la croisée du Népal, du Tibet, du Bhoutan et de l’Inde, rendez-vous au restaurant « Himalaya » (235/5 Sukhumvit 31, ouvert tous les jours de 11h à 22h30, http://www.thehimalayarestaurant.com/).

myWPEdit Image

Une décoration tibétaine traditionnelle avec un mobilier typique dans les tons pourpres et des drapeaux de prières qui vous plongent dans l’ambiance « Toit du Monde ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Au menu : des épices, des épices, du piment, des condiments et des épices (Ah je l’avais déjà dit ?) avec une belle découverte : les succulents « Momo », raviolis farcis cuits à la vapeur au poulet ou aux légumes que l’on trempe dans une sauce piquante (95B les 6).

myWPEdit Image

Nous testons le délicieux et recommandé curry indien : le « Prince Harry Chicken Curry » au poulet (155B) ; un des mets favoris du Prince britannique lors de son séjour en Afghanistan aux côté des soldats de la Gurkha. Les « Paneer Pakora », beignets de pommes de terre, fromage et épices fondent en bouche (175B), tout comme les parfumées « Jeera Aloo », pommes de terres au curry et cumin (85B).

myWPEdit Image

L’emblématique « Dal », soupe de lentilles, non pimentée, mêlée à un bouquet d’herbes aromatiques (70B) ne me transcende pas mais a le mérite de ne pas me mettre le feu au palais (rien que pour ça, je lève les pouces !). Les nans se laissent dévorer comme des petits pains (blague pourrie !) mais je ne me laisse pas tenter par le yaourt au lait de femelle-yack (trop mangé, suis repue, ça doit être ça !). Une expédition gourmande de Lhassa à Katmandou absolument délicieuse, à découvrir !

myWPEdit Image


Un lieu atypique où vous pouvez à la fois faire du shopping de fagotes originales et déjeuner au beau milieu de l’antre à tissus ? Je réponds « : « It’s Happened to be a Closet » (The Emporium, 622 Sukhumvit Road | 2ème étage, Emporium Department Store, Bangkok, Thaïlande).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Ce salon de thé/restaurant/échoppe est une vraie caverne d’Ali Baba renfermant mille trésors.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Des vêtements de créateurs, des objets de décorations, le lieu respire l’originalité, et les coins aménagés pour se sustenter relèvent d’un non-conformisme notoire.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je vous laisse en juger par mes quelques clichés et à l’occasion, venez vous perdre dans cet endroit tout droit sorti des « Milles et une Nuits » (contemporaines, il en convient). Sésame, ouvre-toi…

myWPEdit Image

Maison des Artistes de Bangkok (ou Baan Silapin)

myWPEdit Image

Sortons des sentiers guidés avec une escapade à la Maison des Artistes de Bangkok (ou Baan Silapin). Nous prenons un taxi jusqu’au soi Petkhasem soi 20 et le chauffeur nous laisse près d’un temple. Nous serpentons les ruelles à pieds de ce « Trentemoult » local (petite dédicace aux Nantais)…

myWPEdit Image

Et profitons de l’ambiance paisible de ce lieu authentiquement thaï, sans touriste et à l’abri du marasme ambiant de la ville.

myWPEdit Image

Des enfants qui jouent, des locaux en repos dominical, des chats qui se prélassent… Nous passons devant de multiples coiffeurs locaux ouverts sur la rue.

myWPEdit Image

Je prends des clichés qui me font beaucoup rire, surtout quand je pense à mes amis qui travaillent pour les grands noms capillaires ou encore à mes parisiennes de copines qui ne jurent que par un Dessange ou un Provost ! À deux, trois détails près et avec beaucoup d’imagination, on s’y croirait presque !

myWPEdit Image

Nous longeons le canal de Klong Bang Luang, l’endroit est charmant.

myWPEdit Image

Des échoppes proposent de multiples babioles et vêtements à des prix très doux. Le temps semble s’être arrêté, il n’y a aucun touriste, seuls quelques thaïs sont venues admirer la vue, siroter un godet ou donner à manger aux poissons (déjà bien gros !).

myWPEdit Image

Nous entrons dans la maison des artistes, nous nous déchaussons à l’entrée et savourons la quiétude qui y règne.

myWPEdit Image

Au milieu de l’édifice trône un stupa entouré de verdure.

myWPEdit Image

Dans la maison en bois sur deux niveaux, des peintures aux murs, des objets de brocante, des photographies, des cartes postales, des carnets de note au papier vieilli, des calligraphies, des statuettes, des masques peints à la main, etc.

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Tout est vendu à des prix dérisoires, aussi, nous faisons quelques emplettes avec une immense joie (c’est ça les filles !). La maison organise quasiment tous les jours un spectacle gratuit de marionnettes thaïes (à 14h me semble-t-il). « Ah on est bien Tintin », comme disait notre Pascal Sevran national !

myWPEdit Image

Seule ombre au tableau, les vrombissements incessants des bateaux à moteur des touristes étrangers, qui, heureusement, ne s’arrêtent pas (encore) à la Maison des Artistes, car non planifié par les tours proposés.

myWPEdit Image

Prions pour que ce petit coin de bonheur bangkokois en soit encore et toujours préservé, c’est ce qui en fait tout son charme. Pour les amateurs de nuit insolite, en face de La Maison des Artistes, une petite habitation sur pilotis, à la façade violette et aux parasols jaunes est à louer pour 1500 bahts par nuit (soit 40€).

