Visite du Wat Benchamabophit (Temple de Marbre), du Ananta Samakhom Throne Hall (Salle du trône Ananta Samakhom) au Dusit Palace et découverte des restaurants 4 Garçons et du Maggie Choo’s

myWPEdit Image

Un taxi et je file au Wat Benchamabophit, plus connu sous le nom de Marble Temple ou Temple de Marbre pour les nuls en anglais (Si Ayutthaya Road ou Rama 5 Road, Chitlada, Dusit, Bangkok, Thaïlande). Ouvert de 8h à 17h, l’entrée coûte 20 bahts (0,50€) et pour une fois, il y a peu de touristes. Quelques fidèles font des offrandes et prient, le lieu aspire à la zen attitude. Unique temple de marbre de Thaïlande avec ses trois couleurs dominantes : le marbre des murs, le rouge des tuiles et les dorures, on ne peut pas se tromper. À l’entrée, deux lions de marbre et à l’intérieur, je vous laisse deviner… Tic, tac, tic, tac un bouddha pardi ! Sa particularité, la statuette dorée et massive conserve les cendres de Rama V (Ayant régné de 1868 à 1910, il est le cinquième roi de la dynastie Chakri, fondée en 1782, et qui règne depuis cette date sur la Thaïlande, anciennement Siam).

myWPEdit Image

Un tour dans la cour derrière, et cette fois pour changer qu’y a-t-il à voir ? Tic, tac, tic, tac… Ni un, ni deux mais 53 bouddhas en bronze.

myWPEdit Image

Enfin, debout et occupant la place centrale de la cour… un bouddha ! Vous l’aurez compris dans les temples, on y voit des bouddhas, « Wat » else !

myWPEdit Image

Je poursuis mon chemin et attrape un moto taxi. Pour 7 bahts et 4 minutes de course plus tard (le chemin se fait à pied mais la chaleur est écrasante et le prix de la course donnée donc pas d’hésitation), me voici devant le Ananda Samakhom Throne Hall au Dusit Palace (U-Thong Nai Road, Bangkok, Thaïlande).

myWPEdit Image

Situé au fond de la Place Royale, l’architecture est de style Renaissance Italienne. Après le coup d’état de 1932 qui a conduit à la monarchie constitutionnelle, ce beau bâtiment de 5600 m2 a abrité le Parlement Thaïlandais. Aujourd’hui, la Salle du trône Ananta Samakhom sert principalement à l’occasion d’importantes cérémonies royales et cérémonies d’État (oui, vous pourrez le replacer dans un dîner, ça fait toujours bien). Madre Mia, quel contraste effrayant avec la quiétude du temple, avec ces cars entiers de touristes asiatiques ! En rang d’oignons suivant leur guide au drapeau jaune, orange, rouge selon les groupes, et ça hurle tellement que je me crois à la foire ! Niveau décibel, je ne sais pas si c’est bien règlementaire, z’êtes fous les gars! Le ticket d’entrée est à 150 bahts (4€), j’ai bien pris le soin de porter un bon pantalon et un bon tee-shirt couvrant. Et oui, pas folle la guêpe, en Thaïlande, dans les lieux type temple & cie, il ne faut surtout pas que l’on aperçoive vos épaules (même dissimulé sous un châle, je vous aurais prévenus !) et vos jambes également. Alors malgré la chaleur étouffante, tel Obélix je porte de bonnes braies ! Et là, la caissière me dit (je traduis) : « Pour entrer vous devez porter une jupe car c’est une résidence royale ». À cet instant, je m’entends dire, à l’image du top 13 des pires expressions de Norman : « C’est une blague ? »

Et l’érudite Nabila raisonne en moi tel l’esprit de Yoda à son padawan (navrée pour toutes ces références hautement philosophiques) : « Allo, non mais allo quoi.. T’es en Thaïlande et tu peux pas rentrer si t’es en pantalon ! ».

myWPEdit Image

Bien, bien, bien, alors je vous conseille de bien choisir la couleur car après vous le gardez dans vos placards ce sublime jupon (torchon), quelle veine ! 50 bahts (1€ environ) en sus pour ce joli vêtement saumoné coupé à la scie sauteuse, un véritable achat plaisir !

