Vientiane (Laos), 2ème épisode

myWPEdit Image

Après une attente interminable à l’aéroport de Bangkok en compagnie d’une bande d’ivrognes asiatiques, se sifflant mignonnettes sur mignonnettes…

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Me revoici en vadrouille sur les terres laotiennes chez mon cousin Alysouk dont ses toutous-chiens me flanquent la frousse et sa maison hantée ne m’a toujours pas dévoilée son fantôme.

myWPEdit Image

Ayant déjà visité une multitude de temples et monuments la dernière fois (voici le lien vers le 1er épisode : https://bangkokdelicious.wordpress.com/2013/10/30/escapade-de-3-jours-a-vientiane-au-laos/), je propose cette fois-ci de sortir des sentiers battus ; allez, suivez le guide !

myWPEdit Image

Un passage au consulat entre paperasse à remplir et longue expectative : la course au visa, encore et encore !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Direction Buddha Park ou Xieng Khuan au sud de Vientiane (Thanon Tha Deua, Vientiane, Laos).

myWPEdit Image

Sur le chemin, nous passons devant le fameux Pont de l’Amitié qui relie le Laos de la Thaïlande. Effectivement, les côtes thaïlandaises sont de l’autre côté du Mékong !

myWPEdit Image

Vint-cinq kilomètres plus tard, me voici au « Parc Asté-bouddhix », soit au curieux et insolite Buddha Park.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Bizarrerie locale, sorte de création artistique laotienne similaire à la folie française du Palais Idéal du Facteur Cheval, le lieu abonde, fourmille, pullule, que dis-je, grouille de statues de Bouddhas.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Assis, couché, debout, de toutes les tailles, ici et là, Bouddha se décline sous toutes les formes !

myWPEdit Image

Vous l’aurez compris, dans ce sanctuaire aux allures de carton-pâte, vous trouvez « du Bouddha » en veux-tu en voilà !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Nous repassons au Wat Simuang (situé entre l’avenue Setthathirath et l’avenue Sam Sène Thaï) car un accident récent et tragique est survenu : le fameux et incontournable Marabout (le volatile, pas le type en boubou africain je vous l’ai déjà dit) s’est gravement fait empaler par une structure métallique tombée du toit en travaux.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

En face, se déroule une amusante cérémonie : la bénédiction par un moine non pas d’une personne mais… d’une automobile et d’un scooter !

myWPEdit Image

Quelques personnes sont regroupées autour du moine, elles-mêmes reliées par des fils aux deux véhicules.

myWPEdit Image

J’ai l’air de quoi avec mon Saint-Christophe moi maintenant !

myWPEdit Image


Je visite le Lak Muang, pagode récente représentant le pilier de la ville avec une sorte de « poutre de Bamako » à forme phallique plantée au centre, censée protéger la fécondité.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Merci de retirer vos souliers !

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Le long du Mékong asséché, je m’arrête observer les locaux chercher des escargots (enfin je crois) et le monument du roi Chao Anou avec sa main tendue qui signifiait autrefois aux Thaïlandais : « Arrêtez-vous là, ne pénétrez pas sur le sol laotien ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Envie d’un magazine ou d’un bon bouquin écrit en français, rendez-vous à « Monument Books » (124/1, Nokeokumman Rd, Ban Mixay, Vientiane, Lao PDR. Tel: +856 21 243 708, https://www.monument-books.com/laos.php).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Pour de la soie, je me rends dans la splendide demeure de Lao Textiles signé Carol Cassidy (P.O Box 5088 Vientiane, Laos, (856) 21 216205, lundi au vendredi de 8h à 12h puis de 14h à 17h, le samedi de 8h à 12h, http://www.laotextiles.com).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une cinquantaine de femmes travaillent sur des métiers à tisser, les pièces sont magnifiques.

myWPEdit Image


Je poursuis ma promenade « tissus » au Saoban (Chao Anou Road, 97/1 Ban Watchan, Vientiane, 021 241 835, http://www.saobancrafts.com, lundi au vendredi de 9h à 20h30, dimanche de 13h à 20h30).

myWPEdit Image

Cette entreprise fait du social business et aide les populations locales via la vente d’une multitude de foulards et autres objets tissés mais également d’ustensiles type cuillères, bijoux, baguettes réalisés à partir d’aluminium de bombes larguées sur le territoire laotien pendant la guerre du Vietnam. J’adhère au concept : « Faites des cuillères pas la guerre ». J’ai acheté mais sachez que l’aluminium n’a pas été traité et donc rempli de produits chimiques donc à conserver avec précaution !

myWPEdit Image


Pour les curieux, voici à quoi ressemble l’entrée d’un hôpital local, ça donne envie de… Ne surtout pas tomber malade !

