Koh Samui : Célébrations de Pâques et Songkran, session Jet Ski, en-cas au W Retreat et bévue cocasse au Sakura Spa

DSC_0782

Les « cloches » de Pâques ont lâché les œufs dans le jardin. Sous cette « plaisante » canicule d’avril (37° à l’ombre, 49° de ressenti, oh joie !), la chasse se déroule en un temps record sous peine de laisser le lapin se transformer en flaque cacaotée. Panier en main et mine hilare, notre investigateur en couche-culotte inspecte les buissons : « Par ici la fondue au chocolat » !

DSC_0780

La chaleur est écrasante alors à la baille mon snorky…

Cassius-Snorky

Entre « Good vibes » et « Good waves », c’est parti pour une expérience grisante et exaltante : première initiation Jet Ski pour mon fiston.

CSC_0976

Mon loupiot flotte dans son gilet mais qu’à cela ne tienne, tout baigne, un vrai jeu d’enfant.

DSC_0962

À l’aise Blaise sur l’immense scooter des mers, mon marmot découvre, placide, les sensations fortes de la motomarine.

CSC_0975

La houle provoque quelques tape-culs si bien que mon bambin disparaît littéralement dans son gilet (un (grand) poil trop large), ne laissant même plus entrevoir sa tête. Note pour plus tard : lui acheter un gilet de sauvetage à sa taille, pauvre petit !

DSC_0960

Un casse-croûte végétarien au restaurant de plage, le « Beach Grill » du W Retreat (4/1 Moo 1 Tambol Maenam | Surat Thani, Mae Nam, Koh Samui 84330, Thaïlande, (66) (77) 91 59 99, http://www.wretreatkohsamui.com).

who3058wn.136559_xx

DSC_0922

DSC_0923

Au menu, un Veggie Burger à base de lentilles, betteraves, salade et tomate, pommes de terre frites et beignets d’oignons, les pieds dans le sable, dans une ambiance branchée.

DSC_0934DSC_0937

Un « DJ on the beach » pour un déj’ résolument électro !

DSC_0926

Une bénédiction de passer Songkran sous une merveilleuse pluie battante : « Plic, ploc, plic, ploc », une bonne douche pour une bonne nouvelle année 2558 !

photo 3

Armée de mon pistolet à eau, « Laura Croft », est de sortie !

Laura-Croft

Et « Splotch », la rue n’est plus que gigantesque bataille d’eau.

DSC_1019

Et « Sploush », des pick-up chargés de bidons nous aspergent de seaux remplis de liquide gelé, et « Splash », me voici le visage enfariné de talc… Trempée comme une soupe (Atchoum !), je quitte l’euphorie de la fête à la grenouille (Gla gla ! Brrrrr !), pour un peu de douceur…

DSC_1015

Rendez-vous à mon Spa fétiche pour un massage du corps aux huiles : le Sakura Spa (54/1 Moo 1 Bophut, Fisherman Village, Amphoe Koh Samui, Surat Thani, Thaïlande 84140, ouvert tous les jours de 11h à 23h, réservation au 077 952 633, https://www.facebook.com/pages/Sakura-Spa/1444100672472051).

10715840_10202796975901873_168465314_n

En Reine de la boulette (ne vous méprenez pas, je ne parle pas cuisine ou substance illicite !), mon côté Gaston Lagaffe a (encore) frappé… Je suis menée dans une magnifique pièce vue sur mer, j’ôte mon accoutrement insulaire, prends une douche et m’installe sur la table de massage pour contempler la vue.

sakura-view

Ma masseuse fait irruption dans la pièce, un petit plateau à la main sur lequel repose un mini bol. Elle le dépose délicatement sur le fauteuil jouxtant ma table. Ce breuvage tombe à pic, j’ai grand-soif. À la japonaise, je passe la main gauche sous le bol, la droite sur le côté du récipient et le porte à mes lèvres. Selon le cérémonial du Chanoyu, je dois boire le thé doucement et avec raffinement. Au lieu de ça, « Glou glou », je vide ma bolée en deux gorgées. Au même instant, j’entends la masseuse scander un « NO-MA-DAM !!!! ». Effectivement, gné ? Argh !! Mais qu’est-ce que c’est ? Oups, quelle gourde, je viens de m’enfiler le bol d’huile de massage !

10250100_10152692042731789_6105222018214246518_n

Assez singulier mon souffle fleuri : l’haleine jasmin c’est plutôt baroque ! Tout l’art d’avoir du « bol », ou pas …

ma-vie-toute-pourrie

Koh Samui : Découverte du Temple Wat Sila Ngu, déjeuner au restaurant « Gourmand » et massage au « Sakura Spa »

DSC00916

La saison des pluies touche à sa fin : Adieu novembre et ses grosses intempéries, place à la météo imprévisible de décembre. Un novembre pluvieux avec heureusement une belle accalmie lors de Loy Krathong, la fête des Lumières.

DSC00696

Ces derniers temps « à quai », mon « bateautomobile » peut enfin reprendre des airs de TTT (Tacot Tout Terrain) : « Les deux mon capitaine ! ».

DSC00676

Finies les rues inondées jusqu’aux cuissots, terminée la période où il pleuvait à boire debout, adieu défilé de touristes-capotes en scooter ; comme dirait Bob : « Sun is shining, the weather is sweet »…

Capote-men

Une escapade au Wat Sila Ngu pour découvrir ce joli temple couleur terracotta.

DSC08296

Dès mon arrivée, je me rends sous l’arbre pour examiner les statuettes et autres grigris protecteurs, où le « cui-cui » ambiant est assourdissant.

DSC08301

Vraisemblablement peuplé par la tribu des « hungry birds », je suis soudain canonnée de fiente en guise de bienvenue (bien qu’aillant le même aspect, les fèces d’un Martin triste font toujours plus exotiques que celles d’un pigeon parisien ou le guano d’une mouette finistérienne !).

Hungry_Birds_Loading

Le colombin ornithologique me coule le long de l’épaule. Je n’ai évidemment pas de mouchoir, merci les piafs !

DSC08297

Situé entre Lamaï et Hua Thanon, le Wat Sila Ngu contient (paraît-il) une relique de Bouddha.

DSC08299

Le Chedi doré faisant face à la plage est pourtant un lieu de culte populaire mais il n’y a pas foule hormis les volatiles incontinents.

DSC08308

DSC08303

Le temple pourpre est certes récent mais original et joliment orné.

DSC08312

La visite terminée, je m’empresse de rentrer dans mon auto avant que d’autres tétrapodes à plumes siamois ne me tartinent de nouveau la scapula d’excréments aviaires !

you-better-run-fast

Envie d’un bon déjeuner made in France, rendez-vous au restaurant « Gourmand » (17/7 Moo 1, Amphoe Koh Sa-Mui, Surat Thani, Thaïlande, Du lundi au dimanche, tous les jours sauf le vendredi. En saison haute : de 12h à 15h et de 18h à 22h, Tel. : 0898721493, En basse saison jusqu’au 1 décembre : du lundi au jeudi de 18h à 22h et du samedi au dimanche de 12h à 15h et de 18h à 22h, https://www.facebook.com/pages/Gourmand-Samui/1442522399299621).

DSC07994

DSC07995

Des patrons charmants, un accueil aux petits soins, une salle dans tons orangés où respire la « French Touch », bienvenue à Paris…

DSC07993

Et dans l’assiette alors ? Que du beau, que du bon : les rillettes sont savoureuses, les salades (de saumon, de fromage de chèvre, de gésiers, etc.) sont fraîches et bien garnies,

DSC07996

les tartines sont copieuses et croustillantes, le burger au gruyère suisse AOC sauce au poivre accompagné de frites maison est excellent,

DSC00774

le Hachi Parmentier au confit de canard est un régal,

DSC00775

le magret de canard sauce framboise et pomme de terre est un véritable délice,

DSC00773

sans oublier une mention très bien pour le café/thé « Gourmand » !

