Travaux et écologie made in Thaïlande

DSC08619

En Thaïlande, se lancer dans les travaux relève d’un vrai casse-tête (et pas chinois !). Comme j’ai plus l’âme de Bob l’éponge que celle de Bob le Bricoleur (Bob the Builder), je fais évidemment appel aux services (souvent déplorables) de (soit disant) professionnels : « On peut le faire ? » (Can we fix it ?). « Oui, on peut ! » (Yes we can !).

988095454_small

Bref, après moultes dégâts et problèmes techniques, je dois avouer que certaines situations sont risibles (après coup évidemment !). Que ce soit du gros oeuvre de construction ou des petits travaux d’embellissement, il n’est pas rare de s’arracher les cheveux mais aussi d’assister à des scènes loufoques sur un chantier. Les ouvriers sont parfois pris en flagrant-délit de surmenage physique.

DSC08036DSC08042

Combien de Thaïlandais faut-il pour changer une ampoule ? Six. Un pour tenir l’ampoule, les cinq autres pour savoir dans quel sens tourner !

DSC00664

Le peintre nous a fait des prouesses également, je suppose qu’il n’a jamais regardé une émission de la Maroufleuse Valérie Damidot : « On dégage les angles, hein, mon pt’it bouchon ! ».

1

Depuis deux jours, une mauvaise odeur se dégage lorsque j’allume les climatisations. Je fais venir le réparateur qui vérifie le système et m’explique avec une banane jusqu’aux oreilles que la dernière fois que j’ai appelé le « Pest control » pour lutter contre les nuisibles, ils ont mis de la mort aux rats dans mon faux plafond. Il me dit (ce sont ses mots) : « Inside, you have Mickey Mouse… but dead ! ». Ah merci pour l’info, bah il est beau, le monde merveilleux de Disney !

NicolasRubinstein7

Et si on parlait un peu écologie ?

lorax

Heu Éco-quoi ? Oui, la thématique « développement durable » si importante à nos yeux d’occidentaux est ici un sujet totalement inconnu au bataillon dans les cerveaux thaïlandais !

cerveau-omer

Pour une population qui ne pense pas plus loin que le jour même, la notion de préservation de l’environnement pour le futur, est une pensée absente et abstraite de leur esprit.

sticker-citation-d-antoine-de-saint-exupery

Éco-geste numéro 1 : Ne pas jeter ses déchets par terre

Une voisine thaïe vêtue d’un rossignol, le sourire édenté mais pourtant « ben » gentille (faut bien compenser !), coupe des plantes dans les hautes herbes. Je m’arrête pour la saluer. En sortant du fourré avec sa machette et ses végétaux, elle s’aperçoit que de son godillot aéré en plastique, pendouille le pourtour en caoutchouc de sa semelle. Elle s’empresse de l’arracher en riant et le jette sans sourciller par terre. Tout sourire, je perds immédiatement mon rictus pour un froncement de sourcil insatisfait et accompagne le geste réprobateur d’un offusqué « Naaaaaaaan » ! Je lui explique qu’elle ne peut pas jeter ça là, qu’elle pollue le chemin, que l’environnement se respecte, je sors ma rengaine écolo. Elle rit à pleine bouche (genre je ne comprends rien mais ne perds pas la face), m’offrant à la vue ses chicots noirs (enfin ce qu’il en reste !) et ramasse la lanière de latex. Je m’apprête à la féliciter pour ce beau geste (inattendu j’avoue !) mais… Je n’ai pas le temps de lui mentionner d’aller mettre l’objet polluant à la poubelle qu’elle le balance plus loin dans les hautes herbes (sûrement sur un autre tas invisible de bouteilles, sacs plastiques et autres saletés du genre !). Tadaaam, le déchet a disparu comme par magie, pas vu pas pris, et hop, un peu plus de mousse d’éthylène-acétate de vinyle dans la nature ! Bon, y a du boulot…

Ecologie_10_ans_pour_reagir_-2

Éco-geste numéro 2 : Créer ma poubelle à compost

Ah, elle est belle ma poubelle à compost, j’y éparpille mes épluchures de fruits, de légumes, mon coprah de noix de coco et tous déchets organiques, etc. Mais pourquoi le jardinier est-il en train de l’arroser ? Nom d’un petit bonhomme, ce n’est pas un pot de fleurs, il ne va rien pousser là-dedans, tu es jardinier, tu devrais le savoir, non ?! Tant qu’il ne me met pas d’engrais…

worm-compost-illustration

Éco-geste numéro 3 : Trier les canettes et les bouteilles plastiques

Mon achat du jour pour la communauté : une grande poubelle que j’estampille d’affiches : « Save the planet, cans and plastic bottles only ». Le but : sensibiliser au tri sélectif.

TRI-DECHETS

Je demande au jardinier (oui encore lui), en charge de sortir les ordures de me fournir un grand sac poubelle en lui montrant mon joli travail. Je n’ai pas le dos tourné depuis deux minutes que le jardinier (qui ne parle pas un mot d’anglais et n’a à l’évidence rien compris à ma demande) a arraché tous les écriteaux que j’avais soigneusement placardés sur le vide-ordures.

TRASH

Je m’entends hurler, façon Fabienne Lepic dans la série « Fais pas ci, fais pas ça » : « Oh la la la laaaa, mais c’est pas vraiiiiiiiiiiii… ». Puis j’ai donné des noms d’oiseau : @#!!!

image_77521766

Heureusement que mon fiston assure la relève…

photo 1

Nous sommes encore bien loin des gestes éco-citoyens pour un quotidien durable : Tri sélectif, empreinte carbone, consommation responsable d’eau et d’électricité, choix d’ingrédients non chimiques et non testés sur les animaux dans les produits d’hygiène et de beauté, respect et protection de la faune et de la flore, limitation de ses déchets et ordures, etc.

