Wat Traimit (ou Temple du Bouddha d’or), massage au Ruamrudee Health Massage et déjeuner au restaurant Eat Me

myWPEdit Image

Une virée dans le quartier de Chinatown à la découverte du célèbre Wat Traimit connu sous le nom du Temple du Bouddha d’or (661 Chaoren Krung Road | Talad Noi, Samphanthawong, Bangkok 10100, Thaïlande). Dès mon arrivée, je suis happée à droite à gauche par des vendeurs de badges et autres amulettes. L’entrée du temple coûte 40 bahts (1€) et celle du musée sur les autres étages 100 bahts (2,5€). Pour la petite histoire, le Bouddha d’or est une statue en or véritable, la plus importante au monde.

myWPEdit Image

Dans les années 1930, un vieux temple abandonné est détruit. À l’intérieur, une statue de Bouddha en stuc doré sans valeur. Par respect et croyances, la statue bien qu’affreuse est conservée et transférée au Wat Traimit, une pagode quelconque comme il en existe des centaines à Bangkok. Le temple étant trop petit pour cette immense statue, elle reste dehors abritée d’un peu de tôles pendant 20 ans. En 1955, un bâtiment est construit et les moines décident d’y installer la statue. Une grue la déplace mais une élingue cède et la statue tombe dans la boue. De mauvais augure, cela provoque une fuite générale et la statue se retrouve de nouveau abandonnée sur le terrain. Décidemment, poisse ou aubaine ? En pleine saison des pluies, un mauvais présage supplémentaire s’ajoute : un épouvantable orage se déchaîne toute la nuit, noyant la ville sous des trombes d’eau. Bon là, ça commence à ressembler à un remake de « Destination Finale » sauce thaï ! Au petit matin, le supérieur de la pagode essaie de laver la statue des traces de boue et remarque que le stuc détrempé s’est fendu, laissant apparaître un métal brillant. Lucky man mais trop honnête pour garder le secret pour lui ! La croyant maudite, tout le monde lui aurait laissé volontiers s’il l’avait gardée pour lui ! Quelques expertises plus tard, le verdict tombe : Surprise, sous le stuc, la statue est en or massif. Il est supposé que la statue, provenant d’Ayutthaya, a été dissimulée sous une couche de plâtre pour éviter la convoitise des Birmans qui à l’époque assiégeaient la ville, pour ensuite tomber dans l’oubli. La question est : « Comment un bijou pareil a-t-il pu être oublié ? ». Vous effacez souvent de votre mémoire vous une statue en or de 3 mètres de haut et pesant 5,5 tonnes dans vos placards ? Ah bah tiens, je viens d’en retrouver une sous le canapé, chic !

myWPEdit Image


Je poursuis la visite au musée pour connaître l’histoire du quartier chinois de Bangkok, les vagues de migration, la vie des habitants, leurs coutumes, leur façon de vivre.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Je me promène à travers les décors en carton-pâte et les bonhommes de cire.

myWPEdit Image

Amusant, en espérant qu’aucun psychopathe ne se soit dissimulé dans le paysage !

myWPEdit Image


Sortie massage hebdomadaire au Ruamrudee Health Massage (Ruam-Rudee Village, 20/17-19, Soi Ruam Rudi, Phloen Chit Rd, Lumphini, Pathum Wan, Bangkok 10330, Thaïlande). Mon salon fétiche avec des prestations au top. À 450 bahts (11€) pour 1h30 de massage des pieds ou 1000 bahts (25€) pour 1h30 de massage du corps aux huiles essentielles, le lieu est calme, les cabines propres et les masseuses pour la plupart vraiment douées. Elles ne vous donneront pas leur nom mais leur numéro. Cela peut choquer, ce sont des êtres humains, mais c’est comme ça ! Alors ne m’en voulez pas des termes mais voici le « tiercé gagnant » du salon : mamzelle « 11 », miss « 24 » et demoiselle « 34 ». La meilleure de toute, ma préférée aux doigts de fée : Dame « 38 » à la dextérité parfaite.

myWPEdit Image


Le plaisir se poursuit dans l’assiette au restaurant Eat Me (À 20 mètres de Convent Road sur Soi Pipat 2, BTS Sala Daeng, Ouvert tous les jours de 15h à 1h, Résa : 02 238 09 31, http://www.eatmerestaurant.com).