DSC07999

La fourchette de prix oscille entre 200 et 600 bahts le plat. Bref, les « Gastronomes » (pas qu’en culotte courte) sont à bonne adresse.

Après avoir rassasié le petit creux, on s’occupe des bosses ! Pour un moment de détente, rendez-vous à l’institut de massage du Sakura Spa (54/1 Moo 1 Bophut, Fisherman Village, Amphoe Koh Samui, Surat Thani, Thaïlande 84140, ouvert tous les jours de 11h à 23h, réservation au 077 952 633 , https://www.facebook.com/pages/Sakura-Spa/1444100672472051).

DSC08630

Le cadre zen et charmant à la décoration soignée offre une vue agréable sur la mer.

DSC08632

DSC08016

Les masseuses ont la dextérité attendue et les prix sont relativement doux pour l’île et pour ce standing d’établissement.

Spa Sakura-prices

Les doigts de pied en éventail, le corps entre des mains expertes, c’est un pur moment d’évasion, de relaxation et d’oisiveté.

Ah ! Qu’il est doux, de ne rien faire…

liens_vert-copie-1

Marché aux fleurs de Tha Thewet, massage au Spa Thann Sanctuary et découverte des restaurants « Whale’s Belly » et « Issaya Siamese Club »

myWPEdit Image

Une virée en bateau sur la rivière Chao Phraya avec le bateau public (15 bahts) avec un stop à la station numéro 15 : Thewet. Je longe le canal à la sortie de l’embarcadère sur 200 mètres et arrive au Marché aux fleurs de Tha Thewet.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le mot « Marché » est légèrement exagéré, je dirais plutôt qu’il s’agit d’une vingtaine d’échoppes qui vendent des plantes, des pots de terre cuite, des mobiles, des carillons et du terreau.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Bref, c’est charmant mais à faire seulement si vous êtes dans le coin.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

En revanche, l’autre côté du canal, pour les amateurs de marché, se vendent fruits, légumes, poissons, piments, et autres denrées alimentaires plus ou moins méconnues et bon marché.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Pour un moment de détente absolue dans un spa magnifique, rendez-vous au Thann Sanctuary du Gaysorn (999 Ploenchit Rd, 3ème étage, Gaysorn Plaza | Lumpini, Bangkok 10330, Thaïlande, 06 626 56 14 23, http://www.thann.info/).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les prix sont plus élevés qu’à l’accoutumée (environ 1000 bahts le massage des pieds d’1h au lieu de 300 bahts et 2500 bahts les massages du corps d’1h au lieu de 700 bahts), mais ici, plus qu’un massage, il s’agit d’une expérience…

myWPEdit Image

Marketing et Communication, mes Amours ! Après essai, il faut bien avouer que leurs « papouilles » en valent le coup (et le coût !). À découvrir…

myWPEdit Image


Après avoir été bichonné, dorloté, chouchouté, vous avez un petit creux ? Je vous propose de découvrir 2 fabuleux restaurants : Le Whale’s Belly et L’Issaya Siamese Club.

Whale’s Belly : dans le ventre de la baleine

Dans la peau de Jonas ou Pinocchio, le voyage des papilles débute dans ce décor bleu-marine chic, au plafond ivoire ondulé, tel un squelette de cétacé.
myWPEdit Image

Dans cette salle inondée de lumière, grâce aux immenses baies vitrées, trône pléthore de bibelots kitsch.

myWPEdit Image

L’accueil est souriant, le service rime avec perfection et pour parfaire le tableau, le Chef, Mai Apirawit (Ancien Chef du « Normandie » de Bangkok), offre l’océan sur un plateau. Par le hublot, commence un plongeon gastronomique au cœur des cuisines ou s’écaillent vertébrés aquatiques, se lèvent filets, se mitonnent fumets et où médaillons de homard, filets de sole, darnes de saumon se braisent à court mouillement. En entrée, la timbale rafraîchissante de rillettes de crabe, guacamole d’avocat, oeufs de lompe et gazpacho (450B), le tartare de thon fondant à la pomme Granny Smith (480B) ou les Saint-Jacques panées croustillantes au foie gras sauce au Champagne (590B) mettent l’eau à la bouche.

myWPEdit Image

Vous en pincerez pour le homard thermidor sauce au Cognac et champignons sauvages (1900B). L’esprit cuisine « nouvelle vague » séduit par sa légèreté et sa finesse avec le thon mi-cuit aux épices, olives noires et sauce verte (580B).

myWPEdit Image

« Nom d’un krill », la palme revient au saumon rôti accompagné de chair de crabe citronnée, écrasé de pommes de terre, caviar, sauce crème et vin blanc (640B) : une merveille qui mérite une belle étoile (de mer).

myWPEdit Image

Le gigot d‘agneau de 12 heures à la provençale et coulis de tomate (1200B) séduit les « terre-à-terre » raffinés. Les raviolis au foie gras (920B), le duo « Mac & cheese » de raviolis à la farce de poulet aux herbes, ricotta et sauce à la crème de parmesan (550B) ou encore le risotto à la truffe (480B), fondent en bouche.

myWPEdit Image

Enfin, les touches d’inspiration asiatique tel que le bar, émulsion de miso à l’orange, shiitake et sauce teriyaki (890B) enchante par son original exotisme. Côté sucré, succombez à la tentation d’un fondant au chocolat (280B), d’un tiramisu (180B) ou d’une crêpe Suzette (220B). Exquise ivresse des profondeurs, la carte des vins et cocktails recèle de beaux trésors millésimés. Dans ce restaurant qui a le vent en poupe, le palais navigue, à l’abordage de saveurs nouvelles et inattendues. Une transat culinaire au large du Détroit de Magellan, sur les côtes de l’île Chiloe jusqu’aux embouchures du Saint-Laurent, entre « lobtailing », « breach » et immersion gustative à vingt mille lieues sous les mers.

Whale’s Belly, 39 Boulevard Tower, 2ème étage, Sukhumvit Soi 39, Boulevard Tower A / BTS Phrom Phong / Ouvert tous les jours de 17h30 à 23h / Tel: 02 160 03 33 ou 08 74 41 95 45 / http://www.facebook.com/WhalesBelly




Issaya Siamese Club : Carré des simples et gastronomie siamoise

myWPEdit Image


Au cœur d’un un jardin tropical, l’Issaya* Siamese Club a pris racine dans une ancienne maison thaïe des années 20, de style indo-portugais colonial. Pied de nez aux classiques « Khao Phat » et « Pad Thaï », le Chef Ian Kittichai tourne le dos aux clichés culinaires thaïlandais en revisitant la cuisine traditionnelle. Dans ce cadre lumineux au mobilier coloré, les murs turquoise sont ornés de papier peint fleuri et de mosaïques disparates.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À l’étage, ambiance « Club de Gentlemen » des débuts sixties, avec whisky et cigare à la main.

myWPEdit Image

Sur un air de jazz sortant d’un phono-valise, le décor se prête au fantasme d’une autre époque, entre brushing bien peigné, robes corolles satinées, rouge à lèvres et rubans pour Madame, cheveux gominés, Trilby Stetson feutré, chemises amidonnées et souliers lustrés pour Monsieur.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À l’extérieur, sur une agréable terrasse abritée, des tables bordent le carré des simples.

myWPEdit Image

Ce potager d’herbes et de légumes biologiques est la source d’inspiration même du Chef, lui permettant de réaliser un exercice de haute voltige entre tradition et innovations gustatives.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À la carte, des créations culinaires inattendues, originales, préservant l’équilibre des saveurs.

myWPEdit Image

Les côtelettes de porc grillées en tranches fines sur un lit d’herbes fraîches, vinaigrette chili-citron (690B), le filet de vivaneau blanc, salade d’herbes fraîches, sauce chili-tamarin (1250B) et la salade de fleurs de bananier et cœurs de palmier, échalotes croquantes, cacahuètes rôties et confiture de chili (260B), ravissent pour leur fraîcheur et leur délicatesse.

myWPEdit Image

Le poulet aux épices, coco et coriandre, grillé au barbecue (580B), le jarret d’agneau mijoté dans un curry massaman (720B) et le homard vapeur, crème de curry, lait de coco et basilic (1800B), séduisent pour leurs parfums.

myWPEdit Image

Le crabe à carapace molle frit et sauce pimentée aux œufs (480B), la côte de bœuf au wok, sauce chili citronnée (1350B) et le filet de porc Kurobuta, salade de citron Meyer et brocoli chinois (450B), réjouissent par le contraste de textures, entre croustillant et tendresse des chairs. Les végétariens trouvent également leur bonheur dans les compositions subtiles du maître. Des préparations parfaitement assaisonnées, un dressage des assiettes raffiné et un service soigné concourent au succès.

myWPEdit Image

À la « Saison des pluies »*, la créativité du Chef Ian Kittichai déborde de ses cocottes, les senteurs de son jardin aromatique bouillonnent dans ses marmites et bouchées après cuillerées, s’entame une valse des papilles aux marches du palais.

