Visite du Wat Pho (= Wat Phra Chettuphon ou Temple du Bouddha couché), Concert de jazz de Sophie Alour trio et dîner au Bistrot Chez Pépin

myWPEdit Image

Une envie de Buddha ? Je prends le BTS jusqu’à la station Sapphan Taksin, prends le bateau/ferry local à 15 bahts (0,40€) à Sathorn Pier, descends à l’arrêt Tha Tien, direction le Wat Pho (2 Sanamchai Road, Wat Pho, Tatian, Bangkok 10200). Dans la rue, l’odeur est particulièrement forte voire entêtante. Je comprends vite, toutes les échoppes à la sortie de Tha Tien vendent… du poisson séché !

myWPEdit Image

Je marche 100 mètres à peine et entre sur le site. La visite coûte 100 bahts (2,50€) et vaut vraiment le coup. Petit quizz… A votre avis dans quelle position est le Bouddha cette fois ? Dans le mille, couché.

myWPEdit Image

Un des plus grands et des plus anciens temples bouddhistes de Bangkok, le Wat Pho est situé à l’est de la Chao Phraya, au sud du Palais royal.

myWPEdit Image

Ce très célèbre temple abrite le grand Bouddha couché (Bouddha sur son lit de mort), long de 45 mètre et haut de 15 mètres.

myWPEdit Image

Son corps est recouvert de dorure et ses pieds, incrustés de nacre représentent les 108 états de Bouddha. Le Wat Pho est aussi le lieu de naissance du massage thaï traditionnel. Depuis 1962, il héberge une école de massage et de médecine traditionnelle réputée. Beaucoup de monde s’agglutine dans la salle au long bouddha couché, les touristes prennent la pose un par un car il n’est pas très facile d’obtenir un angle parfait au vue de la taille gigantesque de la statue et de l’étroitesse du lieu.

myWPEdit Image

Le reste du site est magnifique, il n’y a personne, c’est un vrai plaisir que de profiter du lieu dans ces conditions. L’endroit fait 8 hectares et offre une multitude de recoins à découvrir, entre les stupas, les lingams, les peintures murales, les chedis, les statues « gardiennes », sans oublier les centaines de bouddha aux multiples tailles et positions, tous alignés à la perfection.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Il est 17h00, je suis attirée par des voies mélodieuses venant du Phra Ubosot. A ma grande surprise, j’assiste à la prière des moines bouddhistes. Quelle veine, c’est fabuleux!

myWPEdit Image

En chœur, d’une seule et même tonalité, ils font la lecture de textes sacrés, avec une harmonie incroyable dans la voix. Si vous tenez à assister à ce très beau spectacle, et je vous y encourage, il faut venir entre 16h et 17h30. Nous sommes 3 touristes à assister à la scène et sincèrement, après 20 minutes passées à les écouter, un mot me vient à l’esprit : « Zen » !

myWPEdit Image

Jeudi 29 novembre, nous assistons au concert de jazz de Sophie Alour trio à l’auditorium de l’Alliance française (29 Thanon Sathorn Tai Bangkok 10120). Un mélange de jazz aux tonalités rock. C’est pas mal, un tantinet trop conceptuel à mon goût. Le jazz, je l’aime en fond sonore chez moi, lovée dans mon canapé avec un bon bouquin (de cuisine !), ou autour d’un verre entre amis dans un cadre cosy et chaleureux ; et pour le coup, ça manque de chaleur ! Il fait aussi froid dans la salle de spectacle que dans le compartiment à légumes de mon réfrigérateur ! La climatisation est à fond, je reste crispée sur mon siège pendant toute la représentation. Au moins, les applaudissements me réchauffent les mains ! Prochain concert, je viens en mitaine, écharpe et chaussettes longues.

myWPEdit Image

Après le concert « glacial », direction le chaleureux Bistrot Chez Pépin (186/3-4 SUAN PHLU SOI 1, Sathorn 3, Bangkok) où, les nouveaux restaurateurs Marjorie et Alex nous accueillent avec sourire et bonne humeur. Situé à un angle de rue sur Suan Phlu, ce petit restaurant de quartier vous plonge dans un cadre convivial. Avec ses tables habillées de toile cirée à carreaux, l’ambiance est sans chichi, et c’est ce que j’aime ; on se sent un peu comme « à la maison » ! La clientèle est principalement française et à majorité d’habitués. A la carte, 6 entrées qui peuvent servir d’apéritif, comme les sardines à l’huile, le saucisson de Dordogne, la planche de charcuterie, etc., à 400 bahts environ chaque (10€). Les 5 plats, autour de 400/500 bahts chacun, taxes et service compris (10/12,50€), jouent la carte de la simplicité. Le Burger Pépin accompagné de frites maisons, de coleslaw (chou, carottes, oignons), et nappé d’une sauce douce et agréable, est réussi.

myWPEdit Image

Le Véritable poulet basquaise au piment d’Espelette accompagné de riz est goûteux mais un brin trop cuit.

myWPEdit Image

Une étoile pour le saumon snacké sauce vierge garni d’une purée maison, un plaisir des papilles.

myWPEdit Image

Côté desserts, la panna cotta nutella et miettes de spéculos (150 bahts soit 3,80€), est légèrement écœurante, et à mon sens suffisante pour deux personnes.

myWPEdit Image

Le crumble à la pomme avec sa boule vanille et le riz au lait à la vraie vanille de Madagascar ont l’air fort appétissants. La carte des vins propose des bouteilles de 990 bahts (25€) à 2090 bahts (53,50€). Nous testons un Côte du Rhône 2010 « Les Abeilles de Colombo » de Philippe Colombo à 1090 bahts (28€) aux cépages mélangés de grenache, de mourvèdre et de syrah. Un vin aux arômes d’herbes, de fruit noir confit et d’épices, aux notes gourmandes, pas spécialement fin en bouche, mais tout de même plaisant à boire. Pour l’accueil agréable, la popote comme à la maison, et les petits canons de vin offerts gentiment par le patron en guise de digestif, je lève mon verre !