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Pour le retour, nous franchissons le pont pour rejoindre la berge opposée à Baan Silapin. Au niveau du 7-Eleven, nous prenons un song thaew (navette locale qui nous ramène du fond de la soi à la route principale). Cela coûte 5 bahts par personne. Sur l’avenue, nous récupérons un taxi (vous pouvez également attraper la « navette BTS » qui vous ramène au BTS).
Un bon dimanche dans ce lieu original, hors du temps et aux abonnés absents des guides touristiques.

myWPEdit Image

Chapeau et Salut les artistes !

myWPEdit Image

Comment s’y rendre :

Option 1 : Aller jusqu’à Phetkasem soi 20 ou soi 28 et se garer à Wat Kampang ou Wat Khuhasawan.
Option 2 : Possibilité de venir en long tail boat (depuis Saphan Taksin par exemple). Négocier avec le bateau directement et demander un arrêt à Baan Silapin.
Option 3 : Se rendre à Charansanitwong Road soi 3. Tout au bout du soi, au niveau du 7-Eleven s’arrête votre course en taxi. Traverser le petit pont au dessus du klong (piétons, vélos et mobylettes seulement). Tournez à gauche et longer le canal sur le ponton en bois sur 100 mètres.

Plus d’informations :

La Maison des Artistes est ouverte tous les jours de 9h à 18h (jusqu’ à 19h le w.e)
Site internet : http://www.klongbangluang.com/

Paré au décollage au Terminal 21 pour la visite de la Maison de Jim Thompson, et déjeuner sans capotage au restaurant Cabbages and Condoms

Décollage en douceur au Terminal 21 (2,88 Sukhumvit Soi 19 (Wattana) Sukhumvit Road, North Klongtoei, Wattana, Bangkok 10110), centre commercial au concept insolite : vous croire dans un aéroport.

myWPEdit Image

Les hôtesses d’accueil sont vêtues comme des hôtesses de l’air, les panneaux d’affichage ressemblent à des tableaux d’embarquement, les points informations sont des points « check in » et chaque arrivée d’escalator s’apparente à une porte d’embarquement.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Chaque étage se caractérise par une ville d’un pays différent, histoire d’ajouter le voyage au bout de chaque passerelle.

myWPEdit Image

En 5 étages, j’ai visité San Francisco, son pont et son tram, Paris et ses quartiers bobos (marrant, je n’ai jamais vu Paris comme ça moi !), Istanbul et ses marchés, Londres et son bus, Tokyo et ses sumos pour terminer au Pier 21, le food court (lieu où vous trouvez une multitude de restaurants et stands de nourriture). Ayant visité toutes ces villes à l’exception de San Francisco (un jour viendra !), la décoration est complètement clichée. Je salue néanmoins le non-conformisme du centre commercial pour le moins original.

Rendez-vous dans un cadre enchanteur, hors du temps, où foisonne la verdure, où bullent poissons et tortues dans les bassins, voici la très célèbre maison de Jim Thompson (6 Soi Kasemsan 2, Rama 1 Road, Bangkok).

myWPEdit Image

Ancien agent de l’OSS (pas 117), actuelle CIA, Jim Thompson débarque en Thaïlande en 1944 où il développe la production de soie thaïlandaise et collectionne les objets d’art ancien asiatique. Agent secret, industriel, collectionneur, Jim Thompson disparait mystérieusement en 1967, lors d’un séjour chez des amis en Malaisie. Quelques temps après la disparition de Jim Thompson, sa soeur est retrouvée morte, son bureau fouillé et des papiers gisant au sol. Le mystère demeure toujours sur la disparition de Jim Thompson à 61 ans, le dimanche 26 mars 1967. Une piste Sherlock Holmes ? Plusieurs hypothèses… Peut-être que Jim Thompson connaissait le meurtrier du jeune Roi de Thaïlande, Rama VIII, dont le régicide aurait de ce fait ouvert la voie, à un coup d’état. Cela aurait alors créé des obstacles à l’exportation de toutes les pièces antiques que Thompson voulait donner a sa famille ? Et le meurtre de sa sœur, la conséquence de la recherche du testament de Thompson ? Elémentaire mon cher Watson ?!? Suspense…

myWPEdit Image

Revenons en 2012, la visite coûte 100 bahts (5€) et les guides parlent français et anglais, étonnant mais amusant. La visite dure 1/2h et la guide plaisante souvent : « Savez-vous qu’en Thaïlande, il y a 2 saisons ? Il y a celle où il fait chaud et celle où il fait… très chaud. Hohoho ! », « « Ce sont des sièges chinois en porcelaine dans lesquels on mettait des braises pour se réchauffer ; en Thaïlande, il faudrait plutôt mettre des glaçons. Hihihi !», « La statuette est représentée avec des cheveux bouclés et chaque boucle représente un souci à résoudre. A voir ma tête ou la vôtre, vous n’en avez pas. Hahaha ! » . Quelle comique cette petite dame, elle mange des boulettes de clown au petit-déjeuner.