myWPEdit Image

Un lieu avant-gardiste, minimaliste avec une architecture bétonnée où se juxtaposent bois et verre.

myWPEdit Image
Plantes et verdures inondent le jardinet et la terrasse extérieure.
myWPEdit Image

Dans ce resto/galerie, partout sur les murs : des toiles (mais non pas d’araignée !).

myWPEdit Image

À l’étage, la salle à manger est exiguë, tout en longueur et s’ouvre sur un balcon agréable encadré de feuillage.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un service prévenant, un tantinet collant. À la carte, une cuisine internationale avec des associations audacieuses, parfois trop à mon goût. Des saveurs recherchées mêlant sucré-salé, tels que le carpaccio de courgette, fromage de chèvre, pignons de pain et vinaigre de framboise (280B), le ceviche de crevettes et coquille Saint Jacques à la grenade et fruit de la passion (380B), les raviolis au fromage à pâte persillée et figue agrémentés de noix, romarin, et beurre noisette (390B) : bon mais pas assez copieux.

myWPEdit Image

Moultes plats aux mélanges étonnants à des prix élevés. En cas de détresse car trop d’originalité dans les propositions, il y a toujours le bon risotto à la truffe noire et pecorino (550B). La carte des desserts reste fidèle au « non-conformisme culinaire » avec sa crème glacée au fromage de chèvre, poire pochée au vin rouge et rayon de miel (270B) ou encore la gelée de Sauternes aux fruits rouges frais, crème anglaise et barbe à papa (280B). Ok, sinon le traditionnel cake au chocolat (270B) c’est bien non ?! Ah ces artistes…

Publicités

Wat Ratchanatdaram Worawihan (Loha Prasat), Monument de la Démocratie (Democracy Monument), dîner au Seven Spoons et concert de Wax Tailor

Un détour par le Monument de la Démocratie. Véritable emblème national, le « Democracy Monument », de son nom thaï Anusawari Pracha-athipataï (monument-peuple-souveraineté), a été construit en 1940 et se situe au croisement des avenues Rachadamnoeun et Din-So, au cœur de Rattanakosin. Érigé pour commémorer le coup d’état du 24 juin 1932 qui avait transformé la monarchie absolue, vieille de sept siècles, en monarchie constitutionnelle. La symbolique du bâtiment est forte. Les quatre colonnes en forme d’ailes mesurent 24 mètres (pour la date), tout comme le rayon de la place d’ailleurs, laquelle est fermée par un cercle de 75 boulets de canon. Au sommet du dôme central, le piédestal sur lequel repose la constitution mesure 3 mètres de haut, en référence à juin, 3e mois de l’année bouddhique. Ce lieu sert aujourd’hui de point de ralliement pour les manifestations anti-gouvernementales.

myWPEdit Image


La minute culturelle passée, je poursuis ma petite escapade le long des klongs sous un soleil brûlant et apprécie la quiétude du lieu.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

J’arrive au Wat Ratchanatdaram Worawihan (Maha Chai Road, Bowon Niwet, Phra Nakhon, Bangkok, Thaïlande). Situé derrière le Mémorial du Roi Rama III sur l’avenue Ratchadamnoen, ce temple est considéré comme l’un des plus originaux de Bangkok puisque construit sous le règne du Roi Rama III et achevé récemment par le Département des Beaux Arts. Architecture assez indéfinissable il faut bien avouer, à la fois ancien et moderne !

myWPEdit Image

À l’intérieur, les moines sont en train de prier via leurs « chants » à la rythmique répétitive, au ton monocorde, l’ensemble sur fond de ventilateur qui tourne à plein régime !

myWPEdit Image

Le temple renferme le fameux Loha Prasat, pagode au sommet en métal, rose en forme pyramidale. Haut de 36 mètres et entouré de 37 spires, le Loha Prasat est unique au monde.

myWPEdit Image

Je quitte mes sandales et pénètre dans l’endroit désert. Je grimpe tour à tour les 6 étages par l’escalier en colimaçon. Chaque niveau offre un dédale de couloirs ouverts sur le dehors avec des pylônes placés à des endroits bien précis. De vrais labyrinthe aux configurations géométriques censés vous apporter méditation, paix intérieure et au dernier étage : le Nirvâna !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Me voici dans les pas de Bouddha en mode « ascèse » attitude, presque (je dis bien presque) dans l’absence de crainte de me retrouver nez à nez avec un « illuminé » caché au détour d’un mur.