À l’intérieur, appareils photos et portables sont interdits et d’ailleurs, il faut laisser son sac au vestiaire. À l’intérieur, la décoration est de style victorien, il y a des dorures, des moulures, des tapisseries, de la vaisselle, et le clou de la visite : le trône (un petit siège doré sur lequel un popotin princier s’est assis, classe !).

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Une exposition présente les sacs, porte-monnaie, tableaux, bijoux et objets de cérémonie dont le roi et la reine utilisent lors de leurs sorties publiques. In fine, le coup de la jupe, je retiens, la prochaine fois je mets les deux, un pantalon et au dessus une jupe (voire un short en plus), comme ça, ne me ferai plus avoir.
Comme le dirait le grand Maître Jedi : « À vos intuitions, vous fier, il faut. »

myWPEdit Image

Côté culinaire, deux endroits à découvrir de toute urgence : 4 Garçons et Maggie Choo’s :

4 Garçons…

myWPEdit Image

4 Garçons offre un décor fleurs bleues dans des tons azurés : des sièges, fauteuils et banquettes au faux style Louis XV et Napoléon III.

myWPEdit Image

Une décoration sophistiquée avec des touches de brocante chic.

myWPEdit Image

Dans la pièce, un bar finement sculpté, des compositions bucoliques, des bougies sous cloche, des sculptures chérubins, des bougeoirs en pieds, des piles de bouquins, des bibelots romantico-vintage.

myWPEdit Image

À l’extérieur, de larges canapés confortables bordent les bassins de la terrasse en teck, je me ferais bien un petit apéro ici.

myWPEdit Image

Deux des quatre camarades propriétaires occupent les fourneaux : le chef cuisinier et le chef pâtissier. À la carte, une cuisine française avec des plats traditionnels : escargots de Bourgogne (380 bahts), soupe à l’oignon (320 bahts). Je goûte les cuisses de grenouilles beurre persillade (450 bahts), miam, elles sont charnues, la sauce est bien assaisonnées et salées comme j’aime.

myWPEdit Image

Côté plat, nous testons le coq au vin, qui est réussi (580 bahts),

myWPEdit Image

le gratin dauphinois (120 bahts) est une pure merveille. En revanche, l’épaule d’agneau à la bière (650 bahts), , servi avec une carotte, une allumette de bacon et une pomme de terre n’est pas transcendante.

myWPEdit Image

Verdict : 4 Garçons un resto dans le vent et plein d’avenir…

Plus d’infos :
4 Garçons
113 Thonglor entre le soi 13 et le soi 17 (Sukhumvit 55), Bangkok, Thaïlande
BTS Thong Lor (et 10 minutes de marche)
Ouvert tous les jours de 11h30 à 23h30 (résa 02 713 95 47)
http://www.4Garcons.com
Maggie Choo’s…

myWPEdit Image

Après le Iron Fairies, le Fat Gut’z et le M. Jones Orphanage, aux atmosphères fantastiques, enfantines, sorties tout droit de bandes dessinées, Ashley Sutton, le créateur de lieux hors du commun a encore frappé en signant le Maggie Choo’s, un speakeasy shanghaien époque années 20.

myWPEdit Image

Une porte en bois sombre, un escalier raide, la pièce est étroite et la luminosité tamisée. Dans cette ambiance feutrée, une échoppe de nouilles aux fumets alléchants. Des sols aux murs, un carrelage brun tapissé d’affiches et photos de papier vieilli. Des boiseries finement taillées, des cages à oiseaux et au plafond, des ombrelles de papier.

myWPEdit Image

De petites tables rondes en ferraille et des tabourets en bois, nous prenons place et commandons des rouleaux frits aux légumes (99 bahts) à partager. Bof, plutôt insipides.