myWPEdit Image

La maison est absolument magnifique, le mobilier et la décoration sont d’époque, l’environnement calme et luxuriant, en bordure des klongs (canaux).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un lieu à découvrir (ou à redécouvrir pour ma part), c’est un véritable havre de paix atemporel en plein centre de Bangkok où vous pouvez également déjeuner (ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00).

myWPEdit Image

Un déjeuner au très farfelu néanmoins engagé restaurant thaïlandais Cabbages and Condoms (10 Sukhumvit Soi 12, Bangkok, 10110).

myWPEdit Image

Ouvert de 11h00 à 22h00, cet établissement niché au cœur d’une « micro jungle » invite à la décontraction et à la bonne humeur.

myWPEdit Image

Lieu de curiosité, le restaurant soutient les activités et programmes de développement sociaux du PDA (The Population and Community Development Association).

myWPEdit Image

Il promeut la santé et encourage l’utilisation de préservatifs de façon amusante et ludique auprès des population rurale et urbaine. Tous les revenus du restaurant sont utilisés pour financer de nombreux projets des plannings familiaux de Thaïlande comme l’information concernant la contraception ou encore, le port de « condoms ».

myWPEdit Image

La décoration met en avant des personnages, réalisés avec ces bouts de caoutchouc et avec des plaquettes de pilules. Je croise « Condom Man », « Condom Bride » et même « Tiger Woods » (ça chambre un peu pour celui-là !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La Joconde elle aussi est revisitée, la coquine !

myWPEdit Image

Le slogan du restaurant est très clair : « Our food is guaranted not to cause pregnancy ». C’est peut-être pour ça que les serveuses me regardent d’un œil étrange avec mon petit garçon dans les bras ! Si, si, je vous assure, il est pourtant bien né dans un chou ! Coté cuisine, la carte offre une multitude de plats thaï à prix très doux. Un petit apéro autour de délicieux Mien Khum (120 bahts soit 3€), mélange de crevettes séchées, morceaux de citron, cacahuètes, gingembre, noix de coco grillée, chili, échalotes, une sauce mystère, le tout enroulé dans une feuille fraîche de bétel sauvage.

myWPEdit Image

Le porc tenderloin ou encore le porc à l’ail (170 bahts chacun soit 4,50€), accompagnés de riz gluant sont savoureux.

myWPEdit Image

Le cadre est reposant : des lanternes offrant une lumière tamisée, des arbres et des plantes ombrageant et oxygénant le lieu, de l’eau ruisselant le long des murs, un coin de quiétude pour les hommes, un paradis… pour les insectes ! Un conseil, pensez à apporter votre Cinq sur Cinq, Insect écran ou autre citronnelle en bracelet, car ici, ils donnent un tas de préservatifs qui vous protègent mais pas des moustiques ! Allez donc joindre l’utile à l’agréable dans cet endroit vraiment sympa qui pour sûr vous offrira un moment rigolo entre amis ou un dîner en amoureux qui ne pourra pas « capoter ».

myWPEdit Image

Marché de nuit « Asiatique The Rivertfront », quête du Saint Graal et retour sur les bancs de l’école

Une première cette semaine pour mon fiston : la baignade… Captivé par le dessin animé Némo, il fallait bien que Cassius se jette à l’eau à son tour.

myWPEdit Image

Samedi 2 novembre 2012, c’est avec bouée, brassards, serviettes, couches spéciales et autres attirails que nous avons initié notre têtard en herbe aux joies du monde aquatique !

myWPEdit Image

Du shopping particulièrement plaisant : trouver du vin élégant, frais, gouleyant et à prix abordable. En quelque sorte la quête du Saint Graal ; je n’aurai de paix qu’après sa découverte ! Je sillonne les allées de la cave du Gourmet Wine Cellar au Centre commercial du Paragon (Gourmet Market – Siam Paragon G Floor (991/1 Rama I Road, Pathumwan), Bangkok), j’arpente, je fouine, cherche et recherche… De la piquette à 500 baths (12,50€ environ) ou un début de beaux millésimes à plus de 6000 baths (150 euros environ), quel choix ! Bien que peu amatrice de « petit » Bordeaux, je finis par trouver une valeur sûre, un Mouton Cadet 2009 à un tarif accessible, enfin 1200 baths quand même (30€ environ). Quand je pense qu’en France, il est vendu 10€ en moyenne… Tant pis, je craque, il est bien fait, agréable, sans surprise et 2009 est un grand millésime ! Je rêve d’un petit rosé Côtes de Provence à la robe minérale malheureusement, pas de trace de ces vins dans cette cave, il y a seulement un Château la Roulerie 2011 (vin d’Anjou) à 600 baths (15 euros environ) ; plus cher que le prix français de mon cher rosé fétiche « Château Minuty », un concentré d’arômes gourmands, d’une fraîcheur intense et dont la bouche laisse entièrement place à l’expression des fruits… Bon, bon, je redescends sur Terre, le Rosé d’Anjou fera l’affaire, un retour à mes racines de vins de Loire… Et tiens pendant que j’y suis, ajoutez-moi cette bouteille de Côtes du Rhône 2005 de Château Fontvert, le millésime est excellent, nous verrons bien…