Publicités

Loy Krathong, féérie de lumières en hommage à la déesse des eaux

myWPEdit Image

La tradition veut que la 12e pleine lune de l’année, marquant la fin de la saison des pluies, les Thaïlandais célèbrent Loy Krathong, le festival des lumières. Chaque 28 novembre, fleuves, rivières, lacs, marres et même les piscines de Thaïlande flottent (« loy » en thaïlandais) et scintillent de krathongs, petites embarcations lumineuses et fleuries, en forme de lotus construites avec des feuilles et troncs de bananiers ou à partir d’écorce de noix de coco, sur lesquelles sont plantés bougie et encens et ce, pour rendre hommage à Phra Mae Khongkha, la déesse de la rivière.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Notre condominium organise une fête autour de la piscine. Pour l’occasion un buffet est dressé et tous nos voisins sont présents.

myWPEdit Image

Une belle occasion d’aller faire quelques « mondanités » et saluer tous ces gens que nous ne connaissons pas encore. Ce même jour, Cassius fête ses 5 mois et sa première dent (en bas) est sortie.

myWPEdit Image

Alors en parents modèles que nous sommes, plutôt que de lui offrir le pyjama « Swiffer » de ses rêves (enfin de nos rêves !), nous posons un krathong sur l’eau avec lui, et pendant la mise à l ‘eau, comme le demande la tradition, faisons un vœu.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un peu plus tard, nous poursuivons la fête de Loy Krathong au parc de Lumphini (Thanon Rama IV, Thanon Withayu, Thanon Ratchadamri & Thanon Sarasin, Pathumwan, Bangkok), immense parc en plein centre de Bangkok.

myWPEdit Image

Nous abandonnons l’idée de rejoindre les bords de la rivière Chao Phraya qui en ce jour sacré risquent d’être aussi saturés que le Champs de Mars un 14 juillet ! La circulation étant bouchée, nous y allons à pied. A 1km à pied du parc, nous suivons les lanternes flottantes en papier qui s’élèvent dans le ciel. Il est déjà tard, la plupart de la foule se dirige vers la sortie mais beaucoup viennent encore poser leurs krathongs sur l’eau.

myWPEdit Image

La nuit est tombée depuis longtemps et le lac brille. Les gens sont heureux, ils prient, remercient la déesse de l’eau, Phra Mae Khongkha pour l’eau, source de vie, qu’elle procure chaque jour, s’excusent pour les déchets et les eaux usées qu’ils déversent dans les rivières.

myWPEdit Image

En guise d’offrandes, les Thaïlandais déposent des bouts d’ongles coupés, des cheveux et des pièces de monnaie sur leur krathong. Sympa le cadeau ! On devrait y penser pour Noel, histoire de faire vraiment plaisir, offrir une boîte avec nos phanères d’Amniotes !

Paré au décollage au Terminal 21 pour la visite de la Maison de Jim Thompson, et déjeuner sans capotage au restaurant Cabbages and Condoms

Décollage en douceur au Terminal 21 (2,88 Sukhumvit Soi 19 (Wattana) Sukhumvit Road, North Klongtoei, Wattana, Bangkok 10110), centre commercial au concept insolite : vous croire dans un aéroport.

myWPEdit Image

Les hôtesses d’accueil sont vêtues comme des hôtesses de l’air, les panneaux d’affichage ressemblent à des tableaux d’embarquement, les points informations sont des points « check in » et chaque arrivée d’escalator s’apparente à une porte d’embarquement.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Chaque étage se caractérise par une ville d’un pays différent, histoire d’ajouter le voyage au bout de chaque passerelle.

myWPEdit Image

En 5 étages, j’ai visité San Francisco, son pont et son tram, Paris et ses quartiers bobos (marrant, je n’ai jamais vu Paris comme ça moi !), Istanbul et ses marchés, Londres et son bus, Tokyo et ses sumos pour terminer au Pier 21, le food court (lieu où vous trouvez une multitude de restaurants et stands de nourriture). Ayant visité toutes ces villes à l’exception de San Francisco (un jour viendra !), la décoration est complètement clichée. Je salue néanmoins le non-conformisme du centre commercial pour le moins original.

Rendez-vous dans un cadre enchanteur, hors du temps, où foisonne la verdure, où bullent poissons et tortues dans les bassins, voici la très célèbre maison de Jim Thompson (6 Soi Kasemsan 2, Rama 1 Road, Bangkok).

myWPEdit Image

Ancien agent de l’OSS (pas 117), actuelle CIA, Jim Thompson débarque en Thaïlande en 1944 où il développe la production de soie thaïlandaise et collectionne les objets d’art ancien asiatique. Agent secret, industriel, collectionneur, Jim Thompson disparait mystérieusement en 1967, lors d’un séjour chez des amis en Malaisie. Quelques temps après la disparition de Jim Thompson, sa soeur est retrouvée morte, son bureau fouillé et des papiers gisant au sol. Le mystère demeure toujours sur la disparition de Jim Thompson à 61 ans, le dimanche 26 mars 1967. Une piste Sherlock Holmes ? Plusieurs hypothèses… Peut-être que Jim Thompson connaissait le meurtrier du jeune Roi de Thaïlande, Rama VIII, dont le régicide aurait de ce fait ouvert la voie, à un coup d’état. Cela aurait alors créé des obstacles à l’exportation de toutes les pièces antiques que Thompson voulait donner a sa famille ? Et le meurtre de sa sœur, la conséquence de la recherche du testament de Thompson ? Elémentaire mon cher Watson ?!? Suspense…

myWPEdit Image

Revenons en 2012, la visite coûte 100 bahts (5€) et les guides parlent français et anglais, étonnant mais amusant. La visite dure 1/2h et la guide plaisante souvent : « Savez-vous qu’en Thaïlande, il y a 2 saisons ? Il y a celle où il fait chaud et celle où il fait… très chaud. Hohoho ! », « « Ce sont des sièges chinois en porcelaine dans lesquels on mettait des braises pour se réchauffer ; en Thaïlande, il faudrait plutôt mettre des glaçons. Hihihi !», « La statuette est représentée avec des cheveux bouclés et chaque boucle représente un souci à résoudre. A voir ma tête ou la vôtre, vous n’en avez pas. Hahaha ! » . Quelle comique cette petite dame, elle mange des boulettes de clown au petit-déjeuner.