* Issaya = Ancien mot thaïlandais, signifiant « Saison des pluies »

Issaya Siamese Club, 4 Soi Sri Aksorn, Chua Ploeng Road, Sathorn / Ouvert tous les jours de 11h30 à 14h30 puis de 18h à 22H30 (le bar ferme à 1h) / Tel: 02 672 90 40-1 / http://www.issaya.com

Wat Traimit (ou Temple du Bouddha d’or), massage au Ruamrudee Health Massage et déjeuner au restaurant Eat Me

myWPEdit Image

Une virée dans le quartier de Chinatown à la découverte du célèbre Wat Traimit connu sous le nom du Temple du Bouddha d’or (661 Chaoren Krung Road | Talad Noi, Samphanthawong, Bangkok 10100, Thaïlande). Dès mon arrivée, je suis happée à droite à gauche par des vendeurs de badges et autres amulettes. L’entrée du temple coûte 40 bahts (1€) et celle du musée sur les autres étages 100 bahts (2,5€). Pour la petite histoire, le Bouddha d’or est une statue en or véritable, la plus importante au monde.

myWPEdit Image

Dans les années 1930, un vieux temple abandonné est détruit. À l’intérieur, une statue de Bouddha en stuc doré sans valeur. Par respect et croyances, la statue bien qu’affreuse est conservée et transférée au Wat Traimit, une pagode quelconque comme il en existe des centaines à Bangkok. Le temple étant trop petit pour cette immense statue, elle reste dehors abritée d’un peu de tôles pendant 20 ans. En 1955, un bâtiment est construit et les moines décident d’y installer la statue. Une grue la déplace mais une élingue cède et la statue tombe dans la boue. De mauvais augure, cela provoque une fuite générale et la statue se retrouve de nouveau abandonnée sur le terrain. Décidemment, poisse ou aubaine ? En pleine saison des pluies, un mauvais présage supplémentaire s’ajoute : un épouvantable orage se déchaîne toute la nuit, noyant la ville sous des trombes d’eau. Bon là, ça commence à ressembler à un remake de « Destination Finale » sauce thaï ! Au petit matin, le supérieur de la pagode essaie de laver la statue des traces de boue et remarque que le stuc détrempé s’est fendu, laissant apparaître un métal brillant. Lucky man mais trop honnête pour garder le secret pour lui ! La croyant maudite, tout le monde lui aurait laissé volontiers s’il l’avait gardée pour lui ! Quelques expertises plus tard, le verdict tombe : Surprise, sous le stuc, la statue est en or massif. Il est supposé que la statue, provenant d’Ayutthaya, a été dissimulée sous une couche de plâtre pour éviter la convoitise des Birmans qui à l’époque assiégeaient la ville, pour ensuite tomber dans l’oubli. La question est : « Comment un bijou pareil a-t-il pu être oublié ? ». Vous effacez souvent de votre mémoire vous une statue en or de 3 mètres de haut et pesant 5,5 tonnes dans vos placards ? Ah bah tiens, je viens d’en retrouver une sous le canapé, chic !

myWPEdit Image


Je poursuis la visite au musée pour connaître l’histoire du quartier chinois de Bangkok, les vagues de migration, la vie des habitants, leurs coutumes, leur façon de vivre.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je me promène à travers les décors en carton-pâte et les bonhommes de cire.

myWPEdit Image

Amusant, en espérant qu’aucun psychopathe ne se soit dissimulé dans le paysage !

myWPEdit Image


Sortie massage hebdomadaire au Ruamrudee Health Massage (Ruam-Rudee Village, 20/17-19, Soi Ruam Rudi, Phloen Chit Rd, Lumphini, Pathum Wan, Bangkok 10330, Thaïlande). Mon salon fétiche avec des prestations au top. À 450 bahts (11€) pour 1h30 de massage des pieds ou 1000 bahts (25€) pour 1h30 de massage du corps aux huiles essentielles, le lieu est calme, les cabines propres et les masseuses pour la plupart vraiment douées. Elles ne vous donneront pas leur nom mais leur numéro. Cela peut choquer, ce sont des êtres humains, mais c’est comme ça ! Alors ne m’en voulez pas des termes mais voici le « tiercé gagnant » du salon : mamzelle « 11 », miss « 24 » et demoiselle « 34 ». La meilleure de toute, ma préférée aux doigts de fée : Dame « 38 » à la dextérité parfaite.

myWPEdit Image


Le plaisir se poursuit dans l’assiette au restaurant Eat Me (À 20 mètres de Convent Road sur Soi Pipat 2, BTS Sala Daeng, Ouvert tous les jours de 15h à 1h, Résa : 02 238 09 31, http://www.eatmerestaurant.com).

myWPEdit Image

Un lieu avant-gardiste, minimaliste avec une architecture bétonnée où se juxtaposent bois et verre.

myWPEdit Image
Plantes et verdures inondent le jardinet et la terrasse extérieure.
myWPEdit Image

Dans ce resto/galerie, partout sur les murs : des toiles (mais non pas d’araignée !).

myWPEdit Image

À l’étage, la salle à manger est exiguë, tout en longueur et s’ouvre sur un balcon agréable encadré de feuillage.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un service prévenant, un tantinet collant. À la carte, une cuisine internationale avec des associations audacieuses, parfois trop à mon goût. Des saveurs recherchées mêlant sucré-salé, tels que le carpaccio de courgette, fromage de chèvre, pignons de pain et vinaigre de framboise (280B), le ceviche de crevettes et coquille Saint Jacques à la grenade et fruit de la passion (380B), les raviolis au fromage à pâte persillée et figue agrémentés de noix, romarin, et beurre noisette (390B) : bon mais pas assez copieux.

myWPEdit Image

Moultes plats aux mélanges étonnants à des prix élevés. En cas de détresse car trop d’originalité dans les propositions, il y a toujours le bon risotto à la truffe noire et pecorino (550B). La carte des desserts reste fidèle au « non-conformisme culinaire » avec sa crème glacée au fromage de chèvre, poire pochée au vin rouge et rayon de miel (270B) ou encore la gelée de Sauternes aux fruits rouges frais, crème anglaise et barbe à papa (280B). Ok, sinon le traditionnel cake au chocolat (270B) c’est bien non ?! Ah ces artistes…

Île de Koh Tao avec les copains, entre plongée et farniente

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Rendez-vous sur un quai de gare avec nos potos venus s’initier au plaisir des vacances au Royaume de Siam.

myWPEdit Image

Chouettes retrouvailles au bord des rails, plus qu’à attendre la belle locomotive qui doit nous mener à Chumphon.

myWPEdit Image

Destination choisie : Koh Tao.

myWPEdit Image

Avec 2h de retard, quoi de plus sympa qu’un apéro improvisé à quai, le temps pour notre moyen de locomotion de faire son entrée.