myWPEdit Image

Après le gobelet, côté auge, voici quelques bonnes adresses dénichées :
Trouvaille d’un restaurant japonais sur le pouce au cœur de Central Chidlom, qui propose un bol de shirashis de saumons avec des lamelles d’avocat à 340 baths (8,50€ environ) : le KIN DONBURI (Central Chidlom, 1027, Soi Somkid, Thanon Phloen Chit, Pathum Wan, Bangkok 10330, Foodcourt FL.,1). Ce plat fort commun en France n’existe pas vraiment en Asie, c’est une combinaison adaptée aux goûts européens. Je suis française après tout, j’ai beau vivre ici, je conserve mes goûts de là-bas…

myWPEdit Image

Pour une pause sandwich avec de la vraie baguette et autres quiches, soupes, tartes à la française, rendez-vous chez Café Tartine (65 Wireless Rd, BTS Ploenchit | Soi Ruamrudee à la « Athenee Residence », Bangkok 10330), sur sa terrasse en Teck au bord de petits bassins ou à l’intérieur, avec sa décoration à la française, les murs ornés de bouteilles de vin, le tout dans un style gourmand et épuré. Des plats et des desserts tout à fait excellents à prix doux : 200 baths en moyenne un plat (5€) et des verres de vin (plutôt pas mal) à moins de 150 bahts (3,5€). Les brunchs sont également délicieux et les serveurs sont vraiment adorables. Un peu de France à Bangkok… Houuu la chauvine !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

J’ai découvert le PARADISE DINASTY Legend of Xiao Long Bao (Unit 465, 4th Floor, 991 Siam Paragon Shopping Center, Rama 1Road, Pathumwan, Bangkok), pour un festin de savoureux « Xiao Long Bao », petits raviolis chinois cuits à la vapeur, avec une farce au porc très juteuse. Une sorte de soupe se trouve à l’intérieur du ravioli dans lequel immerge la farce. Il faut poser le ravioli dans sa cuillère, percer le ravioli, aspirer le bouillon, puis le tremper dans la sauce vinaigrée et laisser éclater ce joyau gastronomique en bouche. Les crêpes de porc sauté sont goûteuses et parfumées. Leur soupe de raviolis est exquise. Une vraie bonne note pour ce restaurant à l’addition relativement douce. (800 baths pour deux soit 20€).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une fondue japonaise, Shabu-shabu, parfumée à souhait au SOUL SHABU (Asiatique The Riverfront, Shop E06, 2194 Charoenkrung Rd Watphrayakrai, Bangkorlaem, Bangkok, 10120), au nouveau Night Market de Bangkok. C’est un délice et ça se partage…

myWPEdit Image

… Et en famille s’il vous plait !

myWPEdit Image

Pour nous rendre au nouveau « Night Market » de Bangkok, l’ Asiatique The Rivertfront, situé sur l’avenue Charoen Krung, au bord du Chao Phraya, nous prenons un taxi jusqu’à la station de BTS (métro) Saphan Taksin. C’est également là que se trouve le Shangri-La Hotel (repère important quand vous viendrez nous voir les amis et que vous voudrez visiter tout ça). De là, nous nous dirigeons au Sathorn Pier (Port de Sathorn) pour prendre la navette fluviale gratuite de l’Asiatique The Rivertfront.

myWPEdit Image

Elle nous amène directement au fameux marché de nuit.

myWPEdit Image

L’architecture de l’endroit oscille entre le style colonial et thaïlandais.

myWPEdit Image

Folle ambiance, on se croirait un peu chez Disney avec ses échoppes bien rangées, ses fausses ruelles avec un wagon de train ancien qui vous amène d’un bout à l’autre de l’avenue, ses bars à concerts, etc.

myWPEdit Image

Bien loin de l’ambiance de l’ancien marché de nuit, le fameux Suan Lum Night Bazar qui a fermé fin 2010, ce nouveau Night Market aux allures très branchées, est ouvert de 17h à minuit et compte pas moins de 1.500 boutiques, 40 restaurants et bars répartis sur 80.000 m² de terrain.

myWPEdit Image

Un vrai labyrinthe du shopping… à quitter avant 23h00 sinon, vous manquez le dernier bateau. Autant vous dire que sur place, les taxis savent qu’il est tard et que vous êtes très loin de votre hôtel. Ils se feront un plaisir de ne pas mettre le compteur et vous proposer des tarifs exorbitants et, vous n’aurez pas d’autre choix que de dire… non, mouais, bah ok !

Cette semaine, j’ai commencé les cours de thai à l’école Language express (Ploenchit BTS exit 2, 1st Floor, Mahatun Plaza Building, Ploenchit Road, Lumpinee, 10330 Bangkok). Mon Tann’s sur le dos, let’s go… Les classes sont scindées par niveau. Débutante, je suis en niveau 1, pas facile de comprendre quelque chose quand dans votre cours des personnes sont déjà là depuis 2 mois ! A raison de 4h de cours par semaine, la progression va aller doucement mais… sûrement !

myWPEdit Image

Pour le cours de langage et prononciation, ça va aller mais le cours d’écriture… Au secours !!! L’alphabet thaï est un alphasyllabaire, sorte d’ensemble de signes qui forment les mots. J’apprends cette graphie particulière non sans peine… Je dessine à peu près aussi bien avec mes 10 doigts que la plupart des gens avec leurs 10 doigts… de pieds ! Pour ceux qui connaissent mes « non » talents de dessinatrice, autant vous dire que cet apprentissage ne se passe pas sans rire ! Dans mon cahier je n’ai pourtant qu’à suivre les pointillés mais même ça, c’est pas gagné !