myWPEdit Image

En revanche, la soupe de raviolis aux crevettes (79 bahts) est exquise et le bouillon des soupes de nouilles accompagnées de porc ou de canard (de 99 à 159 bahts) est délicieusement parfumé.

myWPEdit Image

Les riz sautés garnis de canard ou de porc (de 99 à 159 bahts), sont savoureux et valent le coup de baguette.

myWPEdit Image

Le restaurant dissimule une autre salle mystérieuse. Pour le mythe, la légendaire Maggie Choo’s aurait découvert, en cassant le mur arrière de son restaurant, un accès direct à la Banque Royale & Compagnie des Indes. À l’intérieur, un lounge sombre abrité des regards indiscrets, une atmosphère élégante à la Pax Britannica, ornée de bustes de la reine Victoria, de voûtes en briques, de portes en acier lourd similaires aux coffres forts menant dans des chambres privées, de canapés en cuir capitonné, de rails au sol, de toiles de navires, de glaces sans teint derrière lesquelles se jouent des parties de poker interdites.

myWPEdit Image

Sur des balançoires, se bercent des demoiselles au regard coquin.

myWPEdit Image

Vêtues de changshan dans un style Anna May Wong, ces affriolantes jeunes femmes s’éventent coquettement.

myWPEdit Image

Entre un groupe de jazz offrant une jam session, et plusieurs sets de Dj’s, le temps pour nous de siroter un cocktail (340 bahts) et une bière (165 bahts).

myWPEdit Image

Un blind tiger que l’on ne voit que dans les James Bond. Cette pépite ne sera bientôt plus un secret… Un conseil, venez vous plonger en pleine prohibition et racontez-vous des histoires de fumerie d’opium, de breuvages interdits et autre tripot clandestin.

Plus d’infos :
Maggie Choo’s
Sous-sol de l’Hôtel Novotel Fenix Silom, 320 Silom Rd., Bangkok, Thaïlande
BTS Surasak
Ouvert tous les jours de 18h à 2h (résa 02 635 60 55)
http://www.facebook.com/pages/Maggie-Choos/543268129046778?fref=ts

Maison des Artistes de Bangkok (ou Baan Silapin)

myWPEdit Image

Sortons des sentiers guidés avec une escapade à la Maison des Artistes de Bangkok (ou Baan Silapin). Nous prenons un taxi jusqu’au soi Petkhasem soi 20 et le chauffeur nous laisse près d’un temple. Nous serpentons les ruelles à pieds de ce « Trentemoult » local (petite dédicace aux Nantais)…

myWPEdit Image

Et profitons de l’ambiance paisible de ce lieu authentiquement thaï, sans touriste et à l’abri du marasme ambiant de la ville.

myWPEdit Image

Des enfants qui jouent, des locaux en repos dominical, des chats qui se prélassent… Nous passons devant de multiples coiffeurs locaux ouverts sur la rue.

myWPEdit Image

Je prends des clichés qui me font beaucoup rire, surtout quand je pense à mes amis qui travaillent pour les grands noms capillaires ou encore à mes parisiennes de copines qui ne jurent que par un Dessange ou un Provost ! À deux, trois détails près et avec beaucoup d’imagination, on s’y croirait presque !

myWPEdit Image

Nous longeons le canal de Klong Bang Luang, l’endroit est charmant.

myWPEdit Image

Des échoppes proposent de multiples babioles et vêtements à des prix très doux. Le temps semble s’être arrêté, il n’y a aucun touriste, seuls quelques thaïs sont venues admirer la vue, siroter un godet ou donner à manger aux poissons (déjà bien gros !).

myWPEdit Image

Nous entrons dans la maison des artistes, nous nous déchaussons à l’entrée et savourons la quiétude qui y règne.

myWPEdit Image

Au milieu de l’édifice trône un stupa entouré de verdure.

myWPEdit Image

Dans la maison en bois sur deux niveaux, des peintures aux murs, des objets de brocante, des photographies, des cartes postales, des carnets de note au papier vieilli, des calligraphies, des statuettes, des masques peints à la main, etc.