myWPEdit Image

La maison est absolument magnifique, le mobilier et la décoration sont d’époque, l’environnement calme et luxuriant, en bordure des klongs (canaux).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Un lieu à découvrir (ou à redécouvrir pour ma part), c’est un véritable havre de paix atemporel en plein centre de Bangkok où vous pouvez également déjeuner (ouvert tous les jours de 9h00 à 17h00).

myWPEdit Image

Un déjeuner au très farfelu néanmoins engagé restaurant thaïlandais Cabbages and Condoms (10 Sukhumvit Soi 12, Bangkok, 10110).

myWPEdit Image

Ouvert de 11h00 à 22h00, cet établissement niché au cœur d’une « micro jungle » invite à la décontraction et à la bonne humeur.

myWPEdit Image

Lieu de curiosité, le restaurant soutient les activités et programmes de développement sociaux du PDA (The Population and Community Development Association).

myWPEdit Image

Il promeut la santé et encourage l’utilisation de préservatifs de façon amusante et ludique auprès des population rurale et urbaine. Tous les revenus du restaurant sont utilisés pour financer de nombreux projets des plannings familiaux de Thaïlande comme l’information concernant la contraception ou encore, le port de « condoms ».

myWPEdit Image

La décoration met en avant des personnages, réalisés avec ces bouts de caoutchouc et avec des plaquettes de pilules. Je croise « Condom Man », « Condom Bride » et même « Tiger Woods » (ça chambre un peu pour celui-là !).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La Joconde elle aussi est revisitée, la coquine !

myWPEdit Image

Le slogan du restaurant est très clair : « Our food is guaranted not to cause pregnancy ». C’est peut-être pour ça que les serveuses me regardent d’un œil étrange avec mon petit garçon dans les bras ! Si, si, je vous assure, il est pourtant bien né dans un chou ! Coté cuisine, la carte offre une multitude de plats thaï à prix très doux. Un petit apéro autour de délicieux Mien Khum (120 bahts soit 3€), mélange de crevettes séchées, morceaux de citron, cacahuètes, gingembre, noix de coco grillée, chili, échalotes, une sauce mystère, le tout enroulé dans une feuille fraîche de bétel sauvage.

myWPEdit Image

Le porc tenderloin ou encore le porc à l’ail (170 bahts chacun soit 4,50€), accompagnés de riz gluant sont savoureux.

myWPEdit Image

Le cadre est reposant : des lanternes offrant une lumière tamisée, des arbres et des plantes ombrageant et oxygénant le lieu, de l’eau ruisselant le long des murs, un coin de quiétude pour les hommes, un paradis… pour les insectes ! Un conseil, pensez à apporter votre Cinq sur Cinq, Insect écran ou autre citronnelle en bracelet, car ici, ils donnent un tas de préservatifs qui vous protègent mais pas des moustiques ! Allez donc joindre l’utile à l’agréable dans cet endroit vraiment sympa qui pour sûr vous offrira un moment rigolo entre amis ou un dîner en amoureux qui ne pourra pas « capoter ».

myWPEdit Image

Grand Palais et Wat Prah Keo (ou Temple au Bouddha d’Emeraude)

L’ambiance de Noël gagne peu à peu la ville.

myWPEdit Image

Les rues sont envahies par les chants de Noel, les décorations géantes, les luminaires de fête.

myWPEdit Image

Sous 35 degrés, difficile de s’imaginer proche de la fin d’année !

myWPEdit Image

Un petit effort, pensons à la pub : « C’est encore nous, les rennes de noël, pour vous offrir un cadeau démentiel… » !

myWPEdit Image

Un petit tour au Central World…

myWPEdit Image

… où je déniche (enfin !) un vrai centre d’épilation à un prix à peu près raisonnable, le Honey Pot (Honeypot wax Boutique. Unité n°F209 / 2ème étage / Forum Zone Central World Plaza 4, 4/1-4/2, 4/4 Rajdamri Road, Patumwan, Bangkok 10330).

myWPEdit Image

A 750 bahts les demi-jambes (19€), le service est professionnel et les normes d’hygiène sont respectées. A savoir qu’ici, on ne peut pas dire que les poils gênent les jeunes femmes ; non, non, elles ne portent pas de chaussettes de laine, ce sont bien leurs jambes… de Yéti !

myWPEdit Image

Je décide d’aller visiter le site touristique numéro 1 par excellence à Bangkok : le Grand Palais jumelé au Wat Prah Keo (ou temple du Bouddha d’Emeraude), situés sur Sanam Louang, à l’ouest de Bangkok, près de la rivière Chao Phraya (Na Phra Lan Rd, en bateau : Maharaj Pier ou Tha Chang Pier, Bangkok).

myWPEdit Image

Pour se faire, je mets un pantalon blanc long, un haut rouge et long qui recouvre la moitié de mes épaules ainsi qu’un châle pour protéger encore mon buste des regards indiscrets. Bref, je me camoufle sous un monceau de vêtements car les temples sont des lieux sacrés, et ils ne rigolent vraiment pas avec la frivolité. J’ai visité le lieu en 2004, il y avait peu de monde, j’avais adoré alors un petit rafraîchissement de la mémoire ne peut faire que du bien. Comme toujours, je rejoins la station de BTS (métro) de Saphan Taksin, prends le ferry à Sathorn Pier. 15 bahts de Ferry plus tard, je descends à l’arrêt n°9 de Tha chang. Je traverse un marché, il pleut alors avec mon pantalon blanc et mes sandales ce n’est pas l’idéal.