myWPEdit Image

Entre ascétisme et hédonisme, je poursuis ma voie moyenne (enfin j’essaie), tentant d’annihiler tous les bons et mauvais sentiments qui m’animent (dur !). Je suis bien arrivée en haut, mais n’étant toujours pas remplie de stoïcisme et tombée dans l’indifférence face à la mort, la souffrance, l’amour, le bonheur et le malheur, je ne suis donc pas prête pour la fin du cycle de mes réincarnations. Bredouille de ma quête, je n’ai plus qu’à redescendre sur Terre (houlà mais c’est haut ce dernier étage !) et trouver ma propre voie du Salut !

myWPEdit Image


Je suis sauvée… Un lieu extraordinairement intimiste pour se recueillir autour d’un merveilleux dîner en tête à tête : le restaurant Seven Spoons (211 Chakkrapatipong Road, Bangkok 10100, Thaïlande ; http://sevenspoonsbkk.wordpress.com/).

myWPEdit Image

Un restaurant minuscule avec 3 ou 4 petites tables dressées (10/15 clients maximum) à la lueur des bougies.

myWPEdit Image

Une décoration minimaliste aux murs tout en bois : une tête de cerf en porcelaine, une mini statue de la liberté, le tableau d’un étalon, une lampe en pied et le portrait d’une femme.

myWPEdit Image

Le service est au petit soin et la cuisine absolument délicieuse. La carte propose toutes sortes de plats « internationaux » revisités : de la choucroute, des gnocchis au gorgonzola, des pâtes au chorizo, des poissons grillés et viandes en sauce mystère : À se damner !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

C’est DI-VIN, un côté seul au monde et vraiment pas cher (moins de 1000 bahts soit 25€ à deux pour une entrée partagée, 2 plats, 2 desserts et quelques bières). Je recommande vivement ce restaurant, attention réservation nécessaire : 08 45 39 18 19 ! Seul hic, le Seven Spoons étant victime de son succès, les patrons ferment cette petite perle courant juillet 2013 pour ouvrir un autre établissement de 45 couverts, alors ne perdez pas une seconde…

myWPEdit Image


Pour la fête de la musique 2013, l’Ambassade de France a organisé un magnifique concert sur l’Esplanade du Central World avec en guest star : Wax Tailor ! 1h de pure merveille musicale grâce à son doux nectar trip hop qui me berce les oreilles ! En bonne groupie, je lance mon soutien gorge sur la scène et crie « Jean Christooooooophe » ; je plaisante évidemment ! Le nouvel album « Dusty Rainbow from the Dark » est prodigieux et le rappeur Daryl et la chanteuse Charlottes Savary, hypnotisent la scène.

myWPEdit Image

Un conte musical « waxtailorien » à l’univers espiègle et à l’atmosphère cinématographique sur fond de symphonie scratches. Que sera, sera…

myWPEdit Image

Wat Suthat & Giant swing (ou Temple de la Balançoire géante), session karting et Best Beef Restaurant

myWPEdit Image

Une sortie touristique à la découverte du Wat Suthat (Bamrung Mueang Road, Bangkok, Thaïlande) ou également appelé Temple de la Balançoire géante. On ne peut effectivement pas le manquer, juste à l’entrée se dresse un gigantesque portique servant autrefois de balançoire.

myWPEdit Image

Sont fous ces Thaïlandais de construire des bascules pareilles ! La hauteur étant vertigineuse, les anciens racontent que les accidents étaient fréquents. Ah oui sans blague c’est étonnant ! Le jeu au 19ème siècle consistait à se balancer pour attraper des pièces d’or fixées sur un poteau devant le portique.

myWPEdit Image

L’escarpolette a fini par être supprimée suite à « quelques envols » inopinés ! Oui, après un nombre de morts incalculable, ils se sont dit : « C’est un peu dangereux, nan ?! ». L’entrée coûte 20 bahts (0,5€) et sur la terrasse inférieure 28 pagodons chinois dominent signifiant que 28 bouddhas sont nés sur cette terre.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Le temple construit par Râma Ier et achevé par Râma III offre une particularité. Je vous entend déjà : « Un grand Bouddha doré ! « .