myWPEdit Image

myWPEdit Image


Un vernissage au I:Cat Gallery (230-231 Thanon Settathirath, Ban Simeuang, 020 7783 9674, lundi au vendredi de 18h à 20h et w.e de 13h à 18h, http://www.facebook.com/icatgallery) pour une exposition de clichés d’un artiste colombien.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

À la différence des moustiques, les chaussures restent à l’entrée !

myWPEdit Image

La boisson fétiche du soir ? Un thé à la recette « secrète » (en fait il y a juste du thé, du citron et du miel ! Manque plus que mon lit !).

myWPEdit Image


Un arrêt au restaurant Khop Chai Deu (54 Sethathirat Road, Namphou, Vientiane, Lao PDR, +856 21 263 829, http://www.inthira.com).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une pause au restaurant Lao Kitchen (Hengboun Road, Ban Anou, Vientiane, Lao PDR, (021) 254 332, http://lao-kitchen.com).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une halte à la pizzeria du Soho Si Muang (221 Thanon Settathirath, Ban Simeuang,).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un stop au Mix Bar pour un concert (Nam Phou Fountain Square, Vientiane, Laos, http://www.mixrestaurantandbar.com/).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le plaisir des papilles est total.

myWPEdit Image

Entre Lap au poulet, riz gluant, rouleaux frits, rouleaux de printemps, pizzas et pintes de Lao Beer : « j’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai la peau du ventre bien tendu : Merci petit Jésus » !

myWPEdit Image


Retour à Bangkok mon Commandant !

myWPEdit Image


Merci mon Cousin pour ces chouettes péripéties, à bientôt et « On the « road » again, again »…

myWPEdit Image

Mon 1er post sur Vientiane et ses activités :

https://bangkokdelicious.wordpress.com/2013/10/30/escapade-de-3-jours-a-vientiane-au-laos/

Publicités

4 jours de farniente à Hua Hin

myWPEdit Image

Quoi de plus sympathique qu’une escapade de 4 jours loin des révoltes jaune/rouge, du bruit, de la pollution et de la folie bangkokoise ? Direction le bord de mer de Hua Hin, à 2h30 en voiture de la capitale où nous attend un programme chargé : baignade, bronzette, décontraction, bon vin, bonne bouffe et repos.

myWPEdit Image

L’Anantara Hotel (43/1 Phetkasem Beach Road, Prachuab Khirikhan 77110, 032 520 250, http://huahin.anantara.com/) est légèrement en retrait du centre de la ville et se situe en bordure de « plage ».

myWPEdit Image

Pour ne pas donner une fausse idée, Hua Hin n’est pas un spot réputé pour son sable fin et sa mer cristalline mais l’endroit a l’avantage d’être relativement près de Bangkok quand un besoin d’air se fait sentir.

myWPEdit Image

L’Hôtel est splendide, élégant, inondé de verdure.

myWPEdit Image

Nos chambres donnent sur la mer pour mon plus grand bonheur (celui des moustiques aussi d’ailleurs !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

La nourriture proposée est un vrai régal : barbecue de fruits de mer et de viandes australiennes, huîtres fines de claires (et oui !), sushis, pizza à pâte fine et croustillante, salades exquises, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le soleil cogne fort donc vive le parasol sinon, bonne session Biafine ; la couleur homard est tellement sexy ! Nous avons bien bullé, l’oisiveté en grande pompe. Je résume : « splash », « plouf », « glou-glou », « gniark », « miam-miam », « zzz-zzz-zzz ». Des questions ?

Découverte du Musée d’Art Contemporain de Bangkok (MOCA Museum of Contemporary Art)

myWPEdit Image

Un petit MOCA ? Comment ça con leche ? Mais je ne vous parle pas de café voyons, je vous parle du Museum of Contemporary Art of Bangkok, d’Art Contemporain en somme !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Vous savez bien, ce genre d’art où une personne non-initiée (ou sensée qui sait !) se dit : « C’est de « L’art ou du cochon » ce truc, on dirait le « Koendelietzsche » des 3 frères !? Une œuvre ça, mais mon fils de 2 ans fait la même ! ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Alors que les experts, de leur côté, analysent un étron dans une boîte au Tate Modern de Londres ou observent le Carré blanc sur fond blanc de Kazimir Malevich pendant 20 minutes et arrivent à se poser ce type de questions : « L’artiste a eu la volonté de rompre le lien avec l’art originel. La contemplation n’a-t-elle plus de nécessité ? Depuis quand l’artiste n’a-t-il plus la capacité de transmuter la matière ? ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Houla, je vous ai perdus ? Pour faire simple, au MOCA, l’architecture du bâtiment est minimaliste, design, les lignes sont joliment épurées et les murs blancs maculés. Pour sûr, on n’y broie pas du noir !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La plupart des œuvres présentées sont colorées, bariolées, badigeonnées. Parfois c’est concept, très concept, trop concept, mais bon, vive les noumènes !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Sur 5 étages, une multitude d’œuvres thaïlandaises contemporaines sont présentées, prêtes à être admirées, complimentées, critiquées, détestées, encensées, glorifiées.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Pour n’en citer que quelques uns des artistes exposés : les sculpteurs Chalood Nimsamer et Paitun Muangsomboon, les œuvres d’arts visuels de Kamol Tassanan-Chalee, les sculptures en bronze de Khien Yimsiri, les univers fantastiques de Somphong Adulyasarapan et Prateep Kochabua ou encore les œuvres du philosophe Thawan Duchanee et les peintures de Richard Green et Sir Lawrence Alma Tadema, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Pendant plus d’une heure et demi, entre horreurs et coups de cœur, je m’étonne, m’extasie, me dégoûte.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