myWPEdit Image

Comme dirait Jane Birkin : « Faudrait des bottes de caoutchouc, pour patauger dans la gadoue, la gadoue, la gadoue, la gadoue. Ouh, la gadoue, la gadoue ! ». Habillée très décemment donc, je suis la multitude touristes, en mini short, mini débardeur, et tongs. Il y a un flot de touristes à faire fuir les amateurs de tranquillité et autres recoins perdus. Je passe le « barrage de sélection » des vêtements indécents et fait 1/4h de queue pour mon ticket (400 bahts soit 10€). Au moment d’entrer sur le site, un garde me rappelle à l’ordre et me dit que je ne peux pas entrer habillée comme ça, on aperçoit une partie du haut de mon bras sous mon foulard ! Je crois rêver ! Les 9/10 des gens sont découverts à souhait et c’est moi qui suis légère ! Comme tous les touristes à poils, je suis obligée d’aller me coltiner 40 minutes de queue supplémentaires pour louer une chemise trop grande! Les gens me regardent, ne sachant pas très bien pourquoi, aussi couverte que je suis, je fais la queue pour le prêt de vêtements, moi non plus d’ailleurs ! 200 bahts (5€) de caution, une attente interminable et un énervement à son apogée plus tard, la visite peut enfin commencer.

myWPEdit Image

Il y a un monde là-dedans, les photos fusent dans tous les sens, difficile d’évoluer sans apparaître sur les photos des uns et des autres. Il faut se la jouer à Matrix en fait !

myWPEdit Image

Je fuis l’entrée pour avoir un peu de quiétude et arborer les monuments sous un angle bien plus plaisant. Le site est immense, il fait plus de 5 hectares.

myWPEdit Image

Cerclée d’une muraille abrupte, la cité abrite jardins, temples et palais. Les toitures aux tuiles vertes et orange, les chedis vêtus de feuilles d’or éblouissantes, les piliers sertis de mosaïques multicolores, contribuent au charme de l’endroit.

myWPEdit Image

Je flâne entre toutes les bâtisses aussi grandioses les unes que les autres dont les noms m’échappent totalement même en lisant le plan. Les fidèles font des offrandes, des prières, dommage que la foule perturbe autant ce lieu sacré.

myWPEdit Image

Je me déchausse pour monter voir le Wat Phra Keo, principal temple bouddhique de la Thaïlande, qui abrite le fameux Bouddha d’Emeraude, véritable « talisman » du royaume, haut de 75 cm. Avant de pénétrer dans le lieu plein à craquer à la foule en délire ; pire qu’à un concert de Madonna ; je me purifie grâce à des fleurs blanches que l’on trempe dans une eau sacrée.

myWPEdit Image

Petite parenthèse, il a plu, il fait une forte chaleur moite plutôt étourdissante, l’odeur de pieds mélangés est un vrai bonheur ! La statue en jadéite est réellement sur « un piédestal » en or.

myWPEdit Image

L’autel mesure 11 mètres de haut, le bouddha est dans une cage de verre sous un parasol doré à 9 étages symbolisant la royauté universelle, Les photos sont interdites à l’intérieur alors, il faut zoomer de l’extérieur. Si vous avez un appareil photos jetable (oui, oui, ça existe encore, ne souriez pas !), laissez tomber, vous n’y arriverez pas ! Achetez plutôt la carte postale…

myWPEdit Image

Je poursuis ma visite dans les pavillons du bateau doré, le Palais royal, les salles d’armes, remplies de dagues et lances anciennes, etc. Je suis ravie de ma visite dans ce lieu époustouflant mais un petit conseil, mettez un pantalon léger et ample, des chaussures faciles à enlever et un tee-shirt ou polo qui couvre vos épaules entièrement.

Côté nouveautés gastronomiques, voici mes deux coups de cœur de la semaine :

Le restaurant the Verandah au Mandarin Oriental (48 Oriental Avenue, dans le Mandarin Oriental, Bangkok).

myWPEdit Image

Sur les bords de la Chao Praya, le lieu a une vue imprenable sur la rivière, un appel à la sérénité. En cuisine, un chef français, qui propose de magnifiques plats franco-thaï savoureux, pleins de finesse.

myWPEdit Image

Un régal des yeux et des papilles. On se délecte de leurs rouleaux de printemps succulents (420 bahts soit 10,50€).

myWPEdit Image

Ou encore de leurs raviolis frais « faits maison » ricotta épinards (480 bahts soit 12€).

myWPEdit Image

Les viandes sont cuites à la perfection et agrémentées de merveilleuses sauces dont seul le chef a le secret.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Les prix sont élevés mais la cuisine est à la hauteur d’un 5 étoiles. Attention, tenue correcte exigée, les shorts (là aussi !) sont prohibés. C’est un « temple » de la gastronomie.

myWPEdit Image

Le bar à vins/restaurant Le Scarlett au Pullman G (Ancien Sofitel, City Street, 188 Silom Road, Rama IV, Bang Rak, Bangkok, 10500), situé au 37ème étage d’un building ultra moderne. Le lieu est branché, avec une belle salle de restaurant et une terrasse à la vue stupéfiante sur la capitale.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

La clientèle majoritairement française, la décoration « bacchusienne », la carte pleine de promesses, je suis séduite.

myWPEdit Image

Fanny, Chloé, Léonard et moi nous installons confortablement sur la terrasse et commandons un vin rouge Esprit de Font Caude, Coteaux du Languedoc d’Alain Chabanon Campredon 2009 (1390 bahts la bouteille soit 35€), suivi d’un vin rouge Sud africain, un Boekenhoutskloof Porcupine Ridge Syrah 2009 (1290 bahts la bouteille soit 32€), bien plus gouleyant que le premier (et pourtant je suis oh combien chauvine !).