myWPEdit Image

Après avoir posé nos affaires, rendez-vous autour d’un petit dîner des plus folklos au restaurant du train.

myWPEdit Image
myWPEdit Image
Entre une serveuse mal aimable (se radoucissant au fur et à mesure des commandes de bières, tiens, tiens, c’est surprenant!), des coups de wagons qui s’entrechoquent, un roulis similaire à un cargo, nous voici dans l’ambiance vieux wagon d’autrefois.
myWPEdit Image

La nourriture est plutôt pas mal, à 160 bahts (4€) le set composé de plusieurs plats, nos estomacs sont ravis.

myWPEdit Image

C’est parti mon kiki, la vitesse commence à lancer la bête…

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Côté couchettes, nous avons obtenu des 2ndes classes mais au prix des 1ères, bande d’arnaqueurs… Entre un ronfleur (enfin un moteur), des néons puissants et une collectivité obligatoire, c’est plutôt marrant, c’est sans compter le froid de canard de la clim. Un conseil, prévoyez un bon pull et un pantalon pour la nuit! Comme un brin d’aventure… j’adore !

myWPEdit Image

Au petit matin, roulez jeunesse dans une navette qui fonce comme un bolide. Vient la traversée bateau, 2h30 sous un cagnard d’enfer, voilà, voilà, je ne suis pas encore arrivée que mon front nez est écarlate, salut Rudolph !

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Sur place, nous filons au même hôtel que la dernière fois : le Seashell Resort (9/1 Sairee Beach, Ko Tao, 84360, Thaïlande) et questions restos, je vous redonne les mêmes bons plans car ils n’ont pas changé, toujours un délice : le Su Chili (Sairee Main road, Koh Tao, Thaïlande), le Porto Bello (Sairee Beach, Koh Tao, Thaïlande), le Sairee Sairee (30/10, Moo1, Sairee Beach 84360, Suratthani, Thaïlande), etc. Voici le lien de mon précédent post avec toutes les infos :
https://bangkokdelicious.wordpress.com/2012/10/25/ile-de-koh-tao-plongee-avec-les-requins-baleines-ou-whale-sharks/
Nous testons le massage local dans une ambiance plutôt « collective » et mouvementée au Salon du Silver Sands (Sairee village, Koh Tao, Thaïlande).

myWPEdit Image

Pas le calme fou, ça ricane, ça papote dans tous les sens, pour la tranquillité, on repassera ! En plus ma masseuse, se moque de ma pomme toute rouge, merci pour le tact !

myWPEdit Image

En revanche, une perle vient d’ouvrir, le Spa Aurori (Sairee Village North, Koh Tao, Surat Thani 84360). Ouvert de 10h à 00h, cet endroit est un havre de paix niché au cœur du village de Sairee et de son ambiance folle entre bars et fiesta (http://www.spaaurori.com). Les masseuses sont extraordinairement douces et qualifiées (pas des masseuses improvisées comme on trouve souvent dans les salons à 4 sous). Question tarif, les prix sont doux et l’évasion garantie.

myWPEdit Image

Les couchers de soleil, les apéros sur la plage, la douceur des îles, quel bonheur…

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Le paradis des moustiques également, donc ne zappez pas votre répulsif en spray, reçu 5 sur 5 !

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Question plage, nous louons un long tail boat (600 bahts soit 15€ à 4 personnes) pour un aller-retour sur l’île de Koh Nang Yuan en face de Sairree.

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Un droit d’entrée de 100 bahts soit 2,5€) par personne est exigé et sur le site, au demeurant magnifique, malgré la foule de chinois et japonais en tenus de bain et gilets de sauvetage orange dans 70 cm d’eau, ah mais oui, des fois qu’ils boiraient la tasse !

myWPEdit Image

Les eaux sont cristallines et le paysage de carte postal est absolument incroyable, faudrait juste gommer tous ces gens.
Merci Photoshop !

myWPEdit Image

Pour la plongée, réveil 5h30 pour un départ à 6h. Ah quand même…

myWPEdit Image

Je sais qu’il faut être matinal mais c’est plutôt rude en vacances, non !

myWPEdit Image

Cette fois, nous n’allons pas sur Chumphon Pinnacles (dommage des plongeurs ont vu les requins baleines comme nous la dernière fois) ou à l’épave de Sattakut Wreck, mais découvrons le site de Southwest Pinnacles avec ses grands tombants de 28 mètres, ses bancs de barracudas et ses mérous géants.

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Le site de Shark island nous offre une tortue.

myWPEdit Image

Celui de White Rock, de splendides anémones bleues, mérous et raies à points bleus.

myWPEdit Image

Le site de Japanese Garden est un paradis à arbres de Noel (ou christmas Tree).

myWPEdit Image

Le site de Red Rock possède des coraux magnifiques et sur Twins, les requins pointes noires se promènent à une dizaine de mètres du bord d’une des 3 plages de Koh Nang Yuan (pratique avec la bouteille et tout l’équipement de plongée dans à peine 1 mètre d’eau ! On ferait mieux d’y aller en snorkeling !).

myWPEdit Image

Et partout des ballistes (ou Triggerfish) plutôt mal lunés qui chargent le premier venu ! Héhé, tout doux l’animal ! Et des multitudes d’autres poissons communs.

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Pendant le séjour, j’ai fêté ma 50ème plongée, alors j’ai enlevé le bas bien évidemment !

myWPEdit Image

Humour, je plaisante, je fais une pirouette, un vœu et souffle mes 50 bulles… Koh Tao, à bientôt.

myWPEdit Image

« Bangkok Family » : Escapade au Palais royal de Bang Pa-In et Ayutthaya, massage à Ruen-Nuad Massage Studio, dîner Croisière sur la Chao Phraya, etc. Et « soirée mousse » alone !

Ma famille à Bangkok depuis plus d’une semaine, c’est parti pour une multitude d’escapades à droite à gauche. Balade sur les klongs (canaux) en bateau, visite de temples, découverte des quartiers de la capitale, bouffée d’oxygène dans les parcs, baignade dans la piscine, apéritif en rooftop, dîners typiques thaïs, etc., un programme tout en retrouvailles avec mes parents et ma grand-mère maternelle.

myWPEdit Image

Côté évasions nouvelles, nous louons un van et nous rendons au Palais royal de Bang Pa-In.

myWPEdit Image

Au bord du fleuve Chao Phraya, le Palais d’été de la famille royale est dans le sud de la province d’Ayutthaya. Avec la chaleur, shorts et débardeurs sont de sortie, évidemment pas au goût des gardes à l’entrée. En plus des 100 bahts (2,5€) de tickets d’entrée, j’ajoute 200 bahts (5€) de caution pour une magnifique jupe longue couleur locale ! Je suis ravissante avec ma jupe violette, mes baskets de randonnée, mon gilet et mon sac à dos rouge en bandoulière.

myWPEdit Image

Nous nous promenons à travers le magnifique parc ombragé.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Nous passons devant le Pavillon flottant, le Wat Niwet Tham Prawat et le Phra Thinang Aisawan Thiphtaya, érigés sur une petite île où des « monstres » marins (enfin des poissons et des tortues en nombre incalculable) se massent au bord de l’eau.

myWPEdit Image

Mais c’est qu’ils nous mangeraient.

myWPEdit Image

Nous remarquons le Ho Withunthasansa, minaret dans les tons ocre et pourpre, observatoire d’astronomie.

myWPEdit Image

Nous terminons la visite par le pavillon chinois, le Phra Thinang Wehat Chamrung.

myWPEdit Image

Nous déjeunons dans un petit restaurant thaï peu touristique sur la Chao Phraya, le Pae Tevaraj Restaurant (91/1 Moo 10, Wat Pako Road, Phra Nakhon Si Ayutthaya 13000). La nourriture est savoureuse et les prix oscillent autour de 200 bahts (5€) le plat. Une bonne adresse malgré l’oubli de mon plat… que j’ai tout de même fini par avoir une fois que toute la table avait terminé !