myWPEdit Image

Après ces 2h de cours, rien de tel que de faire comme au bon vieux temps, celui de la vie étudiante, où l’on se retrouve après la classe autour d’un petit verre… ou deux ! La note étant le salaire de l’étudiant, moi je dis, Laura, « vin/vin» !

myWPEdit Image

Franco-Fun Networking Cocktail, Chatuchak Market, 2 endroits, 2 ambiances

myWPEdit Image

Lundi 15 octobre, réveil en fanfare par les femmes de ménages qui en un éclair, vous aspirent et serpillent l’appartement sans que vous ayez le temps de dire ouf ! Nous n’avons pourtant pas de fantôme dans l’appartement mais, à en juger par leur accoutrement, elles ont un petit côté… Ghostbusters, non ?

myWPEdit Image

Mardi 16 octobre, Cassius fait son 1er bain… de pieds, dans la piscine. Vivement qu’il termine tous ses vaccins pour pouvoir l’emmener faire son premier plongeon. Patience, encore 3 semaines…

myWPEdit Image

Nous poursuivons par une virée shopping au Central World (Central World, 4,4/1-4/2,4/4 Rajdamri Rd., Phatumwan, Bangkok 10330) et nous retrouvons chez Jim Thompson (Central World, 4,4/1-4/2,4/4 Rajdamri Rd., Phatumwan, Bangkok 10330, 1st Floor, Zone E, E 101-102), véritable paradis de la soie en Thaïlande. C’est beau, c’est original, pas vraiment donné mais craquons pour 3 magnifiques coussins de canapé dans les tons beige et orangé. Lasses de piétiner dans tous ces malls titanesques, Sandrine et moi nous offrons une pause gourmande « Made in Candy » (Central Food Hall 7th fl. at Central World, Bangkok). Des « Chefs » sucreries créent des bonbons devant vous. Pour plus d’informations sur ce concept à l’origine singapourien : http://www.madeincandy.com/index.html

myWPEdit Image

Pour continuer sur notre belle lancée, nous poursuivons par un très agréable massage des pieds au Kannikar Beauty Massage (Room number B 327, 3rd Floor, Zone B., Central World Plaza, Patumwan, Bangkok 10330). Pour 299 baths (7,5€ environ), on vous propose de vous changer dans de petites chambres proprettes et de vous vêtir d’un « charmant » bas de pyjama. Je suis en robe donc ça n’a pas vraiment de caractère obligatoire mais pour le cocasse de la situation, je le passe. Enfin, par solidarité féminine avec Sandrine qui, en jean, n’a pas vraiment le choix ! Comme je suis sympa…

myWPEdit Image

Mercredi 18 octobre, la mousson déserte peu à peu la ville. La pluie se fait rare et laisse désormais la place à un soleil de plomb. Les températures s’envolent et c’est parfois assez étouffant. Pour pallier cette chaleur écrasante et se rafraichir, rien de tel que de piquer une tête tous les matins. Plutôt chouette de faire son sport sans se liquéfier sur place.

myWPEdit Image

Je fais quelques courses au « Supermarket at Central Chidlom » (1027 Ploenchit Rd., Lumpini, Pathumwan, Bangkok 10330). Je trouve un stand spécial huîtres avec des coquillages japonais mais aussi des Marennes Oléron et même des belons dites-moi, quel étonnement ! Hé les gars, je ne veux pas être mesquine mais certains mollusques baillent un peu, Après les avoir légèrement titillés, j’annonce : « Delta, Charlie, Delta » !

myWPEdit Image

Je poursuis mon tour et remplis mon panier de quelques douceurs et autres petits plaisirs bien franchouillards : du saucisson, du jambon sec, du Brie de Meaux bien fait, de la baguette, du chou-fleur cru, des tomates cerises, des olives, etc.

myWPEdit Image

Ce soir, c’est la bamboula, nous recevons nos frère et sœur respectifs, également parrain et marraine de Cassius donc, que la « Singha beer » coule à flot… Tchok dii !

myWPEdit Image

Jeudi 18 octobre, je me rends, en compagnie de mon beau-frère, Fred, au Franco-Fun Networking Cocktail organisé à l’Oriental Residence Bangkok (110 Wireless Rd., 10330 Bangkok) par les Chambres de Commerce française, néerlandaise, suisse, belgo-luxembourgeoise et canadienne. C’est l’occasion de rencontrer du monde dans une nouvelle ville (ici, un nouveau pays), autour d’exquises mignardises et de verres de vin. Un droit d’entrée de 400 baths est demandé si vous n’êtes pas « membres » (10€ environ). Le cadre est plutôt sérieux mais détendu. Je rencontre, échange, rigole avec quelques personnes, pas de prise de tête, soirée réussie pour des premiers contacts. Fidèle à moi-même, la maladresse me fait perdre quelques pièces de cocktail sur la moquette. A part Fred, personne n’a rien vu alors on garde la tête haute et on sourit comme si de rien était. Je précise quand même que je suis bien élevée et ai ramassé mes petits canapés, avec classe et dignité, na !