myWPEdit Image

Nous accompagnons nos délicieux nectars d’un plateau dégustation de 8 petites portions de différents fromages au lait cru, j’en salive encore…

myWPEdit Image

Et oui, du 19 au 24 novembre 2012, le Scarlett accueille en exclusivité Gérard Poupard, maître-fromager français pour la vente d’une centaine de fromages fermiers, si ce n’est pas un beau hasard ça…

myWPEdit Image

Wat Arun, auberge espagnole et « Huître ! Huître ! Huître ! Hourra !

myWPEdit Image

Merveille à contempler en « grimpant » : le Wat Arun ou temple de l’Aurore. Il se situe au bord du fleuve Chao Phraya dans le quartier de Thonburi. Pour m’y rendre, je prends le ferry à la station maritime de Saphan Taksin. 15 baths (0,40€) et 8 arrêts de ports plus tard, me voici à Tha Tien Pier. Il me faut encore traverser la rive via un autre bateau pour la modique somme de 3 baths (0,08€). La visite coûte 20 baths (0,50€).

myWPEdit Image

Le Wat Arun est un temple d’extérieur, il n’y a pas de salle intérieure que vous pouvez visiter, il date du 17e siècle, et est haut de plus de 70 mètres.

myWPEdit Image

La richesse du lieu tient dans la multitude de détails : la porcelaine de Chine recouvrant l’édifice sacré ou encore les céramiques ornant les bâtisses.

myWPEdit Image

Des fleurs en porcelaine et en céramique, créant une mosaïque, recouvrent la totalité de la surface des prangs (tours) d’architecture khmère, en forme d’épis de maïs. La construction revêt des niches abritant des statuettes de personnages de la mythologie, telle que Kinnari, être mi-femme, mi-oiseau.

myWPEdit Image

Petit conseil d’ami, chaussez-vous bien pour visiter ce temple car les escaliers sont vraiment raides et s’il pleut et bien… restez en bas !

myWPEdit Image

Une fois montée, je me suis demandée si j’allais vraiment pouvoir redescendre.

myWPEdit Image

En somme, acrophobes, abstenez-vous ou prenez votre courage (ou surtout la rampe) à deux mains, car le jeu en vaut la chandelle, la vue au sommet sur la Chao Phraya et ses environs est époustouflante.

myWPEdit Image

Côté cuisine, une soirée entre filles appelle… le grignotage et le papotage autour de quelques godets et de bouchées miniatures. Chloé, Doud et moi réglons nos pendules à l’heure espagnole, direction le bar à tapas : Spanish on 4 (78, 80 Silom Soi 4, Bangkok 10500).

myWPEdit Image

Quelques pichets de sangria bien fraîche mais bien traîtresse (le vin utilisé n’est pas un grand cru n’est-ce pas, donc gare au mal de tête le lendemain matin !). En revanche, les tapas sont appétissants et bons ; les prix restent honnêtes. Jolie soirée « gossips » pleine de Choquitos, Croquetas de Jamón y Queso, Jamón serrano, Pulpos a la gallega, et autres Tortillas de patata… Muchas gracias Señoritas !

myWPEdit Image

Un dîner bistronomique au restaurant français le Paris Bangkok (120 Soi Saladaeng 1/1, Silom Bangrak, 10500 Bangkok).

myWPEdit Image

A la carte, des spécialités made in France… Le restaurant propose plusieurs menus dont le menu découverte à 595 baths (15€) que l’un de nous a testé, avec aux choix une entrée (soupe du jour ou cuisses de grenouilles poêlés et jus de persil), un plat (bavette à l’échalote, pâtes fetuccini ou poisson perroquet, légumes de saison, sauce nantua), un dessert (oeufs à la neige ou mirliton aux pommes, glace à la vanille).

myWPEdit Image

Les cuisses de grenouilles sont bien charnues mais malheureusement fades, tout comme les escargots au beurre et à l’ail (290 baths les 6 soit 7,50€ | 490 baths les 12 soit 12,50€), dont je me faisais une réelle joie, plutôt insipides.

myWPEdit Image

A leur décharge, l’ingrédient qui normalement créé toute la saveur de ces 2 plats : à mon sens le beurre salé aux croquants de sel de Guérande (Ho la cocardière des produits de terroir français) ! En Thaïlande le beurre manque de goût, de parfum, alors difficile de réussir avec brio ces 2 recettes! La bavette à l’échalote, pâtes fetuccini, tout comme le boeuf Carottes et Pommes de Terre (360 baths soit 9€) sont assez savoureux.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Plus gourmande encore que le morse d’Alice au Pays des Merveilles, je suis friande d’huîtres et en particulier des belons et plus accessibles, des Fines de Claires vertes Marennes Oléron n°3.

myWPEdit Image

Quel bonheur et surtout quelle aubaine d’en trouver à la carte ! A 600 baths les 6 (15€) ou 1100 baths les 12 (27,50€), c’est une petite folie en coquille… mais quelle qualité de chair, quel goût incomparable, quelle sublime couleur verte due à l’algue navicule bleue ! Je jubile devant mon plateau, merci « la Lumineuse ».

myWPEdit Image

Les desserts sont réussis, en particulier le moelleux au chocolat, glace à la vanille (210 baths soit 5,50€).

myWPEdit Image

Je précise que la carte des vins se défend pas mal avec quelques belles bouteilles si vous y mettez le prix évidemment. Le service est irréprochable, le manager du restaurant est aux petits soins et nous a même gentiment proposé de nous offrir un dernier verre. Conclusion, nous reviendrons pour les huîtres et malgré la chaleur permanente qui règne ici, pour tester la raclette (1600 baths pour 2 personnes soit 40€) !