myWPEdit Image

L’escapade se poursuit sur le site d’Ayutthaya, ancienne capitale thaïlandaise, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un immense site de 15km2, rempli de splendides temples en ruines, de marches escamotées, de bouddhas décapités.

myWPEdit Image

Un endroit magnifique, incontournable et hors du temps à parcourir à vélos.

myWPEdit Image

Les 3 chédis en forme de cloches du Wat Phra Si Sanphet sont emblématiques.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le Wihan Phra Mongkhon Bophit recèle de l’une des plus imposantes statues de Bouddha de Thaïlande.

myWPEdit Image

Une tête de bouddha entrelacée, prisonnière même, dans les racines d’un banian (arbre) orne l’entrée du Wat Mahatat.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Il est agréable de flâner au Wat Yai Chai Mongkhon, avec ses bouddhas alignés à l’ombre des arbres. Le site a été restauré il y a peu de temps, pas de chute de stupa possible ! Enfin on espère !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le désagrément de la semaine ? Une « soirée mousse » sauce maison ! Je me dépêche, j’ai rendez-vous pour un superbe massage dans un lieu charmant avec toute ma famille. Tout le monde est sorti, j’en profite pour faire le ménage, le rangement, les lessives, les compotes de fruits et les purées de légumes de Cassius, je range les couverts au lave-vaisselle, le fais partir et me dépêche pour sortir. Au bout de 5 minutes, je reviens dans la cuisine et là… Surprise ! C’est « soirée mousse », top délire méga groove dans la pièce ! Du produit moussant spécial fruit est resté sur les ustensiles et s’est mis à mousser, mais à mousser ! On ne se laisse pas abattre, j’ai mis la musique à fond et ai convié tous les voisins ! Si, si, la photo est contractuelle, pourquoi c’est « too much » ?

myWPEdit Image

Mon moment de solitude passé, j’attrape un taxi et file au Ruen-Nuad Massage Studio (42 Convent Rd.,Silom, Bangkok, Thaïlande (Bang Rak)). Pour 350 bahts (8,5€) pour une heure de massage des pieds ou 700 bahts (17,5€) pour une heure de massage du corps aux huiles essentielles, l’adresse est une pépite. Les massages dispensés sont une merveille, j’en ressors complètement zen et délassée. Le lieu est une maison typique thaï sur étage, et les masseuses sont de vraies professionnelles. Réservation obligatoire pour obtenir un créneau. Je le recommande vivement et ma masseuse aux doigts de fée s’appelle « NAT ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Côté restaurants, nous optons pour un dîner croisière sur la Chao Phraya avec la compagnie Wan Fah. Pour 800 bahts par convive (20€), boisson non comprise, nous voici à bord d’un joli bateau avec 80 personnes, à dîner une nourriture épouvantablement mauvaise (soit disant thaï), mais dans un cadre extra ! Naviguer le long de la rivière avec la vue sur les temples éclairés et les berges illuminées, ça fait son petit effet. Pourtant très attachée à la bonne bouffe, mieux vaut en rire que de râler. C’est une chouette promenade nocturne voilà tout !

myWPEdit Image

2 restaurants m’ont particulièrement plu cette semaine : le Café de Laos et The Deck (Restaurant du Arun Residence).

Maison centenaire érigée au cœur d’un joli jardin, le Café de Laos (N°16, Soi 19 Silom Road (Trok Wet)) propose une cuisine laotienne succulente et sacrément épicée ! Sur deux étages, la charmante demeure coloniale en teck dans les tons vert amande est aujourd’hui devenue un joli restaurant.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

En terrasse, des cadres exposent des clichés anciens, des sculptures à tête d’éléphants ornent les murs extérieurs.

myWPEdit Image

Nous commandons pour la majorité la spécialité : le lap.

myWPEdit Image

Très épicé néanmoins plat traditionnel, le lap est une salade de viande ou de poisson haché, agrémentée de citron vert, d’échalotes, de piments et d’herbes aromatiques. Nous le dégustons avec du khao niao ou riz gluant, cuit à la vapeur dans de petits paniers en bambou (à manger avec les doigts sous forme de petites boulettes) et avec du tam mak houng ou salade de papaye verte (piquante). Le piment me monte au nez, j’ai chaud, très chaud, ça y est je pleure maintenant ! Si ça continue, avec mon palais enflammé, je vais finir par cracher des flammes, et je ne suis pas la seule à la table d’ailleurs ! C’est délicieux, l’endroit hors du temps est adorable et la soirée est sacrément pimentée ! Comme dirait notre Johnny national, ce soir, nous avons « Allumé le feu » !

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Après une première mauvaise expérience où je n’ai rien pu manger, faute de plat disponible, nous retournons déjeuner au fameux restaurant The Deck de l’hôtel Arun Residence (36-38 Soi Pratoo Nok Yoong, Maharat Road, Rattanakosin Island, Bangkok 10200).

myWPEdit Image

Situé sur les bords de la rivière Chao Phraya, en face du temple Wat Arun, le cadre est merveilleux, vraiment charmant.

myWPEdit Image

Côté carte, de délicieux plats français, italiens et thaïs se partagent l’affiche. Nous commandons des springrolls aux crevettes (rouleaux de printemps frits) absolument exquis.

myWPEdit Image

Leur populaire trio de raviolis faits maison qui au passage est un quatuor (truffe, crevettes, fromage/épinard et foie gras) sur un lit de coulis de tomate est divin. Je fais une modification et demande des raviolis au fromage à la place de ceux au foie gras (éthique oblige !).

myWPEdit Image

Le saumon est savoureux, les gambas géantes, succulentes, tout comme les spaghettis aux fruits de mer ou encore la cuisse de canard.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Côté des desserts, la crêpe suzette est parfaitement réalisée et le fondant au chocolat est un délice !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je retire mon « procès » intérieur, enfin celui que mon estomac leur a jadis intenté, et je leur dis « Bravissimo » !

La journée de la loose

La journée commence mal… Des maux de ventre, des gargouillis ici et là, houlala pas bons signes ! Hors de question de se laisser abattre, aujourd’hui nous avons des baby-sitters de choc, ma sœur et son type (enfin son mari !), afin de nous libérer et nous offrir un moment détente en tête-à-tête avec Léo. Ha que du bonheur !

myWPEdit Image

Nous déjeunons tous ensemble sur la terrasse de l’excellent Café Tartine (65 Wireless Rd, BTS Ploenchit, Soi Ruamrudee à la « Athenee Residence », Bangkok 10330). Je fais une entorse à mon délicieux sandwich « Prosciutto raclette» et décide de tester la salade de chèvre. Ha j’avais commandé une salade, je suis servie, dans mon immense assiette, 5/6 croûtons minuscules qui se battent en duel sur une montagne de salade, mais alors une montagne ! Par peur de ce qu’implique le mot « salade » ici, je ne m’essaie pas à la salade de fruits ; on ne sait jamais ! Après mon repas frugal, je me dis que ce n’est pas grave, je me rattraperai ce soir pour notre restaurant en amoureux. Nous laissons Cassius à Chloé et Fred à la maison et sortons nous faire masser. Nous prenons un taxi qui nous conduit sur 200 mètres en 20 minutes. La course s’achève à 50 bahts et nous continuons à pied ! Nous tentons d’aller au Kannikar Beauty Massage (Salle B 327, 3ème étage, Zone B., Central World Plaza, Patumwan, Bangkok 10330). Malheureusement, c’est bondé, pas de place avant au moins une bonne heure ! Nous retournons sur nos pas et testons un centre de massage beaucoup plus calme The Amara (Amarin Plaza, 3ème étage, Ploenchit Road, Patumwan, Bangkok 10330). Mon massage est absolument désastreux ! Ma masseuse est incompétente, elle tousse, renifle et fais l’andouille avec ses collègues! J’ai tiré le gros lot ! Je regarde tous les autres gens se faire masser agréablement, Léonard à côté, a l’air d’avoir un massage des pieds très agréable ! Pour ma part, elle m’effleure vaguement les mollets, sans jamais me masser les pieds, c’est hallucinant. Léo me fait remarquer à juste titre que j’aurais pu garder mes sandales ! Effectivement, ce n’est pas faux ! Je regarde médusée la masseuse de Léonard à côté de moi qui lui pétrit les petons avec dextérité, la chance!