myWPEdit Image

Vendredi 19 octobre, journée harassante à… Chatuchak Market. Nous empruntons le BTS Skytrain (métro aérien), et nous arrêtons à la station Mo Chit. Ensuite, nous avons eu à suivre la foule qui se dirige là-bas. Normalement ouvert uniquement le week-end (ouvert le Samedi et le Dimanche de 6h à 18h), nous tentons notre chance dès le vendredi après-midi, les installations commencent déjà. Outre la contrefaçon qui s’expose partout, je repère des objets totalement insolites… Je connais une expression qui dit : « L’argent ne pousse pas dans les arbres ». Et bien en fait, si, « l’arbre à billets » existe bel et bien ! Il vous coûte 100 baths mais vous rapporte un max de pépettes à l’automne !

myWPEdit Image

Au milieu des stands qui se montent, je décide de créer la « Chatuchak dance », plaisir des yeux garanti… Quelques applaudissements ! Merci c’est trop…, vous me faites rougir ! Remarque, à y réfléchir, le soleil y est pour quelque chose, je pense ! Un peu plus loin, je croise des contrefaçons du Père Noel. Ils ne doutent de rien ces asiatiques, comme si, il y en avait plusieurs ! Ils copient, ils copient et ne se demandent pas si c’est crédible cette affaire, là ! Pffff, vraiment…

myWPEdit Image

Nous déjeunons dans un boui-boui peu fameux au sein du marché, avec du papier toilette en guise d’entourage de couverts. Ma soupe de raviolis aux crevettes est mauvaise et mon omelette, « huileuse » ! Bref, nous n’en ferons pas tout un plat !

myWPEdit Image

Nous poursuivons notre promenade sous ces immenses dédales de tôle froissée. Il fait chaud, que dis-je, on se croirait dans un four et nous amusons dans les différentes échoppes avec les objets rigolos que nous trouvons.

myWPEdit Image

La moiteur est telle qu’elle provoque un certain amollissement des locaux, préférant s’adonner à des temps de pause, plutôt qu’à bosser. La publicité pour un fameux jus de citron pressé aurait tout son sens, ici aussi : « Il fait trop chaud pour… chatuchaker » !

myWPEdit Image

Sur le chemin du retour, j’ai la joie de me heurter violemment les hanches aux portes électriques d’entrée/sortie du BTS qui se referment une fois votre sac de courses passé. Il faut savoir qu’il ne faut jamais passer entre ces portes avec vos devant vous sinon, aïe, aïe, aïe ! Moyen anti-fraude imparable mais également, à mon sens, un remède anti cellulite foudroyant !
Le soir, totalement HS, nous composons le « 1711 » et nous faisons livrer… du grand « M » jaune. Et oui, en Thaïlande, il existe le Mc Delivery, ouvert 24h/24h, 7 jours/7, alors, un burger, un DVD et… au lit !

C’est l’histoire de Mr Muscle, Barbie et d’un masseur du Porntip Beauty Center qui a mal aux doigts

Comme dans tout nouvel emménagement, après les achats de meubles, suivent les achats de supermarché. Direction l’immense « Supermarket at Central Chidlom » (1027 Ploenchit Rd., Lumpini, Pathumwan, Bangkok 10330) pour faire nos courses. Véritable paradis pour expatriés, ce magasin propose une multitude de produits locaux et d’importation made in USA, UK, Japon, Australie, Italie et… France bien évidemment. Pour les nostalgiques, en mal du pays, à fréquenter d’urgence ! Les prix grimpent pas mal lorsqu’il s’agit de vin, de fromage, de charcuterie, mais bon, un petit plaisir de temps en temps pour garder le moral ! Rayon alcool, le choix est immense, en revanche, il faut savoir qu’en Thaïlande, il existe une loi qui restreint la vente d’alcool à certains horaires. Et bien entendu, nous nous sommes faits avoir, comme des bleus. En arrivant avec votre chariot plein, vous posez vos bières et autres breuvages et là, l’hôtesse de caisse vous dit : « Sorry, it’s to early » ! Tu regardes ta montre, il est 16h30 ; comment ça il est trop tôt ! Je ne vais pas la boire là tout de suite en sortant, c’est pour ce soir, pour l’apéro, vous savez, genre vers 20h00 !!! Petit conseil, choisissez bien vos horaires pour faire les courses, allez-y soit le matin entre 11h00 et 14h00 ou privilégiez la fin de journée, après 17h00, au moins vous ne vous ferez pas refouler à la caisse ! A part, ça, ici, notre mec chauve national avec sa boucle d’oreille et son tee-shirt blanc qui récure ton appart s’appelle Mr. Muscle et a des cheveux, lui !

myWPEdit Image

Je galère au rayon lessive, pas d’anglais sur les boîtes, chaud, chaud ! Je ne veux pas refaire la même qu’en Chine et laver toutes mes fringues au « Bleach », à la javel quoi ! Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle :

<a href= »http://lauraleberre.canalblog.com/archives/2008/09/18/10630493.html « </a>

myWPEdit Image

Nous poursuivons notre promenade en quête de quelques éléments de décoration. Les Thaïlandais (enfin les asiatiques de façon général) ont un goût certain pour le kitsch/clinquant. 2 options s’offrent à nous : option 1, adopter ce style ; option 2 : patienter et aller faire un tour au très célèbre Marché de week-end de Chatuchak. Certainement le plus grand marché à ciel ouvert de Thaïlande, vous pouvez y trouver absolument n’importe quoi à des tarifs défiant toute concurrence (tout dépend de vos talents de négociateur !).