Capture d’écran 2014-12-05 à 16.14.05

En Thaïlande, il y a du pain sur la planche…

Malgré ces premiers échecs cuisants, je ne baisse pas les bras et poursuis mon combat pour la planète.

MARTINE3

Je continuerai d’apporter ma petite pierre à l’édifice et… « Private joke » qui fera, j’en suis certaine, faire sourire mes potes d’école : « Avec mon âme d’activiste et citoyenne concernée, je me battrai jusqu’au bout » !

activiste10624708_1504361733155570_7089396577623894187_n10458380_1504360649822345_1896423174142723885_n

Koh Samui : Découverte du Temple Wat Sila Ngu, déjeuner au restaurant « Gourmand » et massage au « Sakura Spa »

DSC00916

La saison des pluies touche à sa fin : Adieu novembre et ses grosses intempéries, place à la météo imprévisible de décembre. Un novembre pluvieux avec heureusement une belle accalmie lors de Loy Krathong, la fête des Lumières.

DSC00696

Ces derniers temps « à quai », mon « bateautomobile » peut enfin reprendre des airs de TTT (Tacot Tout Terrain) : « Les deux mon capitaine ! ».

DSC00676

Finies les rues inondées jusqu’aux cuissots, terminée la période où il pleuvait à boire debout, adieu défilé de touristes-capotes en scooter ; comme dirait Bob : « Sun is shining, the weather is sweet »…

Capote-men

Une escapade au Wat Sila Ngu pour découvrir ce joli temple couleur terracotta.

DSC08296

Dès mon arrivée, je me rends sous l’arbre pour examiner les statuettes et autres grigris protecteurs, où le « cui-cui » ambiant est assourdissant.

DSC08301

Vraisemblablement peuplé par la tribu des « hungry birds », je suis soudain canonnée de fiente en guise de bienvenue (bien qu’aillant le même aspect, les fèces d’un Martin triste font toujours plus exotiques que celles d’un pigeon parisien ou le guano d’une mouette finistérienne !).

Hungry_Birds_Loading

Le colombin ornithologique me coule le long de l’épaule. Je n’ai évidemment pas de mouchoir, merci les piafs !

DSC08297

Situé entre Lamaï et Hua Thanon, le Wat Sila Ngu contient (paraît-il) une relique de Bouddha.

DSC08299

Le Chedi doré faisant face à la plage est pourtant un lieu de culte populaire mais il n’y a pas foule hormis les volatiles incontinents.

DSC08308

DSC08303

Le temple pourpre est certes récent mais original et joliment orné.

DSC08312

La visite terminée, je m’empresse de rentrer dans mon auto avant que d’autres tétrapodes à plumes siamois ne me tartinent de nouveau la scapula d’excréments aviaires !

you-better-run-fast

Envie d’un bon déjeuner made in France, rendez-vous au restaurant « Gourmand » (17/7 Moo 1, Amphoe Koh Sa-Mui, Surat Thani, Thaïlande, Du lundi au dimanche, tous les jours sauf le vendredi. En saison haute : de 12h à 15h et de 18h à 22h, Tel. : 0898721493, En basse saison jusqu’au 1 décembre : du lundi au jeudi de 18h à 22h et du samedi au dimanche de 12h à 15h et de 18h à 22h, https://www.facebook.com/pages/Gourmand-Samui/1442522399299621).

DSC07994

DSC07995

Des patrons charmants, un accueil aux petits soins, une salle dans tons orangés où respire la « French Touch », bienvenue à Paris…

DSC07993

Et dans l’assiette alors ? Que du beau, que du bon : les rillettes sont savoureuses, les salades (de saumon, de fromage de chèvre, de gésiers, etc.) sont fraîches et bien garnies,

DSC07996

les tartines sont copieuses et croustillantes, le burger au gruyère suisse AOC sauce au poivre accompagné de frites maison est excellent,

DSC00774

le Hachi Parmentier au confit de canard est un régal,

DSC00775

le magret de canard sauce framboise et pomme de terre est un véritable délice,

DSC00773

sans oublier une mention très bien pour le café/thé « Gourmand » !

DSC07999

La fourchette de prix oscille entre 200 et 600 bahts le plat. Bref, les « Gastronomes » (pas qu’en culotte courte) sont à bonne adresse.

Après avoir rassasié le petit creux, on s’occupe des bosses ! Pour un moment de détente, rendez-vous à l’institut de massage du Sakura Spa (54/1 Moo 1 Bophut, Fisherman Village, Amphoe Koh Samui, Surat Thani, Thaïlande 84140, ouvert tous les jours de 11h à 23h, réservation au 077 952 633 , https://www.facebook.com/pages/Sakura-Spa/1444100672472051).

DSC08630

Le cadre zen et charmant à la décoration soignée offre une vue agréable sur la mer.

DSC08632

DSC08016

Les masseuses ont la dextérité attendue et les prix sont relativement doux pour l’île et pour ce standing d’établissement.

Spa Sakura-prices

Les doigts de pied en éventail, le corps entre des mains expertes, c’est un pur moment d’évasion, de relaxation et d’oisiveté.

Ah ! Qu’il est doux, de ne rien faire…

liens_vert-copie-1