myWPEdit Image

Soudain, pendant mon pseudo massage, je suis prise d’un mal de ventre aigu, sorte d’explosion gastrique ! Moment de solitude oblige, je dois rallier les sanitaires en moins d’une minute ou c’est le drame ! Je stoppe net mon massage, cela dit, pas un mal au vu de la prestation catastrophique et… je cours ! Pour la détente, on repassera (ou pas !).

myWPEdit Image

Après cet épisode calamiteux, nous filons boire un verre au 55ème étage du Central World, au rooftop du Centara Grand : le Red Sky (999/99 Rama 1 Road, Pathumwan, Bangkok 10330). La vue est époustouflante, elle domine tout Bangkok. C’est un endroit à découvrir. Petit conseil, les prix sont plus élevés que la moyenne (300 bahts environ pour un bière soit 7,5€ ou 2000 bahts pour une bouteille de vin soit 50€), c’est un 5 étoiles, donc profitez de l’happy hour de 17h à 19h.

myWPEdit Image

Nous prenons un « taxi tête à claques » qui ne veut pas mettre le « meter » et nous demande une somme exagérée pour rejoindre notre lieu de dîner. Le taxi nous perd, nous emmène au Wat Arun, nous sommes en retard et au final, il ne veut pas nous rendre notre monnaie car il estime avoir roulé suffisamment, je crois rêver !

myWPEdit Image

Nous arrivons (enfin !) au fameux restaurant The Deck de l’hôtel Arun Residence (36-38 Soi Pratoo Nok Yoong, Maharat Road, Rattanakosin Island, Bangkok 10200). Situé sur les bords de la rivière Chao Phraya, en face du temple Wat Arun illuminé, le cadre est merveilleux, idyllique pour passer une belle soirée. Côté carte, de délicieux plats français, italiens et thaïs se partagent l’affiche. Nous commandons des springrolls aux crevettes (190 bahts soit 4,5€), un riz sauté au poulet et leurs réputés trio de raviolis de maison (truffe, fromage et foie gras) sur un lit de coulis de tomate. Je fais une modification et demande des raviolis au fromage à la place de ceux au foie gras. Commande passée, nous apprécions l’endroit absolument charmant. Au bout de 10 minutes, le serveur revient et nous dit que pour les springrolls, ça ne va pas être possible ! Nous sommes affamés, surtout après mon repas du midi fort léger, mais bon ça arrive, tant pis ! 5 minutes plus tard, la manager du restaurant revient et me dit que pour mes raviolis, ça ne va pas être possible non plus ! Saperlipopette, fichtre, diantre, mais vous vous moquez de moi ! Je choisis une lasagne aux épinards par dépit, déjà échauffée par la tournure de la soirée ! Au bout de 10 minutes, le serveur amène le plat de Léonard et me dit : « Sorry Madame, spinach lasagna, not possible, sorry ! ». Nom d’une pipe en bois, la moutarde me monte au nez cette fois ! Quand on est pas capable de proposer les plats de la carte, on en fait pas tout un cinéma dans les guides culinaires ! Du coup, je n’ai rien mangé dans ce soit disant super restaurant, Léo a trouvé que son riz sauté n’avait rien d’extraordinaire ! Pour la bouffe : zéro, encore heureux qu’il y avait la vue et une Asahi bien fraîche !

myWPEdit Image

Après une bonne nuit de sommeil, tout va toujours mieux ! Nous sommes aujourd’hui le 31 décembre 2012. Ce soir nous avons réservé une table à Le Petit Zinc (110/1 Sukhumwit soi 23, 1ère rue à droite en entrant dans Sukhumvit soi 23) pour fêter la nouvelle année. En espérant que l’on puisse au moins manger !

Je tourne la page 2012 pour 2013 et 2556 en Thaïlande (oui, ils sont en avance ici !), en emportant avec moi toutes les belles choses qui se sont produites cette année : le mariage de ma sœur, la naissance de mon fils, mes 30 ans, notre emménagement à Bangkok, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

A ma famille, mes amis, mes amours, mes emmerdes, je vous donne rendez-vous l’année prochaine et sachez : je vous « M ».

Plongées à Koh Lanta, « loin de tout »

myWPEdit Image

Départ à 8h00 pour l’aéroport des vols domestiques de Don Muang. Encore un fou du volant, un accroc du champignon. Avec une vitesse de croisière de 140km/h, l’aéroport situé à 25km est vite atteint! Un péage à 60 bahts (1,50€) et 165 bahts (4,50€) de course plus tard, nous voici au check-in. C’est parti, décollage pour Krabi… 1h de vol plus tard, un van privé nous attend pour nous mener à un petit embarcadère au milieu de la nature où de nouveau, un bateau privé est amarré.

myWPEdit Image

Mais mon amoureux a fait les choses en grand pour mon cadeau d’anniversaire. Un cadeau pour mes 30 bougies absolument magnifique offert le 31 août dernier : une semaine de plongées illimitées (enfin presque, tables de décompression oblige!) sur la célèbre ile de Koh Lanta.

myWPEdit Image

Point d’aventuriers, de retour, de revanche ou encore de choc des héros, on colle Denis Brogniart au placard et notre seule épreuve d’immunité consiste à éviter les piqûres de moustiques !

myWPEdit Image

Arrivés sur l’île, nous filons tout au sud, dans un coin encore préservé, entre jungle et mer. Ho joie, il existe encore du balnéaire non défiguré en Thaïlande ! L’archipel de Lanta, classé parc marin national comprend plus de 70 petites îles. Notre hôtel s’appelle le Baan Laanta Resort & Spa (134 Moo 5, Koh Lanta Yai, Krabi 81150), et est situé sur la magnifique plage de Kantiang Bay dans la Province de Krabi. Notre hôtel propose 15 bungalows de style traditionnel thaï, au milieu d’un jardin tropical.

myWPEdit Image

Notre bungalow offre une vue exceptionnelle sur la mer d’Andaman et sur la piscine carrelée dans les tons châtaigne, ce qui la plonge en totale harmonie avec le lieu verdoyant.

myWPEdit Image

L’intérieur est meublé d’une décoration classique thaïlandaise.

myWPEdit Image

C’est absolument charmant, « so lovely » comme dirait nos amis british, un havre de paix niché au creux de la jungle, légèrement enclavé dans la montagne. Une semaine calme rythmée par des plongées, du massage et de la bonne bouffe.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Côté massage, nous testons le Ancient Realm Resort & Spa (Kantiang Bay, Koh Lanta, Thaïlande). Le cadre est absolument parfait, dans une maison à étage de style thaï.

myWPEdit Image

Le massage des pieds d’1h coûte 550 bahts (14€), ce qui est cher en Thaïlande mais les masseuses sont douces et manient nos petons avec dextérité alors on craque et on profite.

myWPEdit Image

Boire un verre ? Direction l’Aqua Bar, bar du Baan Laanta Resort & Spa, sur la plage qui offre une vue sur la baie. Même rituel tous les soirs après les plongées : une bière bien fraîche accompagnée de prawn springrolls, rouleaux de printemps frits aux crevettes commandés au restaurant de l’hôtel (120 bahts soit 3€).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un endroit très sympa pour dîner : le Drunken Sailors Coffeeshop (116 Moo 5, Koh Lanta 81150, Thaïlande) et son esprit librairie.

myWPEdit Image

Des hamacs font office de sièges et quelques tables blanches sont disposées sur la terrasse.