Un petit tour en tuk-tuk, tricycle motorisé qui sert de taxi aux touristes pour me remémorer et vous raconter comment se passe leur arnaque : le chauffeur vous emmène pour une somme ridicule mais vous fait faire une halte « shopping » dans un lieu inconnu où il a des accords avec le vendeur du magasin. Il touche une prime pour chaque client qu’il ramène. Je n’ai pas accepté in fine de me rendre à son magasin et lui ai baragouiné quelques mots de thaï donc n’ai pas payé ma course mais un conseil, hors folklore, c’est aléatoirement cher car il n’y a pas de compteur qui démarre à 35 baths (0,9€) comme dans les taxis et surtout c’est dangereux. La sécurité routière n’est pas réputée en Thaïlande alors ne tentez pas le diable !

myWPEdit Image

Allez plutôt tenter l’aventure au Cupcake Couture, (Siam Paragon 3ème étage, à côté du rayon papiers cadeaux et papèterie, Pathum Wan, Bangkok 10330). Leurs créations sont démentielles, à défaut de les manger pour ma part car je ne suis pas vraiment « sucré », c’est un vrai plaisir des yeux ! Quand je vous disais que ce n’était pas dangereux… excepté peut-être pour votre ligne !

myWPEdit Image

« Wax »ement bien le Cinéma « First Class », n’est-ce pas 007 ?

Concept atypique que celui du Wax Corner dans les ruelles de Siam square… Petite échoppe sur rue qui propose l’épilation à la vue de tout le monde. Je ne sais pas s’ils font le maillot comme ça mais en tout cas, les jambes, je suis témoin !

myWPEdit Image

J’opte plutôt pour une autre formule, non des plus intimes mais d’une efficacité redoutable pour les timings serrés ! J’entre dans un salon de coiffure, le PNC Panache (C410 4th floor, Central Worl Plaza, Rajdamri Rd., Patumwan, Bangkok 10330), ma séance de cinéma est dans 1 heure. Je leur demande s’ils peuvent m’épiler les jambes en même temps qu’ils me coupent les cheveux. Affirmatif ! C’est parti pour une heure de rigolade avec la position du pied dans la main, assise, pour pouvoir faire l’arrière du mollet pendant que la coiffeuse m’effile la frange. Un vrai sketch que les passants apprécient également à travers les vitres !

myWPEdit Image

1h00 plus tard, montre en main, me voici devant le cinéma du Central World (L7, Zone C, 99/9 Thanon Rama I, Central World, Patumwan, Bangkok 10330), les jambes douces et une nouvelle coupe. Léonard, Chloé et Fred et moi allons voir le dernier James Bond, Skyfall. Nous optons pour la salle « First class ».

myWPEdit Image

Le billet coûte 700 baths (17,50€) et pour ce prix là, c’est du cinéma grand luxe !

myWPEdit Image

Il faut venir 1h00 avant la séance pour profiter du salon dinatoire dans lequel vous attend un tas de mignardises : des petites verrines chaudes ou froides, des minis sandwichs, des crevettes sur piques, du riz cantonais, des brochettes de fruits, etc., et une infâme boisson vert fluo au goût pomme chimique/dentifrice en cocktail d’accueil ! Heureusement, ils vous proposent autre chose à boire si vous le souhaitez !

myWPEdit Image

Après avoir joués les pique assiettes pendant une demi-heure, nous entrons dans la salle obscure où des fauteuils larges et douillets, que vous pouvez mettre en position couchette, vous attendent. Du pop-corn et votre boisson que vous avez choisis au préalable, vous sont servis ; vous vous lovez dans votre couverture et les bandes annonces peuvent commencer. Des publicités idiotes défilent sur l’écran, et encore des pubs, et des pubs quand soudain… Tout le monde debout ! Le saviez-vous ? En Thaïlande, avant le début de chaque film, il faut rendre un hommage de 2 minutes au Roi. Alors, tout le monde debout ! L’écran diffuse des images en l’honneur du souverain : sa vie, ses œuvres, ses projets, ses constructions, ses investissements caritatifs, etc. Ici, le roi est aimé, adulé, respecté, c’est une icône ! Les gens l’appellent l’idole des jeunes… et des moins jeunes d’ailleurs ! Ok, rendez l’antenne, 007, à vous !

myWPEdit Image

Quartier chinois de Chinatown et escapade fluviale sur les « klongs »

Flânerie du côté de Siam square (Arrêt de BTS « Siam ») pour quelques heures de chalandage. Au détour des ruelles, je passe devant des centaines d’échoppes en tout genre : des marchands de fruits, des vendeurs de vêtements, de chaussures, etc.

myWPEdit Image

Ici, c’est le paradis des emplettes !

myWPEdit Image

C’est également un endroit qui malheureusement, tout comme le quartier chinois de Chinatown, regorge de restaurants spécialisés dans la soupe d’ailerons de requins. Quel massacre inutile !

myWPEdit Image

Station de BTS Saphan Taksin, je saute dans un ferry, paie 15 baths (0,40€) ; 5 arrêts de pontons plus tard et un peu de marche : me voici à Chinatown.

myWPEdit Image

Je sillonne les ruelles du célèbre quartier chinois de Bangkok. Loin du marasme ambiant de la grande rue, je me faufile dans ce labyrinthe sombre éclairé par des échoppes.

myWPEdit Image

Des effluves tantôt alléchante, pestilentielle, envoûtante, écœurante… J’affectionne ces odeurs de rues, elles reflètent… la vie!

myWPEdit Image

Des stands de nourriture partout, où vous pouvez savourer de succulents plats sur le pouce. Des fruits, des soupes, de la tripaille ou encore une petite spécialité locale : l’ omelette aux huîtres.