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Tout est vendu à des prix dérisoires, aussi, nous faisons quelques emplettes avec une immense joie (c’est ça les filles !). La maison organise quasiment tous les jours un spectacle gratuit de marionnettes thaïes (à 14h me semble-t-il). « Ah on est bien Tintin », comme disait notre Pascal Sevran national !

myWPEdit Image

Seule ombre au tableau, les vrombissements incessants des bateaux à moteur des touristes étrangers, qui, heureusement, ne s’arrêtent pas (encore) à la Maison des Artistes, car non planifié par les tours proposés.

myWPEdit Image

Prions pour que ce petit coin de bonheur bangkokois en soit encore et toujours préservé, c’est ce qui en fait tout son charme. Pour les amateurs de nuit insolite, en face de La Maison des Artistes, une petite habitation sur pilotis, à la façade violette et aux parasols jaunes est à louer pour 1500 bahts par nuit (soit 40€).

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Pour le retour, nous franchissons le pont pour rejoindre la berge opposée à Baan Silapin. Au niveau du 7-Eleven, nous prenons un song thaew (navette locale qui nous ramène du fond de la soi à la route principale). Cela coûte 5 bahts par personne. Sur l’avenue, nous récupérons un taxi (vous pouvez également attraper la « navette BTS » qui vous ramène au BTS).
Un bon dimanche dans ce lieu original, hors du temps et aux abonnés absents des guides touristiques.

myWPEdit Image

Chapeau et Salut les artistes !

myWPEdit Image

Comment s’y rendre :

Option 1 : Aller jusqu’à Phetkasem soi 20 ou soi 28 et se garer à Wat Kampang ou Wat Khuhasawan.
Option 2 : Possibilité de venir en long tail boat (depuis Saphan Taksin par exemple). Négocier avec le bateau directement et demander un arrêt à Baan Silapin.
Option 3 : Se rendre à Charansanitwong Road soi 3. Tout au bout du soi, au niveau du 7-Eleven s’arrête votre course en taxi. Traverser le petit pont au dessus du klong (piétons, vélos et mobylettes seulement). Tournez à gauche et longer le canal sur le ponton en bois sur 100 mètres.

Plus d’informations :

La Maison des Artistes est ouverte tous les jours de 9h à 18h (jusqu’ à 19h le w.e)
Site internet : http://www.klongbangluang.com/

Songkran, nouvel an thaïlandais qui tombe chaque année à l’eau… Et splash !

myWPEdit Image

Du 12 au 16 avril, les Thaïlandais célèbrent leur nouvelle année : Songkran. Au programme : repas en famille, visites, prières et donations aux temples et… batailles d’eau.

myWPEdit Image

Petite virée devant le centre commercial du Central World pour rejoindre le cœur de la bataille : il pleut, il mouille, c’est la fête à la grenouille ! Non amateurs de bataille d’eau, restez chez vous car pendant 4-5 jours, impossible de passer entre les gouttes !

myWPEdit Image

L’euphorie est partout, les excès jamais bien loin, la fête bat son plein ! Tout commence par l’achat de votre « pistolet » à eau fluo. Le choix est vaste, gros, petit, avec réservoir intégré ou à poche accrochée dans le dos, question de feeling !

myWPEdit Image

Niveau tenue, des tongs, un short et un débardeur pas vraiment fragiles car entre la farine et la flotte, exit les vêtements du dimanche ! Des milliers de gens s’arrosent, c’est bon enfant mais pour sûr, nous allons finir trempés comme des soupes !

myWPEdit Image

La marque de sèche-cheveux locale est partenaire de la fête, belle idée si l’on veut un petit coin « au sec » !

myWPEdit Image

Sinon, à l’attaque, « Eau » les mains !

myWPEdit Image

Sawatdii pii mai ! Happy Songkran !