myWPEdit Image

Avec tout ce qu’on a vu, Ok, ce sera option 2 !

myWPEdit Image

Samedi soir 13 octobre, je mets ma sœur Chloé et mon type Léonard à contribution pour monter les jeux et fauteuil de Cassius. Il faut bien que la marraine et le papa fassent quelque chose de leurs 10 doigts pendant que je récure, non sans peine, les dizaines d’intérieur de placards et dressings de l’appartement qui à l’évidence, n’ont pas été visités par une éponge depuis l’an 12 ! Non je ne suis pas maniaque mais j’apprécie grandement que ce soit propre.

myWPEdit Image

Après l’effort, le réconfort… Nous sortons diner dans un restaurant chinois : Le Crystal Jade La Mian Xiao Long Bao (494 Ploenchit Road | Lower Ground Floor, Urban Kitchen, basement, Erawan Bangkok, Bangkok). Ce restaurant est spécialisé dans les « Xia Long Bao ».

myWPEdit Image

Ce sont de succulents petits raviolis chinois cuits à la vapeur, avec une farce au porc très juteuse, sorte de poche de bouillon/soupe à l’intérieur du ravioli dans lequel baigne la farce, c’est réellement savoureux. Vous les trouverez ici sous le nom de Shanghai steamy soupy pork dumplings (100 baths les 4 pièces soit 2,50€ environ). Pour déguster cette merveille de la cuisine chinoise (qui au passage n’existe nul part à Paris, 4 ans de recherches vaines !), il faut attraper le haut de votre ravioli avec vos baguettes, le poser dans votre cuillère, percer le ravioli, aspirer (si possible aspirer bruyamment le jus), puis saucer votre ravioli dans la sauce vinaigrée et laisser exploser ce bijou culinaire sur vos papilles. A découvrir sans plus attendre…

myWPEdit Image

En oiseaux de nuit, nous poursuivons l’escapade nocturne au Bistrot Chez Pépin (186/3-4 SUAN PHLU SOI 1 | Sathorn 3, Bangkok) ; ambiance 100% française, cadre détendu, convivial et sans chichi, dans ce petit restaurant de quartier du côté de Suan Phlu. A la carte : des plats français (avec aux fourneaux Marjorie) et du vin… Ha quel bonheur ! Surtout qu’en ce moment, ils organisent une « foire aux vins ». Ils changent la carte des vins donc petite ristourne sur toutes les bouteilles (environ 1 000 baths la bouteille soit 25€ environ). A ce tarif, nous commandons 2 bouteilles de Côtes du Rhône… Le petit fait dodo chez ses grands-parents, nous sommes tranquilles jusqu’à demain midi alors… Santé Bonheur et Joie dans les Cœurs !

myWPEdit Image

A l’étage du restaurant, une exposition sur le thème des Barbies nous attend (enfin pour simplifier quoi !).

myWPEdit Image

Haaaa c’est… comment dire… Heuuuu… de l’Art ! Oui c’est ça, de l’Art ! J’ai pu découvrir Barbie sous toutes ses coutures, certaines insoupçonnées voir insoupçonnables d’ailleurs ! En tout cas, pour les connaisseurs/amateurs, l’artiste s’appelle Claude Estèbe.

myWPEdit Image

Dimanche 14 octobre, le frère de mon amoureux, Guy-Laurent et sa femme Sandrine, arrivent à Bangkok. Bien qu’épuisés par le voyage, nous les motivons à nous accompagner (enfin les traînons un peu de force, les pauvres !) au MBK Center (444 Phayathai RD, Patumwan, Bangkok). Titanesque centre commercial de 90 000 m² environ, il s’étend sur 8 niveaux et comte plus de 2 500 magasins, stands, échoppes. Une vraie ville dans la ville, ça grouille de touristes. Entre les appareils électriques, les meubles, les vêtements, la décoration, les bijoux, les restaurants à gogo, vous avez de quoi faire. Parmi tout ce marasme, je décide de couper court à la cohue et décide d’aller me détendre dans l’un des nombreux salons de massage. Après les brasses dans la piscine, enfin mon massage des pieds. Pour 300 baths (7,5€ environ), c’est parti pour une heure de relaxation.

myWPEdit Image

Finalement, mon masseur a mal aux doigts donc le massage se transforme davantage en « pouic-pouic » des pieds, la proximité avec mes voisins m’empêchent quelque peu de m’endormir et pour finir, je regarde par la vitrine et aperçois tour à tour : Léonard puis Guy-Laurent et Sandrine, puis Chloé et Fred s’agglutiner à la vitre et ricaner. Merci les copains, facile de se détendre quand tout le monde vous scrute pendant votre massage ! Pour la pause/détente dans un cadre enchanteur, on repassera… pas à ce salon avec pourtant un si joli nom : Le Porntip Beauty Center ! Charmant…

myWPEdit Image

Njut alors !