C’est aussi ça qui est bien avec l’art, cela engendre une foule d’émotions propres à chacun (bah oui, pour qu’il y ait débat ensuite, il faut bien un ressenti personnel !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

L’adage nietzschéen sur la pluralité de perceptions d’une œuvre d’art en témoigne : « Une œuvre d’art n’est lisible que par approfondissements successifs. ».

myWPEdit Image

myWPEdit Image

 

Et si une œuvre ne vous revient pas, vous pouvez tenter de vous la jouer à l’espagnole Cecilia Gimenez, la fameuse femme de 82 ans, qui s’était lancée discrètement dans la restauration désintéressée du Christ d’origine de l’artiste Elias Garcia Martinez, dans la petite église Santuario de Misericordia. De ses traits fins coiffés d’une couronne d’épines, le « Ecce Homo » est ressorti avec une tête de singe à la chevelure hérissée, aux yeux fardés de noir et la bouche aux contours étrangement flous. S’inventer artiste, c’est dans l’art du temps…

myWPEdit Image

Informations pratiques


Adresse : 499 Moo 3 Vibhavadi Rangsit Rd, Ladyao, Chatuchak, Bangkok 10900
Heures d’ouverture : Du mardi au Dimanche de 10h à 18h
Entrée : 180 Bahts
Tél : 02 953 10 05
Métro aérien (BTS) Station Mo Chit, sortie n° 1 ou 3 (puis prendre un taxi à la station. Environ 15 minutes et 85 Bahts)
Site : http://www.mocabangkok.com/

Visite du Musée du Palais Suan Pakkad (Suan Pakkad Palace)

myWPEdit Image

Mes pieds ont la bougeotte, cela tombe bien, je me rends justement au Palais Suan Pakkad.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Autrefois la résidence du Prince Paribatra de Nagor Svarga, petit-fils du roi Chulalongkorn (Rama V) et de son épouse, M.R Pantip Paribatra, Princesse Chumbhot de Nagor Svarga, le terrain est une ancienne culture de choux, d’où il tire son nom d’ailleurs : « Suan Pakkad », littéralement « Jardin des Choux ». Vous pourrez toujours replacer ces deux mots thaïlandais dans un dîner mondain, ça peut faire son effet… Ou pas !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

L’endroit datant de 1900 aux fifties est charmant, un véritable jardin au milieu de la ville, loin du marasme ambiant.

myWPEdit Image

Un groupe de maisons thaïes traditionnelles constitue la pièce maîtresse architecturale du palais.

myWPEdit Image

Dans chaque maison, des antiquités thaïs, notamment des poteries de Ban Chiang de plus de 4 000 ans, des instruments de musique, de la vaisselle, des bijoux, des coquillages, etc.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une petite chapelle privée abrite une collection de bouddhas.

myWPEdit Image

Au fond du jardin, la barge royale « Kao Kung Bayam » (je parle ici d’un bateau non d’une tête couronnée féminine qui aurait perdu la boule) est exposée.

myWPEdit Image

Le Pavillon de Laque datant du XVIIème siècle renferme de splendides peintures murales en or évoquant l’histoire de la vie de Bouddha et des scènes de l’épopée indienne du Ramayana.

myWPEdit Image

Avant de partir, un petit « saut » dans le jardin : « : Savez-vous planter les choux, à la mode à la mode… Savez-vous planter les choux, à la mode de chez nous » !

myWPEdit Image

Informations pratiques

Adresse : 352-354 rue Sri Ayudhya, Ratchathewi, Bangkok 10400 Thaïlande
Heures d’ouverture : Tous les jours de 9h à 16h
Entrée : 100 Bahts
Tél : (66) 2245-4934
Bus n° 14, 17, 72, 74, 77, 159, 164, 204, 536, 539
Métro aérien (BTS) Station Phaya Thai, sortie n° 4 (puis marcher 5 minutes sur Sri Ayudhya Road)

Site : http://www.suanpakkad.com/main_eng.php

myWPEdit Image