myWPEdit Image

De belles découvertes culinaires avec un déjeuner au Quince (Sukhumvit Soi 45 / BTS Phrom Phong (à 5 minutes de marche) / Ouvert tous les jours de 11h30 à 1h / Environ 800 bahts par personne (boissons non comprises) / 02 662 44 78 / http://www.quincebangkok.com)

myWPEdit Image

Nichée au cœur d’un soi discret, une maison pittoresque entourée d’un jardin. Toute en asymétrie de niveaux, l’architecture intérieure est originale avec ses volumes, sa hauteur de plafonds, sa lumière omniprésente. La première salle, à la structure industrielle, mêle charpente métallique, mur de briques et une verrière. L’arrière-salle joue l’esprit brocante avec ses tables boisées, son mobilier vintage où trône un immense tableau.

myWPEdit Image

Côté cuisine, le Chef Wilfrid Hocquet, a fait ses classes chez Ducasse et réalise une gastronomie aux notes méditerranéennes, faisant la part belle aux légumes, aux herbes aromatiques, aux fleurs et aux fruits. Des créations simples, goûteuses et inattendues à partager telles que les merveilleuses terrines, de porc façon grand-mère dans son bocal (280 B) ou de poulet fermier tranchée dans l’assiette (200 B).

myWPEdit Image
myWPEdit Image

Des recettes remplies de fraîcheur avec l’aubergine fumée mêlée de labné, fromage frais libanais, d’oignons doux, d’edamames, fèves de soja japonaises, le tout, agrémenté d’une sauce romesco, à base de tomates, de nyores (petits poivrons rouges séchés), d’amandes, et d’ail.

myWPEdit Image

Rafraîchissantes, la salade craquante de haricots verts et pegaga mélangée à des noisettes épicées dukkah et de la caillebotte, délicieux fromage frais (150 B)

myWPEdit Image

ainsi que la salade fondante de betteraves aux myrtilles marinées et roquette, mariée agréablement à la feta, au goût acidulé et salé (270 B).

myWPEdit Image

Côté mer, les pâtes fraîches à la chair de crabe, sauce tomate et basilic pimentée (380 B)

myWPEdit Image

ou le poisson du jour, selon arrivage et inspiration du Chef, tel que le bar sauce aux huîtres aux asperges et épinards avec sa cuisson parfaite (550 B) sont un régal.

myWPEdit Image

Le coin des carnassiers dévoile de belles réalisations comme la poitrine de porc confite et coleslaw, sauce piquante thaï sriracha et poudre d’olives (400 B).

myWPEdit Image

Côté douceurs, des alliances d’ingrédients originales, comme la tarte au tournesol et sa crème glacée à la lavande (250 B)

myWPEdit Image

ou encore la tarte au citron servie avec son sorbet à la rose (160 B).

myWPEdit Image

La cuisine de Mémé pour les amoureux de popote d’antan.

myWPEdit Image

Un dîner vietnamien chez Madam T (Sukhumvit Soi 23 (À 300 mètres, 1ère rue sur la droite) / 2ème étage de Sukhumvit House en face du Pegasus club / BTS Asok (à 7 minutes de marche) / Ouvert tous les jours de 11h à 14h30 et de 18h à 22h / Environ 150 B le plat / 08 1735 1443 / http://www.madamtrestaurant.com/) avec sa décoration shabby kitsch, pleine d’imprimés liberty sur les coussins.

myWPEdit Image

Le restaurant sur deux étages avec un balconnet, est meublé de mobilier blanc dépareillé et la salle, est truffée de bibelots désuets. Aux murs, des nón lá, chapeaux de feuilles coniques.

myWPEdit Image

À la carte, tous les classiques de la cuisine vietnamienne : le traditionnel Phô, soupe de nouilles, légumes et viande, délicieusement parfumé, les succulents rouleaux de printemps frais aux crevettes, des nems au porc ou aux crevettes parfaitement dorés, sans une once de gras ou encore le bo bun goûteux mais un tantinet trop aillé à mon goût, le tout agrémenté de coriandre fraîche et de feuilles de menthe. « Par », charmante nièce de Madame T(ammy) nous a accueillis avec le sourire. Une bonne petite cantine vietnamienne comme on les aime.

myWPEdit Image