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Ça sent parfois délicieusement bon, je prends un petit cours de cuisine minute avec des petites dames aussi souriantes que charmantes.

myWPEdit Image

Le soir, rendez-vous avec Chloé, Doudou, Antoine et Léo au très célèbre Cheap Charlie’s bar (Soi Sukhumvit 11/1, Khlong Toei Nuae 10110, Bangkok). C’est « THE PLACE TO DRINK » ! La bière est à 70 baths (1,75€) et le lieu vraiment bonne ambiance. Tout en bois, et en extérieur, cet endroit est le rendez-vous des expatriés. La décoration est une curiosité : des têtes de serpent, des sculptures en bois, des faux seins, un BTS électrique, de vieilles plaques d’immatriculation. Passage obligé pour un godet entre copains.

myWPEdit Image

« Retrouvaille » culinaire au restaurant Din Tai Fung (Rajdamri Road, Patumwan, CentralWorld Shopping Centre Level 7 No.4, Bangkok 10330), spécialisé dans les Dim Sum et autres Xiao Long Bao. J’avais découvert cette chaîne de restaurant en Chine et étais littéralement fan. Amateurs de raviolis, vous serez servis…

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Besoin d’air, loin des gratte-ciel climatisés et des avenues au trafic perpétuel, je m’octroie une escapade fluviale, je négocie ma place sur un bateau à longue queue qui parcourt les klongs (= canaux). Ils me demandent 800 baths (20€), je conclus 300 baths (7,5€) pour une heure de promenade au fil de l’eau à travers la Venise de l’Asie du Sud-est.

myWPEdit Image

A bord, Il y a un couple, enfin un couple… un type âgé et européen avec une jeune femme, thaï et à l’évidence très amoureuse… de son porte-monnaie. Ils ne se parlent pas et sont collés comme s’ils avaient 15 ans ! Ha quelle balade romantique ! Je suis amusée par les touristes qui prennent n’importent quoi en photo sans même prendre le temps d’observer autour d’eux.

myWPEdit Image

En voici un exemple…

myWPEdit Image

Je repense à ma sœur qui nous avait cité cette très juste pensée : « Un touriste regarde ce qu’il aime alors qu’un voyageur aime ce qu’il regarde ». Je vous laisse méditer…

myWPEdit Image

J’ai la cote avec le conducteur du bateau, il me demande d’oú je viens. Je mets mes cours de thaï en pratique : « Chan ma jaak praethet farangset, kha » !

myWPEdit Image

La visite est bien rodée, à mi-parcours des petites dames vous attendent sur une sorte de pirogue pour vous vendre un tas de babioles locales (éventails, foulards, etc.) pour trois baths six sous.

myWPEdit Image

Au delà de la promenade agréable se révèle une triste réalité. La face cachée des klongs est pleine de misère, de pollution des eaux par les rejets chimiques, eaux usées et autres plastiques.

myWPEdit Image

A la surface flottent des poissons morts!

myWPEdit Image

Malgré tout ça, les gens pêchent pour se nourrir, les enfants se baignent dans cette eau couleur pétrole aux effluences de marais, de pourriture et d’égouts.

myWPEdit Image

Pour le retour, je reprends le BTS à la station Saphan Taksin, monte dedans, fais un changement et 5 minutes plus tard, entends « Saphan Taksin » !

myWPEdit Image

Je rêve ou suis au même endroit qu’il y a 1/4h! Je remonte dans le BTS, fais de nouveau un changement et au bout de 5 minutes… Et bien vous n’allez pas le croire mais on prend la même et on recommence : « Saphan Taksin »!!! Je sais que je n’ai pas un sens de l’orientation développée mais là quand même ! Mea culpa, je suis une inconditionnelle du comique de répétition !

Marché de nuit « Asiatique The Rivertfront », quête du Saint Graal et retour sur les bancs de l’école

Une première cette semaine pour mon fiston : la baignade… Captivé par le dessin animé Némo, il fallait bien que Cassius se jette à l’eau à son tour.

myWPEdit Image

Samedi 2 novembre 2012, c’est avec bouée, brassards, serviettes, couches spéciales et autres attirails que nous avons initié notre têtard en herbe aux joies du monde aquatique !

myWPEdit Image

Du shopping particulièrement plaisant : trouver du vin élégant, frais, gouleyant et à prix abordable. En quelque sorte la quête du Saint Graal ; je n’aurai de paix qu’après sa découverte ! Je sillonne les allées de la cave du Gourmet Wine Cellar au Centre commercial du Paragon (Gourmet Market – Siam Paragon G Floor (991/1 Rama I Road, Pathumwan), Bangkok), j’arpente, je fouine, cherche et recherche… De la piquette à 500 baths (12,50€ environ) ou un début de beaux millésimes à plus de 6000 baths (150 euros environ), quel choix ! Bien que peu amatrice de « petit » Bordeaux, je finis par trouver une valeur sûre, un Mouton Cadet 2009 à un tarif accessible, enfin 1200 baths quand même (30€ environ). Quand je pense qu’en France, il est vendu 10€ en moyenne… Tant pis, je craque, il est bien fait, agréable, sans surprise et 2009 est un grand millésime ! Je rêve d’un petit rosé Côtes de Provence à la robe minérale malheureusement, pas de trace de ces vins dans cette cave, il y a seulement un Château la Roulerie 2011 (vin d’Anjou) à 600 baths (15 euros environ) ; plus cher que le prix français de mon cher rosé fétiche « Château Minuty », un concentré d’arômes gourmands, d’une fraîcheur intense et dont la bouche laisse entièrement place à l’expression des fruits… Bon, bon, je redescends sur Terre, le Rosé d’Anjou fera l’affaire, un retour à mes racines de vins de Loire… Et tiens pendant que j’y suis, ajoutez-moi cette bouteille de Côtes du Rhône 2005 de Château Fontvert, le millésime est excellent, nous verrons bien…