myWPEdit Image

L’accueil est adorable, l’ambiance et la clientèle sont détendues, la carte propose une cuisine thaï et occidentale. Leurs burgers sont appétissants et appréciés par les clients. Nous testons le sandwich baguette poulet et fromage (140 bahts soit 3,50€) et une soupe de nouilles au poulet, vraiment goûteuse. La note est très raisonnable, décidément, cet endroit a tout pour plaire.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Au Baan Laanta Resort & Spa, ils proposent chaque soir un excellent barbecue de poissons et fruits de mer : un délice ! La pêche du jour est présentée sur un monceau de glace, ils pèsent, font griller avec l’assaisonnement de votre choix et quelques minutes plus tard, à vous la dégustation les pieds dans le sable, vue sur la mer. Les prix sont très raisonnables donc pas de mauvaise surprise à la fin du dîner.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Coup de coeur pour un restaurant 100% thaï, avec une cuisine absolument succulente et un poil excentré du mini centre (3 minutes à pieds en descendant encore la route vers le nord de l’île). C’est typique, sans chichi, on dîne avec un karaoké à la télévision mais le lieu est pris d’assaut par les locaux. C’est copieux, délicieux et pas cher. Vous voulez le nom de ce super plan : le Kantiang restaurant (Kantiang Bay, Koh Lanta, Thaïlande). Pour vous donner un ordre d’idée, à 6 personnes, nous avons commandé une multitude de plats à partager et à boire pour les sages et les fous, l’addition n’a pas excédé 1000 bahts (25€ soit 4€ par tête).

myWPEdit Image

En cuisine, des femmes préparent vos assiettes et les ingrédients sont d’une fraicheur indéniable. Pour preuve, ai fait un petit tour en cuisine.

myWPEdit Image

Quelle belle coïncidence, ce même restaurant mitonne nos repas du midi sur le bateau de plongée. Nous mangeons divinement bien le midi d’ailleurs. Le centre PADI de plongée s’appelle le Scubafish (152/3 Moo 5, Kantiang Bay, Ko Lanta 81150, Thaïlande). Je le recommande vivement. L’équipe est ultra sympathique, ils sont super professionnels, l’ambiance est extra, et les divemasters et instructeurs polyglottes (allemand, thaï, français, anglais, espagnol, etc.), et bonus, le soir, on sirote des godets avec eux à l’Aqua Bar. Un réel 5 étoiles pour ce centre de plongée !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les plongées s’organisent sur divers sites : Koh Haa Lagoon et son incroyable clarté, Koh Haa Yai, ses petites raies et sa magnifique grotte.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le soir, notre bateau rentre sur Koh Lanta sous un magnifique coucher de soleil.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Sur le somptueux site de Koh Phi Phi Ley, d’immenses falaises nous font face, c’est majestueux!

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Nous regardons au loin la très et trop célèbre plage de Maya Bay, du film La plage. C’est très beau mais sans charme à cause du tourisme en masse que ce navet cinématographique a déclenché (outre la présence des beaux Leonardo et Guillaume évidemment!) !

Nous plongeons sur Bidah Nok et Bidah Nai pour les requins pointes noires, tortues et normalement les requins Léopards que nous n’avons, pas eu la chance de voir !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Enfin, les sites de Hin Muang (Purple Rock) et Hin Daeng (Red Rock) avec leurs fabuleux coraux, les rigolos et très curieux Batfish, les poissons clowns, les poissons porc épics, les thons en pleine partie de chasse, la valse des courants, les si mignons yellow boxfishes, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La faune et la flore sont exceptionnelles mais les icônes marines attendues comme le messie par chaque plongeur à Koh Lanta sont les raies mantas et les requins baleines. Nous avons déjà eu l’immense privilège de plonger avec des requins baleines à Koh Tao le mois dernier mais cette fois moins chanceux, après une magnifique semaine passée sur l’île, avec 2 à 3 plongées par jour, point le nez d’une raie manta ! Malgré les jolies promesses du centre et nos efforts effrénés de recherches aquatiques, la star nous a fait un caprice et n’est pas venue parader sous nos yeux. Un fabuleux voyage, des plongées magnifiques mais pas de rencontre avec le tant attendu diable des mers. Sa présence était pourtant quasi certaine, on nous « aux raies mant(i) » ?

myWPEdit Image

Grand Palais et Wat Prah Keo (ou Temple au Bouddha d’Emeraude)

L’ambiance de Noël gagne peu à peu la ville.

myWPEdit Image

Les rues sont envahies par les chants de Noel, les décorations géantes, les luminaires de fête.

myWPEdit Image

Sous 35 degrés, difficile de s’imaginer proche de la fin d’année !

myWPEdit Image

Un petit effort, pensons à la pub : « C’est encore nous, les rennes de noël, pour vous offrir un cadeau démentiel… » !

myWPEdit Image

Un petit tour au Central World…

myWPEdit Image

… où je déniche (enfin !) un vrai centre d’épilation à un prix à peu près raisonnable, le Honey Pot (Honeypot wax Boutique. Unité n°F209 / 2ème étage / Forum Zone Central World Plaza 4, 4/1-4/2, 4/4 Rajdamri Road, Patumwan, Bangkok 10330).

myWPEdit Image

A 750 bahts les demi-jambes (19€), le service est professionnel et les normes d’hygiène sont respectées. A savoir qu’ici, on ne peut pas dire que les poils gênent les jeunes femmes ; non, non, elles ne portent pas de chaussettes de laine, ce sont bien leurs jambes… de Yéti !

myWPEdit Image

Je décide d’aller visiter le site touristique numéro 1 par excellence à Bangkok : le Grand Palais jumelé au Wat Prah Keo (ou temple du Bouddha d’Emeraude), situés sur Sanam Louang, à l’ouest de Bangkok, près de la rivière Chao Phraya (Na Phra Lan Rd, en bateau : Maharaj Pier ou Tha Chang Pier, Bangkok).

myWPEdit Image

Pour se faire, je mets un pantalon blanc long, un haut rouge et long qui recouvre la moitié de mes épaules ainsi qu’un châle pour protéger encore mon buste des regards indiscrets. Bref, je me camoufle sous un monceau de vêtements car les temples sont des lieux sacrés, et ils ne rigolent vraiment pas avec la frivolité. J’ai visité le lieu en 2004, il y avait peu de monde, j’avais adoré alors un petit rafraîchissement de la mémoire ne peut faire que du bien. Comme toujours, je rejoins la station de BTS (métro) de Saphan Taksin, prends le ferry à Sathorn Pier. 15 bahts de Ferry plus tard, je descends à l’arrêt n°9 de Tha chang. Je traverse un marché, il pleut alors avec mon pantalon blanc et mes sandales ce n’est pas l’idéal.

myWPEdit Image

Comme dirait Jane Birkin : « Faudrait des bottes de caoutchouc, pour patauger dans la gadoue, la gadoue, la gadoue, la gadoue. Ouh, la gadoue, la gadoue ! ». Habillée très décemment donc, je suis la multitude touristes, en mini short, mini débardeur, et tongs. Il y a un flot de touristes à faire fuir les amateurs de tranquillité et autres recoins perdus. Je passe le « barrage de sélection » des vêtements indécents et fait 1/4h de queue pour mon ticket (400 bahts soit 10€). Au moment d’entrer sur le site, un garde me rappelle à l’ordre et me dit que je ne peux pas entrer habillée comme ça, on aperçoit une partie du haut de mon bras sous mon foulard ! Je crois rêver ! Les 9/10 des gens sont découverts à souhait et c’est moi qui suis légère ! Comme tous les touristes à poils, je suis obligée d’aller me coltiner 40 minutes de queue supplémentaires pour louer une chemise trop grande! Les gens me regardent, ne sachant pas très bien pourquoi, aussi couverte que je suis, je fais la queue pour le prêt de vêtements, moi non plus d’ailleurs ! 200 bahts (5€) de caution, une attente interminable et un énervement à son apogée plus tard, la visite peut enfin commencer.