Branle bas de combat dès l’aube. Pour la minute culturelle, cette expression est empruntée au langage de la marine. Au XVIIe siècle, les “branles” désignaient les hamacs qui faisaient office de lits aux marins. Le “branle-bas” correspondait à un signal émis sur le navire le matin, et suite auquel chacun devait décrocher son hamac et nettoyer le bateau. Il existait également “le branle-bas de combat”, qui était un signal émis lorsque le bateau allait être attaqué. Les marins devaient alors décrocher leur couchage pour pouvoir avoir plus de place lors de la bataille. Tout ceci se faisait le plus rapidement possible, donc dans l’agitation. C’est à partir du XIXe siècle que l’expression a commencé à être employée au sens figuré. Bref, au petit matin, toutes les services livraisons que nous avons sollicités débarquent pour livrer et comble du luxe : monter nos meubles. Quel remue-ménage dans l’appartement, la « team suédoise » s’affère et monte les meubles à une cadence effrénée. Je me remémore la fois où j’ai monté le petit tiroir rouge de mon Expédit en arrivant à Paris… 1h00 je crois bien pour 4 ou 5 bitonios à assembler. De vrais Bob le Bricoleur ces messieurs, ça ne chôme pas ! Pendant ce temps, mon cher et tendre s’empale la main avec un objet tranchant, enfin s’érafle le doigt avec une vis… Njut alors ! En infirmière aimante, je cours chercher du pschitt désinfectant et un pansement pour soigner la blessure de guerre, enfin de bricoleur du dimanche. En fin de journée, nous filons à l’école de langues pour nous inscrire aux cours de thaïlandais : retour à la vie étudiante 2h00 par semaine…Ha ha, bilingue à la fin de l’année, c’est ça !? Nous dinons au Food Loft de Central (Lumphini, Pathum Wan, Bangkok 10110) http://chidlom.foodloftcentral.com/. Tout ce que vous souhaitez manger s’y trouve, ou presque ! Point de tartiflette, de Marennes d’Oléron, d’andouille de Guémené, d’escargots au beurre d’ail, ou de farci poitevin, et ce à mon grand désespoir ! Haaaa quelle chauvine je fais avec mes produits de terroir français ; ils me manquent déjà mes fromages forts et mes godets de rouge… Je repense à ma dernière bouteille de vin, avant le grand départ : « Le vin délivre les cœurs de leur peine, c’est pourquoi les sages le nomment la clé du verrou des tristesses. J’aime cette liqueur de pourpre. Elle flétrit la face du souci et elle enfante l’allégresse. » Gaston Blanchard

myWPEdit Image

Au Foodloft, je me régale de mes mets habituels (ma soupe hongkongaise de raviolis de crevettes et nouilles, mes springrolls frits vietnamiens, mes sushis japonais, mon eau de coco fraîche et mon jus de fruits de la passion frais). Léonard, de son côté, innove pour un plat des plus… comment dire… « mayonnaiseux » ! Il commande un « Okonomiyaki Pork » à 200 baths (5€ tout de même) au stand japonais. L’Okonomiyaki est une galette « à ce qu’on aime » (好き=suki=aimer, 焼き=yaki=cuit/grillé) sur une base de galette au chou. A l’odeur désagréable, je dirais que c’est aussi une galette « à ce qu’on aime PAS ». Léonard confirme, ça doit être culturel et niveau goût, ça casse pas des briques. Pas assez de mayonnaise peut-être ?!?
Pour les aventuriers culinaires, voici la recette de l’ Okonomiyaki : http://www.tengumi.com/v2/categoriespublications/publicuisine/29-recetteokonomiyaki

myWPEdit Image

Nous finissons la soirée en mode shopping entre les rayons remplis d’un tas de cochonneries inutiles, peluches moches en tous genres… Nous trouvons notre bonheur dans un magasin d’électroménager (ouais je sais, encore une fois, je vends du rêve, ma vie est trépidante, hein !), et ressortons avec un tas de matériels pour l’appartement (aspirateur, lecteur DVD/Ipod, multiprises, etc). Faut bien qu’on s’équipe non ?! Dans les rayons, des vendeurs toujours très occupés… à jouer au karaoké sur les télévisions. J’imagine déjà nos chers vendeurs de la FNAC en train de jouer à la WII pendant que les clients attendent leur commande. Ici, c’est le professionnalisme à la cool en somme…

myWPEdit Image

Mega Bangna, maxi déluge

Léonard et moi nous rendons en périphérie de Bangkok, dans un ultra, giga, téra, enfin méga centre commercial : Le Mega Bangna. Des centaines de fast-foods, échoppes, magasins défilent devant nous avant que nous n’atteignions le magnifique magasin de meubles d’un créateur suédois très en vogue. Vous savez, celui qui vend des pièces de collection uniques telles que l’Expedit ou la Billy ! Nous sommes conquis par l’originalité des modèles aux finitions soignées et dévalisons le magasin… 4 chariots plus tard, nous voici enfin à la caisse livraison. Pfiou, c’était pas de la tarte cette journée ! Avant de partir, nous nous restaurons sur le pouce à l’Indies Kitchen, chaîne de restaurant asiatique ; pas dingue mais plats corrects. Un dîner plein de romantisme en somme ! A notre sortie, le DE-LUGE ! Haaa il est loin mon crachin breton… Il pleut des cordes, que dis-je des câbles oui ! Nous rentrons dans un bus climatisé, ambiance pôle nord, parfait pour tomber malade… A ce moment, ma minerve, je l’aime !

myWPEdit Image