myWPEdit Image

Après le gobelet, côté auge, voici quelques bonnes adresses dénichées :
Trouvaille d’un restaurant japonais sur le pouce au cœur de Central Chidlom, qui propose un bol de shirashis de saumons avec des lamelles d’avocat à 340 baths (8,50€ environ) : le KIN DONBURI (Central Chidlom, 1027, Soi Somkid, Thanon Phloen Chit, Pathum Wan, Bangkok 10330, Foodcourt FL.,1). Ce plat fort commun en France n’existe pas vraiment en Asie, c’est une combinaison adaptée aux goûts européens. Je suis française après tout, j’ai beau vivre ici, je conserve mes goûts de là-bas…

myWPEdit Image

Pour une pause sandwich avec de la vraie baguette et autres quiches, soupes, tartes à la française, rendez-vous chez Café Tartine (65 Wireless Rd, BTS Ploenchit | Soi Ruamrudee à la « Athenee Residence », Bangkok 10330), sur sa terrasse en Teck au bord de petits bassins ou à l’intérieur, avec sa décoration à la française, les murs ornés de bouteilles de vin, le tout dans un style gourmand et épuré. Des plats et des desserts tout à fait excellents à prix doux : 200 baths en moyenne un plat (5€) et des verres de vin (plutôt pas mal) à moins de 150 bahts (3,5€). Les brunchs sont également délicieux et les serveurs sont vraiment adorables. Un peu de France à Bangkok… Houuu la chauvine !

myWPEdit Image

myWPEdit Image

J’ai découvert le PARADISE DINASTY Legend of Xiao Long Bao (Unit 465, 4th Floor, 991 Siam Paragon Shopping Center, Rama 1Road, Pathumwan, Bangkok), pour un festin de savoureux « Xiao Long Bao », petits raviolis chinois cuits à la vapeur, avec une farce au porc très juteuse. Une sorte de soupe se trouve à l’intérieur du ravioli dans lequel immerge la farce. Il faut poser le ravioli dans sa cuillère, percer le ravioli, aspirer le bouillon, puis le tremper dans la sauce vinaigrée et laisser éclater ce joyau gastronomique en bouche. Les crêpes de porc sauté sont goûteuses et parfumées. Leur soupe de raviolis est exquise. Une vraie bonne note pour ce restaurant à l’addition relativement douce. (800 baths pour deux soit 20€).

myWPEdit Image

myWPEdit Image

Une fondue japonaise, Shabu-shabu, parfumée à souhait au SOUL SHABU (Asiatique The Riverfront, Shop E06, 2194 Charoenkrung Rd Watphrayakrai, Bangkorlaem, Bangkok, 10120), au nouveau Night Market de Bangkok. C’est un délice et ça se partage…

myWPEdit Image

… Et en famille s’il vous plait !

myWPEdit Image

Pour nous rendre au nouveau « Night Market » de Bangkok, l’ Asiatique The Rivertfront, situé sur l’avenue Charoen Krung, au bord du Chao Phraya, nous prenons un taxi jusqu’à la station de BTS (métro) Saphan Taksin. C’est également là que se trouve le Shangri-La Hotel (repère important quand vous viendrez nous voir les amis et que vous voudrez visiter tout ça). De là, nous nous dirigeons au Sathorn Pier (Port de Sathorn) pour prendre la navette fluviale gratuite de l’Asiatique The Rivertfront.

myWPEdit Image

Elle nous amène directement au fameux marché de nuit.

myWPEdit Image

L’architecture de l’endroit oscille entre le style colonial et thaïlandais.

myWPEdit Image

Folle ambiance, on se croirait un peu chez Disney avec ses échoppes bien rangées, ses fausses ruelles avec un wagon de train ancien qui vous amène d’un bout à l’autre de l’avenue, ses bars à concerts, etc.

myWPEdit Image

Bien loin de l’ambiance de l’ancien marché de nuit, le fameux Suan Lum Night Bazar qui a fermé fin 2010, ce nouveau Night Market aux allures très branchées, est ouvert de 17h à minuit et compte pas moins de 1.500 boutiques, 40 restaurants et bars répartis sur 80.000 m² de terrain.

myWPEdit Image

Un vrai labyrinthe du shopping… à quitter avant 23h00 sinon, vous manquez le dernier bateau. Autant vous dire que sur place, les taxis savent qu’il est tard et que vous êtes très loin de votre hôtel. Ils se feront un plaisir de ne pas mettre le compteur et vous proposer des tarifs exorbitants et, vous n’aurez pas d’autre choix que de dire… non, mouais, bah ok !

Cette semaine, j’ai commencé les cours de thai à l’école Language express (Ploenchit BTS exit 2, 1st Floor, Mahatun Plaza Building, Ploenchit Road, Lumpinee, 10330 Bangkok). Mon Tann’s sur le dos, let’s go… Les classes sont scindées par niveau. Débutante, je suis en niveau 1, pas facile de comprendre quelque chose quand dans votre cours des personnes sont déjà là depuis 2 mois ! A raison de 4h de cours par semaine, la progression va aller doucement mais… sûrement !

myWPEdit Image

Pour le cours de langage et prononciation, ça va aller mais le cours d’écriture… Au secours !!! L’alphabet thaï est un alphasyllabaire, sorte d’ensemble de signes qui forment les mots. J’apprends cette graphie particulière non sans peine… Je dessine à peu près aussi bien avec mes 10 doigts que la plupart des gens avec leurs 10 doigts… de pieds ! Pour ceux qui connaissent mes « non » talents de dessinatrice, autant vous dire que cet apprentissage ne se passe pas sans rire ! Dans mon cahier je n’ai pourtant qu’à suivre les pointillés mais même ça, c’est pas gagné !

myWPEdit Image

Après ces 2h de cours, rien de tel que de faire comme au bon vieux temps, celui de la vie étudiante, où l’on se retrouve après la classe autour d’un petit verre… ou deux ! La note étant le salaire de l’étudiant, moi je dis, Laura, « vin/vin» !

myWPEdit Image