myWPEdit Image

Il y a un monde là-dedans, les photos fusent dans tous les sens, difficile d’évoluer sans apparaître sur les photos des uns et des autres. Il faut se la jouer à Matrix en fait !

myWPEdit Image

Je fuis l’entrée pour avoir un peu de quiétude et arborer les monuments sous un angle bien plus plaisant. Le site est immense, il fait plus de 5 hectares.

myWPEdit Image

Cerclée d’une muraille abrupte, la cité abrite jardins, temples et palais. Les toitures aux tuiles vertes et orange, les chedis vêtus de feuilles d’or éblouissantes, les piliers sertis de mosaïques multicolores, contribuent au charme de l’endroit.

myWPEdit Image

Je flâne entre toutes les bâtisses aussi grandioses les unes que les autres dont les noms m’échappent totalement même en lisant le plan. Les fidèles font des offrandes, des prières, dommage que la foule perturbe autant ce lieu sacré.

myWPEdit Image

Je me déchausse pour monter voir le Wat Phra Keo, principal temple bouddhique de la Thaïlande, qui abrite le fameux Bouddha d’Emeraude, véritable « talisman » du royaume, haut de 75 cm. Avant de pénétrer dans le lieu plein à craquer à la foule en délire ; pire qu’à un concert de Madonna ; je me purifie grâce à des fleurs blanches que l’on trempe dans une eau sacrée.

myWPEdit Image

Petite parenthèse, il a plu, il fait une forte chaleur moite plutôt étourdissante, l’odeur de pieds mélangés est un vrai bonheur ! La statue en jadéite est réellement sur « un piédestal » en or.

myWPEdit Image

L’autel mesure 11 mètres de haut, le bouddha est dans une cage de verre sous un parasol doré à 9 étages symbolisant la royauté universelle, Les photos sont interdites à l’intérieur alors, il faut zoomer de l’extérieur. Si vous avez un appareil photos jetable (oui, oui, ça existe encore, ne souriez pas !), laissez tomber, vous n’y arriverez pas ! Achetez plutôt la carte postale…

myWPEdit Image

Je poursuis ma visite dans les pavillons du bateau doré, le Palais royal, les salles d’armes, remplies de dagues et lances anciennes, etc. Je suis ravie de ma visite dans ce lieu époustouflant mais un petit conseil, mettez un pantalon léger et ample, des chaussures faciles à enlever et un tee-shirt ou polo qui couvre vos épaules entièrement.

Côté nouveautés gastronomiques, voici mes deux coups de cœur de la semaine :

Le restaurant the Verandah au Mandarin Oriental (48 Oriental Avenue, dans le Mandarin Oriental, Bangkok).

myWPEdit Image

Sur les bords de la Chao Praya, le lieu a une vue imprenable sur la rivière, un appel à la sérénité. En cuisine, un chef français, qui propose de magnifiques plats franco-thaï savoureux, pleins de finesse.

myWPEdit Image

Un régal des yeux et des papilles. On se délecte de leurs rouleaux de printemps succulents (420 bahts soit 10,50€).

myWPEdit Image

Ou encore de leurs raviolis frais « faits maison » ricotta épinards (480 bahts soit 12€).

myWPEdit Image

Les viandes sont cuites à la perfection et agrémentées de merveilleuses sauces dont seul le chef a le secret.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les prix sont élevés mais la cuisine est à la hauteur d’un 5 étoiles. Attention, tenue correcte exigée, les shorts (là aussi !) sont prohibés. C’est un « temple » de la gastronomie.

myWPEdit Image

Le bar à vins/restaurant Le Scarlett au Pullman G (Ancien Sofitel, City Street, 188 Silom Road, Rama IV, Bang Rak, Bangkok, 10500), situé au 37ème étage d’un building ultra moderne. Le lieu est branché, avec une belle salle de restaurant et une terrasse à la vue stupéfiante sur la capitale.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La clientèle majoritairement française, la décoration « bacchusienne », la carte pleine de promesses, je suis séduite.

myWPEdit Image

Fanny, Chloé, Léonard et moi nous installons confortablement sur la terrasse et commandons un vin rouge Esprit de Font Caude, Coteaux du Languedoc d’Alain Chabanon Campredon 2009 (1390 bahts la bouteille soit 35€), suivi d’un vin rouge Sud africain, un Boekenhoutskloof Porcupine Ridge Syrah 2009 (1290 bahts la bouteille soit 32€), bien plus gouleyant que le premier (et pourtant je suis oh combien chauvine !).

myWPEdit Image

Nous accompagnons nos délicieux nectars d’un plateau dégustation de 8 petites portions de différents fromages au lait cru, j’en salive encore…

myWPEdit Image

Et oui, du 19 au 24 novembre 2012, le Scarlett accueille en exclusivité Gérard Poupard, maître-fromager français pour la vente d’une centaine de fromages fermiers, si ce n’est pas un beau hasard ça…

myWPEdit Image

« Wax »ement bien le Cinéma « First Class », n’est-ce pas 007 ?

Concept atypique que celui du Wax Corner dans les ruelles de Siam square… Petite échoppe sur rue qui propose l’épilation à la vue de tout le monde. Je ne sais pas s’ils font le maillot comme ça mais en tout cas, les jambes, je suis témoin !

myWPEdit Image

J’opte plutôt pour une autre formule, non des plus intimes mais d’une efficacité redoutable pour les timings serrés ! J’entre dans un salon de coiffure, le PNC Panache (C410 4th floor, Central Worl Plaza, Rajdamri Rd., Patumwan, Bangkok 10330), ma séance de cinéma est dans 1 heure. Je leur demande s’ils peuvent m’épiler les jambes en même temps qu’ils me coupent les cheveux. Affirmatif ! C’est parti pour une heure de rigolade avec la position du pied dans la main, assise, pour pouvoir faire l’arrière du mollet pendant que la coiffeuse m’effile la frange. Un vrai sketch que les passants apprécient également à travers les vitres !

myWPEdit Image

1h00 plus tard, montre en main, me voici devant le cinéma du Central World (L7, Zone C, 99/9 Thanon Rama I, Central World, Patumwan, Bangkok 10330), les jambes douces et une nouvelle coupe. Léonard, Chloé et Fred et moi allons voir le dernier James Bond, Skyfall. Nous optons pour la salle « First class ».

myWPEdit Image

Le billet coûte 700 baths (17,50€) et pour ce prix là, c’est du cinéma grand luxe !

myWPEdit Image

Il faut venir 1h00 avant la séance pour profiter du salon dinatoire dans lequel vous attend un tas de mignardises : des petites verrines chaudes ou froides, des minis sandwichs, des crevettes sur piques, du riz cantonais, des brochettes de fruits, etc., et une infâme boisson vert fluo au goût pomme chimique/dentifrice en cocktail d’accueil ! Heureusement, ils vous proposent autre chose à boire si vous le souhaitez !

myWPEdit Image

Après avoir joués les pique assiettes pendant une demi-heure, nous entrons dans la salle obscure où des fauteuils larges et douillets, que vous pouvez mettre en position couchette, vous attendent. Du pop-corn et votre boisson que vous avez choisis au préalable, vous sont servis ; vous vous lovez dans votre couverture et les bandes annonces peuvent commencer. Des publicités idiotes défilent sur l’écran, et encore des pubs, et des pubs quand soudain… Tout le monde debout ! Le saviez-vous ? En Thaïlande, avant le début de chaque film, il faut rendre un hommage de 2 minutes au Roi. Alors, tout le monde debout ! L’écran diffuse des images en l’honneur du souverain : sa vie, ses œuvres, ses projets, ses constructions, ses investissements caritatifs, etc. Ici, le roi est aimé, adulé, respecté, c’est une icône ! Les gens l’appellent l’idole des jeunes… et des moins jeunes d’ailleurs ! Ok, rendez l’antenne, 007, à vous !

myWPEdit Image