myWPEdit Image

Mais trop facile ; certes le temple abrite une figure du Bouddha Phra Sri Sakyamuni ou « Sisakayamunee » importée de la province de Sukhothaï mais le Wat Suthat Thepwararam est en réalité important pour ses peintures murales anciennes et sa collection d’images du Bouddha. Bluffés, non ?

myWPEdit Image

Soyez gentils, faites semblant !

myWPEdit Image


Envie d’un peu de sensations fortes ?

myWPEdit Image

Nous voici à Easykart (31//11 RCA Plaza, 2nd Floor, Rama 9 Road, Bangkapi, Huaykwang, Bangkok 10320, http://www.easykart.net/) pour une session de karting.

myWPEdit Image

Dans ce grand hangar, rendez-vous avec la vitesse grisante, le vrombissement des moteurs et les crissements de pneus.

myWPEdit Image

À raison de 1100 bahts par personne (soit 27,50€ environ) pour 2 sessions de 8 minutes, la compétition fait « rage » (et fait rire) ! Après avoir passé la charlotte jetable, mis le casque de pilote et fait les stars de Formule 1 devant l’objectif, c’est volant entre les mains et souliers au plancher que nous poussons les bolides.

myWPEdit Image

Vettel, Alonso et Raikkonen, on appuie sur le champignon, gare au chrono et roulez jeunesse ! Une bonne ricanade sur fond de grosse montée d’adrénaline !

myWPEdit Image


Lors d’une promenade à deux pas de chez moi, j’aperçois un attroupement de gens, bâton à la main le long du canal (klong). Je regarde dans l’arbre et me rends compte qu’une charmante bestiole longe le tronc : un serpent de 2,50 mètres.

myWPEdit Image

Il a l’air beaucoup moins rigolo que Kaa dans le Livre de la Jungle et je n’ai pas franchement envie de le retrouver dans le jardin du condominium ! Un tas de badauds regarde la scène et filme quand soudain : « PLOUF » !!! Ah, il a disparu dans l’eau l’animal ! Point de suite de sa trace, en espérant qu’il ne trouve pas le chemin de chez moi !

myWPEdit Image


LA bonne adresse de la semaine : Le restaurant Best Beef (1490/2 Sukhumvit Road, BTS entre On Nut et Phra Khanong, Ouvert tous les jours de 16h à minuit avec une dernière commande pour le barbecue vers 23h, http://www.facebook.com/BestBeefsukhumvit).

myWPEdit Image

Un immense hangar à la fois abrité d’une toiture et ouvert sur l’extérieur dont s’échappent d’alléchantes effluves de grillades. Sous ce porche géant, des centaine de tables et chaises en bois où une clientèle typiquement thaï fait la queue pour y dîner. Le concept : Pendant 2h, à volonté et pour 199 bahts par convive, un barbecue ou fondue avec diverses viandes de boeuf, poulet, porc, des poissons, des crevettes, etc., avec une multitude d’accompagnements comme le riz, la salade, le pain au beurre aillé, les frites, etc.

myWPEdit Image

Les boissons sont en sus à des prix plus que raisonnables, comptez 70 B et 100 B pour un litre de bière. La carte est en thaï alors pour commander, un peu de déchiffrage s’impose, pas une envie folle de manger des langues de porc et de la cervelle de poulet !

myWPEdit Image

Les produits sont frais, l’hygiène respectée et la préparation des assiettes de viandes faite à la vue de tous.

myWPEdit Image

Notre serveur est un as, il est d’une réactivité incroyable. En revanche, il faut être prêt à troquer son odeur de parfum pour une fragrance « grillade » car cheveux et vêtements s’imprègnent obligatoirement.

myWPEdit Image

Il faut commander les viandes et les poissons au fur et à mesure du repas car bien que le menu soit à volonté, point de gaspillage autorisé : 100 bahts vous seront demandés par 100 grammes de nourriture non mangés.

myWPEdit Image

Un lieu convivial, populaire et sans chichi pour se remplir la panse entre amis !

myWPEdit Image

myWPEdit Image